Style de vie Voyage

En ces derniers jours de janvier,  j’ai envie de voyager. Surtout avec tous mes amis qui semblent être partis dans le sud! J’ai envie de partir à l’autre bout du monde avec mon sac à dos comme seule maison et de tout laisser derrière moi. Pas pour longtemps, juste un mois, histoire de me retrouver. C’est comme une urgence qui grandit en moi et je la ressens chaque année. N’ayant pas beaucoup d’argent et agissant souvent sur des coups de tête, j’ai eu la fâcheuse habitude de prendre un petit prêt bancaire et de me réserver un billet d’avion en l’espace d’un après-midi.

Cette année, ce sera différent puisque je me lance à mon compte comme entrepreneur: tous mes sous iront ailleurs. Donc je divague et je rêve à mes voyages en solos, les plus beaux moments de ma vie. J’ai rencontré une amie de la famille durant le temps des fêtes et elle m’a inspiré cet article. Elle a été franchement impressionnée de mes voyages en solitaire et se disait qu’elle ne pourrait probablement pas les faire elle-même! Et c’est loin du premier discours de ce genre venant de la bouche d’une femme qui rêve de faire le saut. Je leur dis toutes la même chose: c’est vraiment moins pire qu’on le pense. Alors voici ma liste des raisons pour lesquelles toutes les femmes se doivent de partir seule à l’aventure au moins une fois dans leur vie!

1. Parce que je fais ce que je veux, quand je le veux.
Bon, on a toutes déjà entendu cet argument. Mais ce dernier commence devant votre ordinateur, lorsque vous choisissez le pays où vous voulez aller. Je ne recommande pas l’Amérique Centrale, l’Amérique du Sud ou l’Afrique, mais le reste: GO! Pour ce qui est du choix, allez-y avec un pays sécuritaire pour le premier voyage. Le Canada est certes très sécuritaire, mais selon le blogue https://www.which.co.uk qui a fait une recherche exhaustive, nous sommes seulement à la 6e place. Techniquement, vous avez cinq endroits à visiter qui sont encore plus sécuritaires que le Canada: l’Islande, les Émirats arabes unis (bon, moi ça ne serait pas mon choix en tant que femme!), Singapour, l’Espagne et l’Australie. Pas mal! Le Japon et le Maroc suivent de près et je recommande à tous l’Asie, surtout pour une femme.  Dès l’instant où vous descendez de l’avion, vous faites ce que vous voulez. J’ai déjà fait cinq heures de trajet, pris trois autobus différents, pour finir sur un divan, dans une auberge de jeunesse complètement vide, à lire pendant trois jours. J’ai lu sur le pays et quand je suis repartie, j’avais l’impression d’avoir utilisé ces quelques jours à leurs meilleurs.

Ecosse vallee verte

Crédit photo: Julie St-Georges

 

2. Je deviens celle que j’ai envie d’être

Il y a des gens qui diront haut et fort qu’ils représentent toujours 100% ce qu’ils sont, qu’ils suivent leur chemin avec une authenticité implacable dans la vie et je crois faire partie de ces gens (du moins, j’essaye!). En voyage, toute seule, je suis 150% de moi-même. Un exemple? Je chante fort, partout! Dans les auberges de jeunesse, sur le bord des feux, dans la rue avec mes écouteurs, je chante pour répondre aux gens (OK j’ai parfois l’air folle). À Montréal, je suis complexée de ma voix, c’est juste comme ça. Pourquoi? Parce que je m’en fous. Les chances que je revois les gens sont minimes et j’ai le droit d’être ce que je veux pour eux, pour une journée. J’ai d’ailleurs toujours rêvé de m’inventer un personnage pendant une soirée. Je me lance le défi à l’instant pour mon prochain voyage! On se rend vite compte qu’on passe notre temps à rencontrer des gens et à répéter notre histoire et honnêtement, ça fait un baume sur l’égo. Les gens sont facilement émerveillés de voir une femme forte qui voyage à travers le monde! Et ça fait du bien d’être une femme forte.

