Faits Vécus

Parfois, j’aime m’imaginer des versions de moi alternatives. Comment je serais aujourd’hui si j’avais grandi dans les gratte-ciels de la ville plutôt qu’au milieu des champs en campagne, si mes parents m’avaient inscrite à des cours de hockey à la place des cours de danse, si je n’avais pas été acceptée à l’école secondaire où j’ai gradué. Nos vies, si spécifiques, sont en fait un beau chaos organisé, créé de hasards et de coïncidences. Une immense loterie où on ne possède pas grand contrôle, finalement. Quand on y pense, ça relève presque du miracle que soyons précisément où nous en sommes aujourd’hui.

Voici toutes celles que j’aurais pu être si j’avais mené une vie différente, toutes celles que j’aimerais devenir et, qui sait, toutes celles qui cohabitent simultanément en moi.

La dure à cuire

femme cheveux courts toupet carré fuméeSource image: Pexels

Celle qui n’a pas la langue dans sa poche, qui ne laisse personne lui marcher sur les pieds. Celle qui mord, celle qui n’a pas de pitié, celle qui réplique deux fois plus fort quand on la provoque. La fille coriace, tenace, carapace. Celle qui s’habille toute en noir et qui porte du cuir, qui se coupe les cheveux très courts ou qui les teint d’une couleur funky. Parce qu’elle s’en fout, parce qu’elle est détachée, parce que rien ne l’atteint, parce qu’elle est au-dessus de tout. Elle inspire le respect, la confiance. Elle n’a peur de rien, parce qu’elle a compris que les femmes fortes s’avèrent beaucoup plus effrayantes que n’importe quel monstre qui pourrait surgir dans le noir.

L’enfant de la terre

femme maillot une pièce noir chute d'eauSource image: Unsplash

La fille libre qui n’a besoin que de son petit sac, une chanson et de la bonne compagnie pour être la plus heureuse. Celle qui voyage dans des endroits reculés, qui se promène sans souliers et qui a toujours les pieds dans le sable, l’eau ou l’herbe fraîche. Celle qui sourit grand, qui aime simplement et qui ne s’attache pas aux choses matérielles. Elle collectionne les coquillages, les photographies et les aventures. Elle est la fille de tout le monde et de personne à la fois.

La fille rose bonbon

femme robe fleurie de dos devant champSource image: Unsplash

Celle qui porte les cheveux longs et des robes fleuries. Elle vernit ses ongles d’orteils et porte du rouge à lèvres. Elle est toujours bien mise, toujours bien coiffée, bien habillée. Rien de travers, elle est lisse et douce et lumineuse. Elle dit toujours merci et s’excuse souvent. Elle est discrète, un peu timide. Elle ressemble au vent et court dans les champs.

La sportive

fille skateboardSource image: Unsplash

Celle qui n’a pas peur de se salir sur un terrain de soccer, qui court plus rapidement que tous les garçons de sa classe. Elle joue au rugby ou au hockey, elle n’a pas peur de se battre et utilise sa force comme une bénédiction. C’est celle qui se fout de son apparence, qui n’a que faire de sembler attrayante aux yeux d’autrui. À quoi bon? Ses cheveux sont toujours emmêlés, elle porte des vêtements amples et des espadrilles, toujours des espadrilles, les talons sont inconfortables et la briment dans ses mouvements. Elle espère ne jamais être sage.

L’intellectuelle

femme qui list assise par terreSource image: Unsplash

Celle qui a toutes les aptitudes pour devenir ingénieure ou médecin, qui connaît tous les vieux classiques de la littérature française, genre Voltaire ou Maupassant. Le nez constamment caché dans ses bouquins, c’est celle dont la bouche prononce des mots inconnus, qui parle plusieurs langues, qui corrige même ses professeurs. Elle passe ses après-midis au musée ou à la bibliothèque. Elle est réservée: les autres pensent qu’elle est seule, mais elle a ses livres. Elle ne sait pas ce qu’est la solitude.

L’artiste

femme de profil qui peintSource image: Pexels

Celle toujours un peu couverte de peinture, qui traîne un carnet avec elle partout où elle va, qui prend des photos de ce qu’elle trouve beau, qui dessine sans réfléchir sur le coin de ses examens. C’est celle un peu négligée, toujours ailleurs, la tête en pleine ébullition, qui disparaît pendant des jours parce qu’elle trop occupée à créer. Elle pense en notes de musique, en ribambelle de mots, en palette de couleurs.

La fille que je suis

La fleur sensible qui perd ses pétales à la moindre intempérie. Celle qui s’habille parfois de grands chandails et de jeans troués, parfois en petite robe d’été. Celle qui est mauvaise en sport, mais excellente en langues; qui n’a aucun talent pour les sciences, mais qui  sait créer toutes sortes de choses à partir de rien.

Source image de couverture: Pexels
-->
Un article de
Mathilde Côté's Avatar
Mathilde Côté

Mathilde est une fille intense. Hypersensible au cœur d’enfant, elle ressent les choses fort, grand, vrai. Tout du monde l’assaille et l’émerveille; la subjugue et...

Lire la suite
Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

L’anxiété du dimanche soir