Sport & Santé

À l’automne 2018, je me cherchais une activité sportive autre que le gym, le crossfit ou la course à pied. Une activité un peu plus artistique où j’allais pouvoir me libérer et surtout exprimer mes émotions. Une de mes amies m’a dit « tu devrais essayer le cours de danse Hip Hop de Léa, c’est super bien, dynamique, le monde est crazy (dans le bon sens) ». Je n’étais pas très à l’aise au début. Autant qu’on se le dise, j’aime danser, vraiment … mais je n’ai pas le rythme dans la peau, pas du tout. Mais j’y suis allée, j’ai osé et j’ai adoré.

Aujourd’hui j’aimerais vous partager ma dose d’inspiration, ma dose de #dancetherapy et vous présenter, sous forme d’entrevue, une prof que vous allez adorer, Léa Robert.

Peux-tu te décrire en 3 mots ?

Léa: Énergie, Humour, Joie

Quel a été le moment clé dans ta vie qui a déclenché l’envie de faire de la danse ton métier?

Léa: Je ne sais pas s’il y a un moment précis, mais je me souviens d’être en train de faire mes recherches pour les programmes de Cégep, j’étais un peu mêlée et je ne savais pas trop vers où me diriger. Je me sentais un peu perdue jusqu’à ce que je tombe sur le programme de danse du Cégep de Drummondville et là, j’ai entrevu la possibilité de faire des études en danse et de pousser vers ce métier.

Que représente la danse pour toi?

Léa: La danse représente TOUT pour moi. C’est une grande passion, un hobby, un métier. Une façon d’être connectée avec la musique, une façon de s’exprimer en mouvement, sans avoir besoin de parler. C’est mon sport et mon art. C’est un langage universel qui unit beaucoup de monde ensemble.

Léa prof de danse entrevue passion rouge

Quelle est la personne la plus inspirante pour toi et pourquoi?

Léa: Au risque de paraître cliché, ce sont mes parents! Mon père est un être très dévoué, qui est toujours positif et qui a mille et une passions (dont la danse). C’est beaucoup grâce à lui si j’exerce mon métier maintenant. J’ai eu tellement d’appui et de soutien tout au long de mon parcours et ça, ça vaut de l’or. Et ma mère, cette femme magnifique, à l’écoute des autres, c’est une vraie thérapeute de l’âme. 15 minutes avec elle et tu te sens « re-grounder » c’est fou!

À ton tour, comment inspires-tu les autres autour de toi?

Léa: Je crois inspirer les autres par mon positivisme et ma bonne humeur. J’essaie d’être moi-même à 120% et simplement faire les choses en suivant mon cœur. Je crois que ça se ressent dans mes cours, j’aime réellement ce que je fais, et quand j’enseigne je le fais avec passion. Je suis transparente et vraie et bien sûr, même si on aime montrer que nos bons côtés, j’ai aussi mes moments de vulnérabilité et je ne m’en cache pas. Dans un monde où tout est calculé et tout ce qu’on nous renvoie des médias sociaux sont des images parfaites, refaites, parfois un peu trop  stagées, je crois que ça prend des gens qui amènent parfois un peu de légèreté, d’humour, de vulnérabilité et d’équilibre. On est humains après tout, soyons vrais, tout simplement!

Si tu devais changer quelque chose chez toi, ce serait quoi?

Léa: Si je devais changer quelque chose, ça serait probablement d’arrêter de douter, de me sur-questionner, de simplement faire confiance à mes intuitions, car c’est toujours ça qui me mène dans le bon chemin. Je parle beaucoup de confiance en soi dans mes cours, je veux amener les gens à être la meilleure version d’eux-mêmes et s’aimer comme ils sont dans toute leur entièreté, mais évidemment c’est un travail constant même pour moi. Je travaille là-dessus tous les jours!

léa prof de danse entrevue sourire

Un mot que tu dirais à une personne qui n’a pas confiance en elle?

Léa: Je lui dirais de travailler step by step sur sa confiance et de célébrer ses petites victoires. Commencer par s’accepter comme elle est, être moins dure envers elle-même. D’arrêter de vouloir la perfection et de simplement mieux s’accepter, s’aimer, et faire les choses pour soi avant tout. Je crois qu’il est important de s’entourer de gens inspirants, de gens positifs, qui nous amènent à être la meilleure version de nous-même en tout temps.

Si tu devais partir vivre ailleurs, où irais-tu?

Léa: J’ai longtemps rêvé de vivre à New York, j’adore les grandes villes où ça bouge et où la danse est très présente. Mais j’avoue que je suis très bien dans mon petit Québec, entourée des gens que j’aime et de ma carrière que j’ai bâtie avec les années.

Quel est ton plus grand projet ou le rêve que tu aimerais réaliser?

Léa: Humm bonne question. En général je suis une personne assez Go with the flow, je n’ai pas d’immenses rêves ou objectifs devant moi. J’ai toujours tracé mon chemin en suivant mes intuitions et en saisissant les opportunités qui se présentaient à moi. Je ne sais pas où je serai dans 5-10-15 ans (et ça me plaît comme ça). Je souhaite simplement continuer de partager ma passion pour la danse et avoir un impact positif dans la vie des gens, peu importe la façon dont ça se modulera avec les années!

Comment as-tu réinventé l’offre de tes cours avec la situation actuelle?

Léa: Je me suis rapidement lancée en mode 3.0 Le 13 mars le studio de danse fermait ses portes et le 15 mars je donnais presque tous mes cours en ligne. Comme j’étais déjà hyper active sur les réseaux sociaux, j’ai utilisé ces plateformes pour faire des cours en direct pour tous. Ça a commencé avec mes élèves réguliers, puis ça s’est vite propagé dans les réseaux de tout le monde et ça s’est même rendu outre-mer! Les cours en ligne ont été gratuits pendant huit semaines, j’ai reçu des tonnes de messages de gens pour qui les cours faisaient une immense différence dans leur période de confinement. Pour moi, c’était le plus beau des cadeaux. Après deux mois non-stop, j’ai senti le besoin de prendre une mini pause, un recul pour mieux affronter la suite des choses.

danse move léa prof entrevue

Léa: Après cette petite pause, me voici maintenant de retour. Je désire continuer de partager des bons moments avec les gens de l’autre côté de la caméra. Et soyons réalistes, ça risque d’être en mode 3.0 pour un bon bout encore. J’invite les gens à se joindre quand ils désirent, c’est normal d’avoir des hauts et bas de motivation, mais une fois connecté, on passe une heure de gros fun, c’est libérateur et ça fait du bien au corps et à l’esprit. Comme je le répète depuis des semaines, on a tous besoin d’une dose de #dancetherapy, maintenant plus que jamais !

-->
Un article de
Alexandra Coste's Avatar
Alexandra Coste

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Les tendances de l'été 2020