Ecosse pont coucher de soleil

Crédit photo: Julie St-Georges

 

3. Parce que ça fait tellement moins peur qu’on le croit.
Je crois que des centaines d’années ont suffi à faire entrer dans la tête des femmes qu’elles ne pouvaient rien faire toutes seules, qu’elles ont besoin d’un homme pour les protéger ou d’être au moins deux pour voyager. Je crois que chaque personne qui dit : « Oh mon dieu, mais tu voyages seule??? »  avec de gros yeux, va à l’encontre de tout ce pour quoi les féministes d’aujourd’hui se sont battues. Nous sommes autant capables de nous faire respecter qu’un homme et autant capables d’avoir du JUGEMENT dans des situations complexes. Faites-vous CONFIANCE! En fait, il suffit d’être prudente comme à la maison. Est-ce que je marche seule à 3h du matin dans un coin sombre de Montréal-Nord  un vendredi soir? Non. Alors pourquoi est-ce que je commencerais à le faire en voyage? Les auberges de jeunesse sont merveilleuses pour rencontrer d’autres voyageuses solos, qui sont beaucoup plus nombreuses qu’on le pense. C’est parfait aussi pour se jumeler avec d’autres groupes de gens qui vont généralement fêter ensemble et qui aussi, prennent soin des autres: ils sont tous loin de la maison. Bien préparer son voyage est la clé et aujourd’hui, avec les outils comme Google Translate, les cartes hors ligne, et des millions d’autres applications, le voyage est accessible et je vous rassure, lorsqu’on est sur place on est trop émerveillée pour être apeurée!

Nepal maison colorée

Crédit photo: Julie St-Georges

 

4. Parce que je choisis qui je suis et qui je fuis
Les gens désagréables ne font pas partie de mes voyages. Je les fuis comme la peste! Les rencontres agréables sont plus que bienvenues, mais quelqu’un qui me coupe la parole ou qui ne me respecte pas est vite laissé en arrière avec assurance et avec un grand sentiment de liberté! Lorsqu’on est plusieurs, on n’est pas nécessairement en contrôle des amis de passage de nos compagnons de voyage. Moi, les gens impolis et non respectueux m’insurgent, c’est ma façon d’être. Ça complique souvent ma vie, mais pas en voyage: je les fuis. Je trouve une activité que je souhaite faire seule et si l’on tente de me suivre, je dis que je voyage seule pour une bonne raison: parce que j’aime ça. C’est avec un gros sourire que je quitte vers mon aventure sans drame où je rencontre des gens intéressants et qui enrichissent mon voyage.

Nepal montagnes maison

Crédit photo: Julie St-Georges

 

5. Parce que je peux vivre mes caprices
Je suis photographe, les images que vous voyez depuis tout à l’heure viennent de mes voyages. Je me lève à 4h du matin, je pars sur mon scooter dans le noir pour me rendre à l’endroit que j’ai cherché pendant quatre heures la veille. Je reste assise dans le froid pendant deux heures pour prendre LA photo et je reviens continuer ma journée parfois en ayant dormi trois heures. J’ai tout tenté pour aller dormir sur la muraille de Chine afin de photographier les étoiles. Malheureusement, j’ai été clouée au lit avec une tourista ( d’ailleurs, je suis toujours contente d’être seule quand mes joyeuses touristas arrivent! Tu ne veux pas d’une amie qui te regarde faire l’aller-retour aux toilettes ). J’ai quand même réussi à me rendre sur la muraille pour prendre cette photo, pendant le coucher de soleil. J’étais toute seule. Tous ceux que j’ai rencontrés en Chine avaient adoré la muraille, mais détesté la foule. Moi, j’ai vécu un coucher de soleil magnifique baigné dans une tranquillité à couper le souffle. Mon plus beau souvenir de voyage à ce jour.

chine muraille montagnes

Crédit photo: Julie St-Georges

 

6. Parce que je garde mes histoires, pour moi.
On dit parfois qu’on aimerait les partager avec d’autres (et je le fais présentement!) , mais ces moments de bonheur infini, d’émerveillement paisible, de rencontres enrichissantes, on les garde pour soi. Ce sentiment secret de bonheur avec moi-même et avec personne d’autre. De savoir que j’ai réussi toute seule, à vivre ces moments, parce que j’ai fait tous les choix pour m’y rendre par moi-même. C’est de la fierté tout ça et ça reste. Ici la photo de mon trek après cinq jours de randonnée dans l’Himalaya. N’étant pas du tout une grande sportive, c’était et c’est encore à ce jour, l’une de mes plus grandes réussites. Je suis loin d’être une personne qui pousse le développement personnel au quotidien, mais on a tous besoin d’une dose une fois de temps en temps.

