Faits Vécus Sport & Santé

Il y a une dizaine d’années, j’ai eu des cours de biologie totale imposés par le travail. J’étais avec une douzaine de collègues, ça me faisait donc plein de camarades pour partager un pichet de bière au dîner. Je n’y voyais aucun autre avantage que celui d’une bouffe gratuite.

Cette « science », je n’y croyais pas du tout. Je n’aimais pas le prof non plus, il se donnait un air trop bienveillant et trop… analytique. Il devait bien voir que je ne prenais rien de ça au sérieux! Les années ont passé et je n’y ai plus repensé.

La sceptique sera confondue

Quand la vie nous amène gentiment des leçons mais qu’on ne veut pas faire preuve d’ouverture pour les accepter, elle nous force parfois d’une manière plus brutale à avaler la pilule. Je n’ai eu d’autre choix que de me rendre à l’évidence, quelques années plus tard, que les signes que mon corps m’envoyait voulaient bel et bien dire quelque chose. Je ne parle pas d’un bleu qui apparait suite à une chute ou d’un rhume transmis par un proche, mais de maux qui semblent sortir de nulle part.

médecin table instrumentsSource image: Pixabay

Un premier « cas »

En 2012, j’ai vécu un stress énorme à cause d’un patron tyran. Des plaques étaient apparues un peu partout sur mon corps, et ça démangeait beaucoup. Je ne m’étais pas roulée dans l’herbe à puce et je n’avais aucune allergie. Le doc m’avait prescrit une crème, mais les plaques ne partaient pas. Je savais que ça me « démangeait » de partir de là et d’envoyer promener mon patron. Quand j’ai tout quitté, les plaques sont parties toutes seules.

Je sais que pour les sceptiques (comme j’étais), ça peut paraître complètement débile, mais j’ai vécu plus d’un épisode du genre pour dire que c’est seulement une coïncidence. Et attention, je ne dis pas qu’il ne faut pas consulter un professionnel de la santé. Au contraire. J’ai toujours demandé l’avis de mon médecin lorsque j’avais un ennui de santé qui persistait.

Mais au-delà des antibiotiques et des traitements, j’ai dû admettre que certains problèmes récurrents prenaient leur source ailleurs. Je venais tranquillement à la conclusion que la fameuse phrase « tout ce qui ne s’exprime pas s’imprime » était vraie. Du moins, elle l’était et l’est encore pour moi. Nos émotions enfouies finissent bel et bien par faire des ravages. Libre à toi de le croire ou non.

La série d’otites inexpliquées

Il n’y a pas si longtemps, j’ai fait trois otites en moins d’un an. Je n’en avais pas fait depuis que j’étais bébé. Les antibiotiques venaient à bout de chacune d’elles, mais une autre apparaissait quelques jours plus tard. Je ne faisais pas de plongée, je ne me baignais pas, je n’avais pas de virus et je n’avais rien changé dans ma vie pour développer autant de problèmes aux oreilles.

Cependant, ça faisait longtemps que je songeais faire un grand voyage et je n’osais pas quitter mon emploi. La petite voix me disait sans cesse de foncer, mais je ne voulais rien « entendre », je ne voulais pas « m’écouter ». Dès que j’ai pris la décision de partir, je n’ai plus refait d’otite. Mon corps avait parlé, et je l’avais ignoré. Il m’a fallu trois fois pour finalement l’écouter et poursuivre mon but.

Le Parkinson

Une personne que je connais a récemment développé la maladie de Parkinson. Selon la cause émotionnelle généralement attribuée à cette pathologie, il est dit que : Cette maladie se manifeste en général chez la personne qui a peur de ne pas pouvoir retenir quelqu’un ou quelque chose. […] La personne affectée par cette maladie est une personne rigide qui s’est elle-même beaucoup retenue depuis longtemps pour cacher sa sensibilité, sa vulnérabilité, son anxiété et ses peurs, surtout lorsqu’elle est indécise. Elle a beaucoup voulu tout contrôler et maintenant sa maladie lui dit qu’elle en est arrivée à ses limites et qu’elle ne peut plus tout contrôler, pour elle-même et pour les autres. Son système nerveux est fatigué de vivre toute cette tension intérieure qu’elle s’est créée en gardant tout caché. 

Ses proches et moi ne pouvions nier que cette description collait bien à elle. Encore là, il est essentiel d’être suivi par des professionnels de la santé, mais s’aider dans son cheminement personnel et essayer d’éliminer son mal-être intérieur ne peut qu’être bénéfique au plan physique. Tout est relié, qu’on le veuille ou non.

ordinateur médecinSource image: Pixabay

Sois curieux

Il y a beaucoup d’autres exemples que je pourrais donner, mais si tu es curieux de faire le test pour certains problèmes que tu as ou as déjà eus, fais la recherche « dictionnaire des maux » avec l’anomalie en question. Par exemple : « dictionnaire des maux, problème aux pieds ». Le site qui revient le plus souvent (et que j’aime bien) est Esoterika, mais d’autres sites donnent aussi de bons résultats. Il existe également des ouvrages très complets et franchement intéressants.

Si ton corps t’envoie des signaux (des maux), écoute-le maintenant. N’attends pas qu’il te rende sérieusement malade. Au fond, tu n’as rien à perdre à te questionner sur tes états d’âme?

-->
Un article de
Veronique Laforest's Avatar
Veronique Laforest

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

L’avenir au détriment du présent