Arts Arts de la scène

Mercredi dernier se tenait la 5e édition du spectacle coups de cœur de la Tohu, mettant en lumière des artistes talentueux provenant des quatre coins du monde. Les numéros, enchaînés par les maîtres de cérémonie ludiques, démontrent non seulement l’expertise méticuleusement acquise de ces athlètes dans leur discipline, mais aussi leur force et leur qualité d’interprétation. Retour sur un spectacle d’une grande qualité, mettant en scène des artistes du cirque contemporain.

Commençant au son de gouttes d’eau qui tombent, le premier numéro présente une mise en scène simple et minimaliste qui intrigue le spectateur. Un homme, vêtu de blanc des pieds à la tête, s’avance avec son diabolo de la même couleur. Son numéro est une véritable démonstration de musicalité et de précision, en plus de créer de fortes images où les lignes droites prédominent.

Guillaume Karpowicz au diaboloSource image: Facebook – La Tohu

C’est ensuite un jeune étudiant de l’École nationale du cirque qui prend la relève avec un numéro de fil mou. C’est une balade enflammée qu’il réalisera sur ce mince fil souple. Il épatera la foule avec cette force requise pour exécuter plusieurs culbutes, glissades, balancements, etc. sur une corde détendue. Son agilité et son équilibre contrôlé ont réussi à impressionner les spectateurs.

Vient ensuite un homme élancé, revêtu de paillettes rouges, de longues franges et de talons aiguilles. Il est Kyle, il est Scarlett. Il offrira à l’audience un spectacle tout en nuances et en détails, où il réalisera des contorsions et de l’équilibre sur les mains. Artiste complet et polyvalent, il bouge avec une langueur presque fluviale. La présence d’un torse masculin sur la scène tout au long de sa performance apportera une toute autre dimension à la complexité de son œuvre.

Kyle Cragle en drag queen au spectacle de la tohuSource image: Facebook – La Tohu

Le mât aérien fut ensuite très bien représenté par Denis Degtyarev, artiste russe performant aussi pour le Cirque du Soleil. Tout au long de son numéro où flexibilité et fluidité exultent, le spectateur peine à comprendre par où l’athlète retient le mât pour ne pas tomber au sol, procurant une véritable impression de flottement et de suspension. Il provoquera le stress général en réalisant deux chutes, mais s’arrêtant à quelques mètres du sol.

Le numéro suivant met en scène deux femmes originaires de la Suède. Blondes et vêtues de la même manière, elles réaliseront un numéro en tandem sur la corde lisse où le spectateur aura l’impression de regarder une réflexion de la même personne dans un miroir. Elles créent un numéro sensuel et dépouillé où la confiance tient un grand rôle. L’audience aura à voir un magnifique noeud, se mêlant et se démêlant, qui l’envoûtera au son de la musique du groupe islandais Kaleo.

Klara Mossberg et Regina Baumann sur la corde lisseSource image: Facebook – La Tohu

L’artiste qui suit les suédoises se spécialise dans la jonglerie. C’est à l’aide de ses cerceaux, qu’il semble sortir de nulle part, et de ses parapluies qu’il créera des visuels intrigants et aériens.

C’est ensuite au tour de la troupe Kalabanté de prendre possession de la scène. Composée de cinq membres, cette troupe réalise bon nombre de pyramides humaines et d’acrobaties, en plus de jouer du djambe. C’est le numéro « feel good » de la soirée, même s’il est de loin le plus stressant, selon moi.

la troupe kalabante en performance à la tohuSource image: Facebook – La Tohu

Le numéro final est celui de la roue cyr, la forme circulaire sensée symboliser le retour au départ, la mouvance cyclique de la vie. La jeune femme réalisera un numéro tout en douceur, gracile et hypnotisant.

Entre chaque numéro, l’animation loufoque et les notes de musique lumineuses des maîtres de cérémonie, Anthony Venisse et Amélie, sa sœur, emplissent la salle d’un vent de légèreté et de comédie pure. Lui au piano, elle à l’accordéon et sans un mot prononcé de tout le spectacle, ils divertiront la salle, la mettront en contexte et la ramèneront à la réalité, après les numéros souvent hypnotiques des artistes.

Anthony et Amélie Venisse animant le spectacle de la TohuSource image: Facebook – La Tohu

Une mention spéciale nécessaire au choix des costumes et des éclairages, qui ont su rehausser l’expérience offerte par les artistes.

Tout au long de la soirée, j’ai ressenti ce désir ardent des artistes de sortir des sentiers battus, de réinventer cet art dans lequel ils évoluent. Pour une sortie au cirque sensible, poétique, mais aussi comique et fort impressionnante, c’est assurément au spectacle des coups de cœur de la Tohu que vous trouverez ce que vous cherchez.

Source image de couverture: Facebook – La Tohu
-->
Un article de
Mathilde Côté's Avatar
Mathilde Côté

Mathilde est une fille intense. Hypersensible au cœur d’enfant, elle ressent les choses fort, grand, vrai. Tout du monde l’assaille et l’émerveille; la subjugue et...

Lire la suite
Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Je n’étais pas faite pour être mère, mais je le suis devenue