Style de vie

Mon amour pour les chats a commencé quand j’étais toute petite, quand on a eu Myrtille à la maison. C’était d’ailleurs à la première maison où j’ai habité que Myrtille est arrivée, perdue et qu’on l’a gardé pendant des années. Avec elle, j’ai appris à prendre soin de ces petites bêtes: les cajoler, comprendre leur langage, leurs réactions, leurs besoins, leur routine et j’en passe. J’ai rapidement su que mon amour pour les chats serait présent toute ma vie. Je suis une folle aux chats. Assumée. Myrtille n’a pas fini sa vie près de moi, elle a passé ses dernières années chez mes grands-parents parce que dans une grande maison sur trois étages avec trois ados, c’était trop pour une vieille chatte fatiguée. Elle a eu une belle vie. Et j’ai gagné beaucoup d’amour et des câlins. Tous les soirs, je l’attendais, dans mon lit, je l’appelais pour qu’elle vienne se coucher, blottie contre mes jambes. Je pouvais la flatter pendant une bonne heure avant de finalement dormir.

Aujourd’hui, j’ai deux chats: Alphonse et Gamin qui ont sept ans. Ce sont mes deux gros bébés d’amour. Pourtant, la plupart de mes amis rient un peu quand je parle d’eux et me disent ouvertement qu’ils ne les aiment pas quand ils viennent chez moi. Je le dis tout de suite: si quelqu’un est allergique aux chats, je comprends totalement la fermeture à vouloir être dans un environnement rempli de ces petites bêtes poilues. Et mes deux chats perdent énormément de poils. Ce que j’ai du mal à saisir, c’est la haine que certaines personnes ont envers ces petites bêtes à quatre pattes qui ne demandent qu’à recevoir de l’amour. Je sais que je suis à un extrême du spectre: dès que je vois un animal, j’ai envie de le prendre, de le coller et de jouer avec lui (même parfois un peu trop), mais j’ai du mal à saisir qu’on puisse ne pas aimer les animaux. Comme pas du tout.

Mais j’ai choisi de cesser d’essayer de comprendre.

IMG_2628

Toutefois, je refuse maintenant d’accepter qu’on ridiculise mes petites bêtes. OK, ce ne sont pas des êtres humains, mais ils sont vivants et ils font partie de ma famille. On peut rire de moi parce que je parle d’eux tout le temps, parce que je les montre tout le temps et parce que je les traite comme des merveilles, mais pas d’eux. C’est bien différent pour moi. Qu’on se moque, avec amour par amitié et mon obsession de chats, ça me va! Je suis consciente que je suis un peu folle d’eux. Mais qu’on dise à quel point ce sont les pires bêtes: non. Surtout pas quand on se met à les comparer aux chiens parce que là, on entre dans un autre débat… et comme j’aime les chiens, jamais je ne dirai que du mal d’eux (par contre je préfère les chats, je ne peux pas mentir).

Tu ne comprends pas mon amour pour les chats? Je m’en fous.

Mais sache qu’ils sont des animaux gentils, doux, attachés à leur maître et que pour moi, Alphonse et Gamin veulent dire beaucoup. Depuis sept ans, ils m’ont accompagnée à travers une peine d’amour, un déménagement, la mort d’un ami, la mort d’une grand-maman et bien plus. Je leur donne de l’amour, mais ils me le rendent bien. Mes chats sont cette présence qui me parle à leur manière matin et soir et avec lesquels j’ai mes petites habitudes que j’aime, moi qui ai une vie tout sauf routinière. Mes chats m’offrent cette routine et ce sentiment d’avoir une maison. Je dis à la blague que je suis leur maman… et que mon copain est leur papa. Et c’est notre petite famille à nous avant d’avoir des enfants (et ce n’est pas pour tout de suite, on ne lance pas de rumeurs ici svp).

IMG_2615

IMG_2643

Le look:

Chandail – Bench

Photos – Guillaum

IMG_2653

-->
Un article de
Camille Dg's Avatar
Camille Dg
Fondatrice & Rédactrice en chef

Camille est la fondatrice du site. Jeune femme qui carbure aux projets, un défi n'attend pas l'autre. Camille est une véritable globe-trotter qui quitte le...

Lire la suite
Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Lire autre chose que des notes de cours : top 10 des livres québécois à lire!