Faits Vécus Style de vie

En ce mois de la prévention du suicide, j’aimerais vous présenter des héros de la santé mentale au Québec, ainsi que partout dans le monde entier. On parle beaucoup des chiens d’assistance pour les gens ayant un handicap comme la mobilité réduite ou la malvoyance. Certes, peu connaissent les chiens d’assistance psychologique/ psychiatrique.

Ils aident les bénéficiaires à pallier leurs handicaps présentés comme « invisibles ». Par exemple, les troubles anxieux et l’agoraphobie, l’autisme, les troubles graves de la personnalité et plusieurs autres.

compagnon de vie
Source image : Unsplash

On parle beaucoup de la fondation Mira qui est à ce jour une des plus connues au Québec, mais il y en a plusieurs autres ! Il y a par exemple les chiens Togo qui transforment des chiens abandonnés en chiens d’assistance psychologique ce que je trouve une excellente initiative pour sauver des chiens de la Société protectrice des animaux. Il y a aussi la fondation Asista, Canid’aide et Chasam qui sont établies un peu partout au Québec. Il est aussi possible d’obtenir une recommandation médicale pour entrainer son chien avec un éducateur privé.

Au cours des dernières années, j’ai souffert de plusieurs problèmes de santé mentale. Mon histoire avec la santé mentale a connu son lot de hauts et de bas. Sans entrer dans les détails, j’ai fait face à de multiples hospitalisations, pertes de proches, dépressions et crises qui m’ont détruite un peu plus. À ce jour, je n’ai toujours pas d’emploi, mais j’arrive à conduire, alors que ça m’était impossible un an plus tôt. Il est évident que j’ai fait des progrès, mais je ne suis pas encore cette femme fonctionnelle, celle que j’aimerais être.

C’est pourquoi j’ai décidé d’entamer des démarches pour bénéficier de ce service. Je me suis beaucoup informée et j’ai décidé que ce serait ma façon de m’en sortir, de me retrouver une vie « normale ». Être en mesure d’aller à l’épicerie, d’aller à l’école et d’avoir un ami lorsque le vide se fait trop grand.

Toutefois, il y a de longues listes d’attentes (+-3 ans) et c’est très sélectif étant donné qu’un tel chien coute environ 30 000 $. C’est pourquoi j’ai décidé de me tourner vers Psy’chien. Avec cette association, il est possible de se procurer son propre chien et de l’entrainer soi-même à partir de conseils d’un éducateur et de soutien. Ensuite, il y a un examen pour certifier le chien et qu’il soit reconnu.

Les gens qui ont un chien d’assistance de la sorte en ont besoin, réellement. Ce n’est pas un privilège ni un « caprice ». Le chien est formé selon les besoins de l’humain, mais il peut effectuer habituellement plusieurs tâches comme des points de pression pour contrer l’insomnie, reconnaitre les signes de crises et alerter, et surtout fournir du réconfort ! Ce sont des chiens de travail, mais, contrairement à ce qu’on peut penser, ils ont une vie de chien normale aussi! Lorsqu’ils ne sont pas en « travail », on enlève leur dossard et on joue avec eux, on leur donne de l’amour, etc. Ils sont, pour la plupart, très heureux dans ce type de vie, mais ça ne convient pas à tous malheureusement et c’est pourquoi il y a des sélections.

Ces héros sur quatre pattes sauvent une vie à la fois.

Source image de couverture : Unsplash
-->
Un article de
Andréa Maheux's Avatar
Andréa Maheux

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

S’épanouir en tant que personne