Style de vie

Voici un petit guide (j’aime assez ça des guides, c’est comme des listes, mais encore mieux) sur les sexes et les genres.

LES SEXES :

Les sexes sont biologiques. C’est littéralement ce qui se retrouve entre nos deux jambes!

Mâle : les personnes mâles ont un pénis, un gland, un prépuce ou pas de prépuce, des testicules, un scrotum, des poils. La présence de testostérone est plus élevée dans leur organisme que celle de l’œstrogène et de la progestérone (oh oui, les mâles ont de l’œstrogène et de la progestérone dans leur corps!)

Femelle : les personnes femelles ont un vagin, une vulve (mon mot préféré, remember?), des ovaires, des Trompes de Fallope, un clitoris, des poils (hé oui, allô!). C’est l’œstrogène et la progestérone que l’on retrouve en plus grande quantité dans leur organisme.
Intersexué.e : Certaines personnes naissent avec des sexes ne correspondant pas aux critères biologiques « mâles » ou « femelles ». En d’autres mots, une personne pourra naître avec des organes génitaux externes d’apparence femelle, tout en ayant des organes génitaux internes mâles, ou vice et versa. Dans d’autres situations, l’anatomie sera ambiguë : une personne naîtra avec des grandes lèvres ressemblant à des testicules, ou un clitoris ressemblant à un pénis.

les sexes et les genres, sexologie, sexURL

LES GENRES :

Les genres sont des constructions sociales! Ça sonne comme si on retournait dans nos cours de socio du Cégep… Mais, en fait, les genres réfèrent au sentiment profond d’appartenance à un groupe qu’une personne développe au courant de sa vie.

L’identité de genre peut être exprimée à travers les comportements, les vêtements, la manière de se mouvoir ou de parler, les coiffures, etc. Elle peut aussi ne pas être particulièrement exprimée. C’est à la discrétion de chaque personne, mettons!

Les représentations des identités de genre sont souvent basées sur des stéréotypes de genre. Mais là, stéréotypes de genre, ça sonne méchant. En fait, la nuance que j’aime apporter c’est que d’adhérer à un stéréotype n’est pas négatif, non, non! Ce qui est négatif, c’est de croire que toutes les personnes appartenant à un groupe correspondent nécessairement à ce stéréotype! Sooooooo, en vérité, t’as full le droit d’être une femme pis d’aimer le rose.

Hommes : Les caractéristiques stéréotypées des hommes seraient d’être fort et grand, d’aimer les sports, les voitures et le sexe. Évidemment, en 2017, on sait qu’un homme peut être tout ce qu’il veut : il peut aimer le rose, la mode, le recyclage, la cuisine de Marilou, les monstertrucks et les hommes.
Un homme peut être une personne ayant des organes génitaux mâle, femelle ou intersexué. L’important, c’est la manière dont la personne se sent!

Femmes : Les caractéristiques stéréotypées des femmes seraient d’être sensibles, douces et aimantes : de bonnes mères de famille quoi! Because it’s 2017, on sait maintenant que les femmes peuvent s’intéresser à la politique, faire de la boxe (mon plus grand rêve) pis de la course en char, ou lancer des haches si ça leur chante. Une femme peut être tomboy, lesbienne, poilue au visage, large d’épaule, plus forte que ton père, n’avoir aucun sein, et elle reste une femme. C’est son sentiment qui importe.

Une femme peut être une personne ayant des organes génitaux mâle, femelle ou intersexué.

Non-binaire : Les personnes non-binaires ne s’identifient ni homme ni femme, mais plutôt à l’intérieur du continuum entre les deux, ou voire même à l’extérieur de celui-ci (genderqueer).

  • Une identité entre celle de l’homme et de la femme (intergender)
  • Une identité de genre neutre (agender)
  • Une identité de genre multiple (bigender ou polygender/pangender)
  • Une identité de genre qui varie au fil du temps (genderfluid)
  • Une faible identification ou une identification partielle au concept de genre (demigender)
  • Une personne intersexué.e qui s’identifie comme intersexué.e (intersexué.e ou amalgagender)
  • Une identité de genre liée spécifiquement à une culture, comme les Two Spirits.

Trans* : Une personne trans* perçoit son identité de genre comme incohérente avec son sexe assigné ou son sexe de naissance. Elle peut, ou non, décider d’entreprendre une transition (un changement de sexe chirurgical).

Hm, hm, à noter, une personne qui se travestie pour le plaisir ou pour le travail n’est pas nécessairement une personne trans*.

Pourquoi est-ce que la sexologue a décidé de parler de sexes et de genres en cette douce journée? Simplement, parce que c’est important d’être conscient.e que ce n’est sont pas tous les humain.e.s qui se sentent femelles-femmes ou mâles-hommes.

VOILÀ!

Tu réfléchiras à ça!

Un article de
Florence Valiquette-Savoie's Avatar
Florence Valiquette-Savoie

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Le bal de Sainte-Justine: retour sur une soirée mémorable