Style de vie

Je t’ai laissé après toutes ces années, n’ayant pas grand chose à te reprocher. Je t’ai laissé après près d'une décennie parce que j’avais besoin de me retrouver. Pis bien que je me cherche encore et que j’aime apprendre à me connaître seule, il y a  de ces journées où je regarde en arrière et j’ai le cœur serré.
Pour autant que je veuille aller de l’avant, il m’est difficile de le faire sans regarder en arrière. Nos débuts, nos rires, nos folies et les soirées avec ta famille sont des moments que je chéris encore et que je chérirai longtemps. Nos souvenirs Facebook sont d’ailleurs là pour me le rappeler très souvent.

Je t’ai laissé sans raison plus valable que le fait que je veux être avec moi-même. Si ça ne fait pas de sens pour toi, imagine-toi bien que ça n’en fait pas toujours pour moi non plus. Pendant ces moments de réflexion, j’étais tellement obsédée par l’acte en tant que tel – celui de te laisser – que je n’ai jamais pensé à ce qui venait après. Je pensais naïvement que les choses se placeraient toutes seules, que chacun partirait de son côté et que j’embarquerais immédiatement dans une nouvelle aventure.

La vie n’est malheureusement pas naïve. Elle se fait bien de me rappeler que plus j’avance, plus je laisse des morceaux derrière moi. Les morceaux de notre vie, de moi et de toi. Une nouvelle aventure ne se démarre pas comme ça. Une décennie ne s’efface pas et ne s’oublie pas comme ça. Pas en un claquement de doigt ni sans que ça fasse mal, que ce soit ma décision ou non. Parce qu’en te laissant, je n’ai pas seulement fait une séparation physique entre toi et moi. J’ai créé un cratère douloureux entre ces bons souvenirs et la vie future que j’aimerais mener.

En fait, il faudrait bien que je m’y fasse : je t’ai laissé, mais j’ai encore ce deuil de toi à faire pour aller de l’avant. Ce deuil de nous, de toi et moi.

laissé, rupture, breakup, love, heartbreak

Source: Pixabay

Un article de
Katelin OC's Avatar
Katelin OC

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Et si on vivait comme si demain n'existait pas ?