Style de vie

En me renseignant de plus en plus sur l’aspect social et même scientifique de la sexualité, entre nous les humains, je me rends compte que la majorité des gens de mon entourage est mal informée sur beaucoup de sujets, de préjugés et de non-fondements sur la sexualité. Ce n’est pas de leur faute et je dis ça humblement, parce que j’en apprends tous les jours et je suis captivée par tout ce que j’entends et ce que je lis au quotidien sur la sexualité dans notre société.

La société a établi la sexualité avec des règles si on veut, car auparavant la sexualité était de mise afin de concevoir une famille et les femmes avaient un rôle primordial dans la conception de cette famille qui permettait à monsieur d’aller travailler et de ramener les sous pour survivre. Ouais, là, je pars de loin pour prouver un point, mais tout de même, laisse-moi t’expliquer ou je me dirige avec ça ! Puisque la sexualité était mise en place surtout par la religion à des fins purement maman+papa=enfants, on en a oublié le plaisir. Autrefois, le plaisir d’une femme dans la pratique sexuelle n’était pas important. On couchait ensemble de façon mécanique pour mettre au monde des enfants et le plus possible.

sexualité, intimitéSource image: Unsplash

Aujourd’hui, nous avons la chance d’avoir évolué en tant que société et d’avoir sous nos yeux des études et des fondements sur le plaisir sexuel de la femme afin de nous renseigner et de nous éduquer. Par contre, je dois dire qu’encore beaucoup de non-fondements existent et c’est tout simplement dus au fait que malgré l’évolution de nos valeurs, moeurs, etc, notre éducation sexuelle n’est pas à la fine pointe, disons ça comme ça. Suis-je la seule encore un peu traumatisée de mon cours de sexo genre secondaire 1 ou 2 et c’était la prof du cours d’éthique et culture qui faisait le point sur nos connaissances sur le sujet…et que malgré mes yeux si bien fermés, je peux encore l’imager en train de mettre un condom sur un pénis en bois de façon si non délicate et non éducative… ha ha! Bref, ça m’a marquée !

Ça démontre que j’ai débuté ma puberté en ayant comme seule ressource sur le sujet du sexe, un faux pénis en bois et un condom d’une couleur louche… j’en ris encore ! Ensuite, en vieillissant, nous avons eu accès à de la pornographie. Et j’aimerais émettre une parenthèse ici: (perso, je n’avais pas accès à ce genre de contenu jusqu’à assez tard dans mon adolescence, mais avec la technologie et les générations qui ont suivi, ce type de contenu est accessible dès un très bas âge). La pornographie, selon moi, n’est pas nocif jusqu’à un certain point. À mon âge, avec du recul, je peux en apprécier et en comprendre l’aspect récréatif. MAIS, pour certains, leur éducation sexuelle passe par ça. Malheureusement, les jeunes qui regardent cela et pensent que c’est la vraie vie, que ça se passe réellement comme dans les scénarios pornographiques dans tes moments intimes, ils font faire le saut rendu à leur première expérience… non ?

Donc, on a des non-fondements et des jugements vis-à-vis la sexualité et surtout auprès de la femme et c’est d’après moi, car notre éducation sexuelle est louche. Ce qui m’amène à un autre sujet. Le jugement face à la vie sexuelle des autres.

La société nous presse et nous met de la pression sans cesse dans énormément de sphères de notre vie. La performance au travail, dans ta vie personnelle et même au lit. Non seulement nous vivons dans une société pressante et stressante, nous sommes tous des êtres de performance et nous avons ce foutu réflexe ou je dirais cette mauvaise habitude de nous comparer. Hen! Ouin!, toi pis ta blonde vous faites l’amour seulement une fois par mois ? Comment tu fais ???…

sexualité, intimitéSource image: Unsplash

Ouais, c’est lourd. Nous sommes tous différents. Nous avons tous du plaisir différemment. Nous avons tous une connexion différente avec notre partenaire et nous avons tous certainement une définition propre à nous de ce qu’est une vie sexuelle saine et à notre goût.

Si, toi, tu jouis du plaisir de faire l’amour trois fois par jour, tant mieux pour toi! D’une autre part, si une autre personne aime faire l’amour trois fois par année et qu’elle est amplement satisfaite et heureuse… c’est quoi le jugement ici ? La personne est probablement occupée, la personne a probablement un horaire chargé, des enfants, un train train quotidien de feu et elle jouit une fois de temps en temps avec un partenaire de confiance avec qui elle partage une intimité chaude et saine. En quoi la bête de sexe est mieux que cette personne ? En rien. Ta vie sexuelle n’appartient qu’à toi et ton plaisir.

Ouin, un peu perplexe.

Le plaisir de faire l’amour est un plaisir qui se partage dans le respect, la confiance et la communication. Je t’invite fortement à t’informer sur le sujet de la sexualité plus en profondeur, pour mieux te connaître, pour mieux comprendre ton ou ta partenaire et pour être certain à 100% que vous profitez d’une réelle vie sexuelle saine et propre à votre image…

Source image de couverture: Unsplash
-->
Un article de
Eve Morel's Avatar
Eve Morel

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

Réapprendre à vivre, et non simplement exister - Le Cahier