Nepal ciel bleu nuit montagnes

Crédit photo: Julie St-Georges

 

7. Parce que je peux voyager cheap cheap cheap ou cosy cosy cosy
N’ayant jamais beaucoup de sous , je me ramasse souvent à être encore plus cheap en voyage qu’à la maison. C’est très agréable de ne pas avoir à dépenser pour le confort de quelqu’un d’autre…! À moins de voyager avec quelqu’un qui a exactement le même budget, qui aime le même type de confort, qui partage avec la même générosité que vous, les sous sont souvent une question compliquée. Moi, je voyage avec mon super matelas de sol technique qui entre dans une poche et je dors avec sur les lits trop durs des auberges qui coûtent 2$ la nuit. J’ai même déjà trouvé un crapaud dans mon lit le matin (genre, gros comme deux poings). J’ai mon sac de couchage, mon hoodie me sert d’oreiller et je fais du camping partout dans le monde. J’aime une fois de temps en temps me payer quelques jours de belles chambres et de bonnes douches, mais aussi non: je m’en fous. C’est une évidence que je ne pourrais jamais voyager comme ça avec mon amoureux qui aime beaucoup plus son confort!

Nepal enfants rue homme qui dort

Crédit photo: Julie St-Georges

 

8. Parce que je peux marcher en écoutant de la musique
C’est l’un de mes plus grands plaisirs. Je prends mes écouteurs et mon iPod et je pars faire ma journée en musique. Munie de mon énorme caméra et de mon GPS, je marque bien l’adresse de mon auberge dans ce dernier et je le range dans mon sac avec ma batterie de secours (un essentiel). Ensuite, je marche sans regarder derrière moi, sans suivre de carte et me laissant aller par mes pieds et mon appétit à travers une ville qui m’inspire. J’y ai fait des découvertes entre des murs isolés de ruelles que je n’aurais jamais pu voir en suivant mon téléphone. Lorsque je suis satisfaite d’une journée d’errance, je demande à mon super téléphone de me ramener à la maison, tout simplement! Chose que je conseille à toutes. On n’a pas besoin de parler, on a simplement besoin d’observer la vie d’ailleurs et de suivre ses instincts.

chine ruelle

Crédit photo: Julie St-Georges

 

9. Parce que j’apprends à réellement connaître les gens de la place
C’est, selon moi, l’un des points les plus importants. Vous n’apprendrez jamais à connaître les gens d’un endroit de la même façon en voyageant avec quelqu’un. J’ai passé cinq heures accompagnée de mon google translate, dans un train,  à parler avec un homme qui vivait dans la région où je m’en allais et qui m’a appris tellement de choses sur sa vie. J’ai passé cinq jours seule avec un guide et un porteur dans l’Himalaya à apprendre le Népalais et à enseigner le français. J’ai été invitée au restaurant par une famille de Chinois lorsque j’étais perdue à un abri d’autobus! J’ai découvert ce que c’était que d’être un homosexuel à Pékin…un entrepreneur à Shanghai, un jardinier en Écosse, un guide de trek au Népal! Si j’avais voyagé à deux, je n’aurais pas été obligée de communiquer autant avec les gens de la place. Dans tous mes voyages, ceux que j’ai faits en solo sont ceux ou j’en ai appris le plus.

chine homme chapeau oiseau noir et blanc

Crédit photo: Julie St-Georges

 

10. Parce que je me sens libre de tout.
Je suis une mère, une blonde, une fille, une entrepreneure. En voyage, je suis juste moi. Donc, soyez courageuse, parce que le courage est quelque chose qui s’apprend! Si vous avez toujours voulu partir seule, réservez votre billet d’avion le plus rapidement possible, dans un beau pays sécuritaire! Googlez les filles, c’est puissant comme outil. Voyager seule est autant la découverte de soi-même que la découverte d’un pays. Être libre.

chine muraille fille liberté bras en l'air

Crédit photo: Julie St-Georges

 

Crédit image de couverture: Julie St-Georges

 

-->
Un article de
Julie St-Georges's Avatar
Julie St-Georges

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Comment faire pour se débarrasser de son addiction aux écrans