«Mais il est tellement pas mon genre!»

Voilà ce qu’une de mes bonnes amies m’a lancé hier en parlant d’un gars avec qui le courant passe bien, mais qui n’est pas dans ses normes de fréquentation. J’étais en train de procéder l’information dans ma tête, quand soudainement je me suis dit «euh, c’est quoi un genre?». Cette dite amie a eu son lot de tristesse avec Cupidon, je vous dirais même plus qu’il est possible pour un petit cœur. Les peines d’amour, elle connaît bien ça. Toutes les ruptures par lesquelles elle est passée ont été avec des garçons qui l’avaient attirée au premier regard et qui satisfaisaient ses standards de beauté.

homme, sourire, visage

                Source: http://mrypauline.tumblr.com

Évidemment on ne peut pas aller à l’encontre de l’attirance physique, mais j’ai pour ma part réussi à développer des sentiments et à tomber amoureuse d’un gars qui était à prime abord seulement que mon voisin de droite dans mon cours de français au secondaire. Ce fameux gars-là, qui n’avait rien pour faire rougir les adolescentes de ma cohorte, fut mon premier amour. 

Mon amie est venue me voir pour des conseils sincères. Je crois l’avoir aidée un tantinet en lui disant de se laisser aller, de sortir de sa zone de confort et d’aller au-delà de l’apparence physique. Sans oublier que le garçon en question lui inspire confiance et qu’elle connecte avec lui intellectuellement, chose qui ne lui est pas arrivée souvent avec la gent masculine.

femme, larmes, baiser

Source: http://anarchy-is-coming.tumblr.com

J’ai plusieurs théories et elles vont comme suit.

Je pense qu’on devrait ouvrir nos horizons et cesser de limiter nos standards.

Je pense qu’on cherche trop.

Je pense qu’on a peur.

On a peur de la nouveauté. On a peur de changer de voie et de s’imposer du changement. On a peur de se surprendre. On a peur d’essayer et de finir par se planter.

Ton cerveau s’adapte et tes yeux transforment leur vision initiale. C’est toujours en creusant un peu qu’on voit la beauté chez les gens. Une fille inconnue te paraîtra bien ordinaire un 7 septembre, mais elle sera magnifique à tes yeux après avoir discuté de son band préféré un 19 novembre. Les sentiments se développent et notre regard sur les autres également. Rien ne reste intact, tout se métamorphose.

 

mains, papillons, bras

Source: https://www.pinterest.com

Le gars dans ton cours du mardi soir, celui qui t’a demandé plusieurs fois d’aller prendre un verre et d’apprendre à te connaître davantage autour d’une bière, tu te souviens ; tu as refusé d’y aller parce qu’il ne correspondait pas au type de gars que tu fréquentes d’habitude? Retourne le voir et lance-toi.

As-tu déjà été émerveillée? As-tu déjà été chamboulée par une personne au point de lui demander : «mais où étais-tu pendant tout ce temps?»

À toi, ma chère amie indécise et confuse, je souhaite que tes paroles «mais il est tellement pas mon genre!» se transforment en «toute ma vie, j’ai mangé des coupes glacées à la vanille. Aujourd’hui, j’ai mangé une coupe glacée au chocolat. Ce n’est pas dans mes habitudes, mais je dois avouer que c’était excellent. J’en veux toujours plus et je ne crois pas avoir envie de retourner aux coupes glacées à la vanille. – C’est ça. Je l’ai trouvé. Je l’ai trouvée, ma cerise sur le sundae.»