Style de vie

2015 – Féministe

À la cafétéria de mon école secondaire, 12:30. Par inadvertance, le fameux mot est sorti de ma bouche. J’aurais dû faire attention, mais c’était trop tard. Je l’avais prononcé: féministe. Mes amies se sont soudainement retournées vers moi, l’air horrifié. Mon premier réflexe a été de vouloir retirer mes paroles. À la place, j’ai répété: féministe. « Je me considère féministe », sont les paroles exactes que j’ai prononcé. Mes cinq meilleures amies sont restées sous le choc. Enfin, l’une d’elle a parlé. «Oh mon dieu! Pas moi en tout cas». Nous avions quinze ans. Moi, n’étant pas au courant de toute la stigmatisation entourant ce mot, elles, ne comprenant pas l’idéologie derrière celui-ci. Ça aura été le début de discussions sincères et sans jugement qui auront rendues notre amitié si solide. Le fameux mot est ainsi devenu la base d’une amitié sans frontière.

girl power

Source image : Unsplash

2018 – Est-ce que j’étais bonne ?

Gala mérite de mon école secondaire. J’anime le gala avec un de mes amis. La soirée se déroule merveilleusement bien. Naturellement, nous nous sommes mis sur notre 31 pour l’occasion. Lorsque j’arrive, mon ami se fait demander s’il est prêt pour la soirée qui commence. Je me fait demander si je suis confortable avec mes talons hauts. Le lendemain à l’école, mes professeurs le complimentent sur ses talents d’animateur. Je me fais dire à quel point je rayonnais sur la scène. «Tu étais tellement belle! À chaque fois que tu t’approchais du micro pour parler, je ne pouvais m’empêcher de souligner ta beauté», je réponds poliment en les remerciant. Une question me vient à l’esprit. Est-ce que j’étais bonne? Je n’ose pas leur demander, par peur de les offenser.

Toujours en 2018: première session de Cégep. Je dois écrire une dissertation sur l’identité sexuelle chez les anciennes civilisations. Je me rends à la bibliothèque de mon école afin d’emprunter un livre sur le désir sexuel. Alors que j’enregistre le livre auprès du bibliothécaire, j’ai droit à un clin d’oeil. Je me demande si la même chose serait arrivée à un garçon. Je me dis que j’exagère, que ce sont ces documentaires féministes que je regarde si passionnément qui me font paranoïer.

2019 – Journée internationale de la femme

J’ai le feu au ventre et le coeur brisé. Un ami à moi m’a demandé pourquoi tout le monde parlait autant de la journée internationale de la femme. Qu’il était fatigué d’en entendre parler. « Il y a bien une journée des hommes pis on en fait pas tout un plat ». J’étais, pour le moins, enragée par sa remarque. Je dois avouer que ma réponse n’était pas des plus mature. Mais comment j’aurais pu être mature face à un commentaire aussi insultant. Pour la journée de la femme, j’ai vu autant de contenu soutenant le mouvement féministe que de contenu le dénigrant. En 2019, c’est triste non? J’écris ce texte aujourd’hui pour expliquer à mon ami et à tous ceux qui en ont besoin, ce qui aurait dû leur être expliqué lors de cette journée si importante pour toutes les femmes.

La raison pour laquelle les femmes, les hommes, ainsi que tout ce qui vient entre les deux ont besoin de célébrer et, d’entendre parler de la journée internationale de la femme est pour ne pas oublier le chemin parcouru et pour se donner le courage nécessaire de continuer. Je veux vous rappeler qu’encore aujourd’hui, « non » n’est pas toujours considéré comme une phrase complète lorsque celle-ci vient de la bouche d’une femme. On doit continuer à parler de la journée de la femme, parce qu’encore trop souvent, des femmes de tous les âges se sentent inconfortables face à la façon dont elles se font regarder. Non, ce n’est pas flatteur de se faire reluquer comme étant un être sexuel plutôt qu’un être point à la ligne. Nous avons encore besoin d’une journée internationale de la femme pour que les femmes du monde puissent garder espoir en des jours meilleurs. Nous en avons besoin pour faire comprendre à ceux qui ne sont pas encore au courant, que le combat des femmes est loin d’être terminé. Nous en avons besoin pour célébrer des droits qui ont été acquis par les hommes bien avant de l’être par les femmes. Nous avons besoin d’une journée de la femme pour célébrer notre résilience et notre force dans toute sa splendeur.

Le féminisme est un mouvement d’idées politique, sociale et philosophique qui promeut l’égalité homme-femme. En arrêtant d’en avoir peur, on peut se rendre loin, tous ensemble.

Future is female

Source image:  Unsplash

– Une féministe de 18 ans

-->
Un article de
Anna Ba's Avatar
Anna Ba

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Entrepreneur: 5 trucs pour prioriser