Style de vie

Partie 1 : ICI
Partie 2 : ICI
Partie 3 : ICI

Il m’a dit : « J’veux la marier. » Mot pour mot. Drette comme ça. On jasait en prenant un café. C’est lui qui m’avait donné rendez-vous. Fraîchement célibataire, je pensais qu’il voulait me dire à quel point il était amoureux fou de moi. Qu’après un an de relation amant-maîtresse, il était temps qu’on passe aux choses sérieuses. Mais non. Il m’avait invitée pour me parler d’elle. Sa nouvelle flamme. La si extraordinaire Sophie*.

Je m’en rappelle comme si c’était hier. J’étais devant lui, complètement assommée. Je l’écoutais à moitié, le visage crispé de douleur, les doigts agrippés à ma tasse de café.

– J’te dis, Cathou, quand je l’ai vue, j’ai su que c’était la femme de ma vie!

Incroyable. Je n’en revenais pas. Comment pouvait-il être aussi cruel envers moi? Était-il complètement dépourvu d’empathie? Et d’intelligence?

– Toi, t’es ma Cathou. J’t’aime beaucoup, mais comme amie. Tandis que c’te fille-là, elle me fait perdre la tête, tu comprends?

Oh que oui. Je comprenais. Je comprenais à quel point j’avais perdu mon temps avec lui. À quel point j’avais été naïve de croire qu’il me choisirait un jour. Je comprenais également que je devais ne plus jamais le revoir, lui, être égocentrique et égoïste. Qui avait trompé sa blonde pendant des mois avec moi. Blonde qu’il avait fini par laisser… pour une autre que moi! Quelle trahison! Quelle humiliation!

Dans les semaines qui ont suivi cet affront, j’ai fait face à un cocktail Molotov d’émotions : colère, tristesse, honte. J’ai refusé de répondre à ses appels et ses courriels. J’ai fait la morte. Facile. Car c’est ainsi que je me sentais à l’intérieur : morte.

Puis un jour, à l’université, une lueur d’espoir à la vue d’une publicité : « Inscrivez-vous au cours POL3505 et partez trois semaines en Russie pour y rencontrer différents acteurs de la scène politique et sociale. » Voyager? Parfait! La distraction des cœurs blessés par excellence. En Russie? Plus que parfait! Car là-bas, je n’avais aucune chance de le croiser, lui. Et en plus, je me spécialisais en politique russe. Ce cours était assurément la bouée de secours que j’attendais.

En Russie, je me suis liée d’amitié avec ma coloc de chambre, une certaine Valérie*. Une étudiante en droit international, ô combien brillante, cultivée et articulée. Elle et moi avons passé le voyage ensemble, à refaire le monde. Et à parler de nos amours. Ou plutôt de nos peines d’amour. Car Valérie aussi avait le cœur en mille morceaux. Non mais. Je revois encore la scène : deux âmes perdues déambulant dans les rues moscovites. Parties pour oublier les pas gentils qui leur ont brisé le cœur. Et qui passent pourtant leur temps à parler d’eux. Comme remède, on a vu mieux.

De retour à Montréal, Valérie et moi avons continué à nous voir. Puis un jour, dans un café…

– Val, devine qui j’ai vu hier soir?
– Non!
– Oui! Il m’a écrit, il s’ennuyait de moi, moi aussi, alors on s’est revus et…
– C’est quoi, il est déjà tanné de sa nouvelle blonde?
– C’est plus compliqué que ça. Il l’aime, mais il m’aime aussi, tu comprends?
– J’comprends surtout qu’il s’aime, lui! En tout cas, pas sûre que ce soit une bonne idée que tu l’revoies. Tu vas t’faire des attentes et… tu connais la chanson.
– Ouais. T’as peut-être raison…
– Pas peut-être. J’ai raison! Au fait, j’sais que t’as toujours préféré ne rien révéler de son identité, mais… Tu voudrais pas m’dire son nom au moins?

J’ai réfléchi deux secondes. C’est vrai que j’avais toujours fait preuve d’une très grande discrétion. Par mesure de précaution. D’un autre côté, je mourais d’envie de tout dévoiler…

– Il s’appelle Pierre-Alexandre*.
– Pierre-Alexandre?
– Oui…
– Pierre-Alexandre comme dans Pierre-Alexandre Laurier?!
– Euh… oui. Merde, tu l’connais?
– Ben oui! C’est le chum de ma meilleure amie, Sophie!
– Non! Sophie comme dans Sophie Bellemare?
– Oui.
– Tu m’niaises-tu?!

Non. Malheureusement, Valérie ne me niaisait pas. Et me regardait, horrifiée.

– Mon dieu. J’peux pas croire que ma meilleure amie est avec un pas fiable de même! J’fais quoi, là, moi? Faut que j’lui dise.
– Lui dire quoi?
– Tout!
– Non, surtout, ne lui dis rien! J’reverrai plus jamais Pierre-Alexandre, promis, juré! Alors ton amie peut dormir et se marier en paix.
– T’es naïve ou quoi? Si c’est pas toi, ce sera une autre. C’te gars-là est un infidèle chronique, c’t’évident!
– Merde. T’as raison… Un infidèle n’est fidèle qu’à son infidélité…
– Oh mon dieu, Catherine! Je CAPOTE! J’vais plus pouvoir regarder Sophie dans les yeux! Et t’imagines le malaise quand elle va m’parler d’lui?

Oui. Je pouvais facilement imaginer le malaise. Parce que du malaise, j’en ressentais pas mal, là. Non mais! Pourquoi ma nouvelle amie était-elle la meilleure amie de la nouvelle blonde de mon amant, hein? Pourquoi cette coïncidence? Une affaire de mauvais karma?

Je regardais Valérie hyperventiler à côté de moi et je pouvais lire le déchirement dans ses yeux : tout dire à son amie Sophie. Pour la protéger, elle. Ou bien ne rien lui dire du tout. Pour me protéger, moi. Mais parce que Sophie était une amie d’enfance et moi, une amie récente, je sentais bien que mes chances de sortir gagnante de ce dilemme étaient minces. Ainsi, plus les secondes passaient, plus je devenais la dégueulasse, la pas-fiable, la pas-de-principe, la sal…

Que devais-je faire? Me taire en regardant Valérie alerter la terre entière ou agir avant qu’elle ne le fasse? Parce que. Ça ne me tentait pas vraiment que Pierre-Alexandre m’appelle en panique pour me demander pourquoi sa belle et douce Sophie lui avait soudainement mis un gun sur la tête en criant : « Chéri, c’est qui, Catherine Courchesne? » Merde. Je devais agir, et vite!

– Pierre-Alexandre?
– Cathou! J’suis si content d’entendre ta voix!
– Oui, ben… Attends un peu avant de te réjouir. Parce qu’on a un problème.

La suite mardi prochain.

* Tous les noms de ce texte sont fictifs, sauf le mien.

maîtresse, triangle amoureux, amant

Source: https://www.thestar.com/entertainment/movies/

-->
Un article de
Catherine Courchesne's Avatar
Catherine Courchesne

Baccalauréat en études littéraires, maîtrise en science politique, certificat en psychologie et professeure de français, Catherine se laisse guider par son insatiable curiosité et sa...

Lire la suite
Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

5 mets typiques que tu te dois de manger à Taipei, Taiwan