Le St-Hubert

Je jase avec un gars sur un site de rencontre. Le gars est beau, intéressé, les discussions coulent… ça s’annonce plutôt bien! Il me demande si on peut se rencontrer jeudi soir à Montréal Nord, vers 21h15, parce qu’il finit de travailler à 21h00. Moi, un homme qui a de l’initiative, ça m’allume!

Il me demande si je préfère aller au St-Hubert ou au Scores. Bon… J’me dis qu’il aime le poulet! Devant ces deux choix, j’opte pour le St-Hubert, en me disant qu’au moins, au St-Hub, il va y avoir un peu plus d’ambiance.

Le soir venu, je me dirige vers le lieu de rendez-vous. À deux coins de rue de l’adresse, je comprends que le dit St-Hubert est situé dans un centre d’achats. Décidément, cet homme n’arrête plus de me surprendre! Un grand romantique!

Je réalise que le stationnement du St-Hubert est, comment dire… vide!? En fait, presque vide! Il y a quelques voitures : trois avec un coq sur le dessus et une blanche, qui est visiblement la sienne.

Je le texte : Ça a l’air fermé!?

Il me re-texte : Ben non! Je t’attends dans mon char!

Un homme autonome, ça aussi, ça m’allume! J’ai fait le tour de la Colombie seule. Il me semble que tu devrais être capable de rentrer dans un St-Hubert seul aussi (on jase là).

Je me stationne donc à côté de la voiture blanche – Salut! Salut! -Bisou, Bisou- et on prend la direction du resto.

Moi :  Ça a vraiment l’air fermé… 

Lui : Voyons toé, c’est pas fermé!  

Mon cerveau fait 2 tours! On entre. Il fait noir. On se dirige vers le côté bar. Personne…

Moi : Ça semble vraiment fermé! 

Lui : Voyons tabarnak! J’te dis que c’est pas farmé!  

Moi, les yeux ronds : … Désolée, je voulais pas te choquer!

Lui, s’enflammant : Ha! Parce que t’es psy en plus!?  Lançant sa casquette : Tu penses que tu connais toute!? Tu peux ben être célibataire! 

Il reprend sa casquette et quitte en furie. Je suis sans mots.


Source : giphy.com

La serveuse s’approche, incertaine : Heu… excusez-moi, mais c’est fermé! 

Moi : Non? T’es sérieuse?  Merci! C’est ce que je pensais!

Je texte un ami : Qu’est-ce que tu fais? On va prendre un verre dans un endroit où ils ne servent pas de poulet!? J’ai une bonne histoire à te raconter!

En revenant vers ma voiture, le petit côté baveux en moi surgit. Je sors mon cellulaire et écrit:  Hé ben! Imagine-toi dont que c’était fermé! 

Il me répond. Je vais le redire. IL ME RÉPOND!

Lui : Ha oui? Ok! Veux-tu aller au Tim Horton d’abord?

Moi : Non, j’ai pas 95 ans! Et t’es vraiment désagréable! 

Quelques mois plus tard, je tombe de ma chaise : il a le culot de m’écrire, par Facebook, pour prendre de mes nouvelles!

Allo! Hey! Ça fait longtemps! Comment tu vas

Oublie ça. Bye Bye mon poulet.