Style de vie

En ce début de septembre ou, devrais-je dire, en cette mi-septembre, on observe peu à peu l’automne arriver. Mais cela signifie aussi que c’est la rentrée. Mais pas n’importe laquelle. Mise à part la fameuse rentrée scolaire, il y a aussi la rentrée culturelle et c’est ce qui nous plaît le plus au blogue Le Cahier! Les postes de télévision partagent leurs nouveaux téléromans, les compagnies lancent de nouveaux produits, les collections de vêtements d’automne/hiver font leur apparition et les théâtres débutent leurs pièces.

D’ailleurs, la semaine dernière marquait le début des représentations de la pièce « Oslo », présentée au Théâtre Jean Duceppe. Notre soldate préférée Camille n’avait rien d’une guerrière la semaine passée malheureusement puisqu’elle combattait alors une vilaine grippe qui l’a clouée au sol pendant plusieurs jours. C’est donc sur son cheval blanc que Lambert et sa copine Noémie sauvèrent la situation et allèrent profiter de cette invitation généreuse. Cet article contient donc leur compte-rendu!

Une histoire d’ennemis

On commence par le commencement, soit l’histoire de la pièce.

« Deux ennemis jurés se rencontrent. Des décennies de haine les ont menés là, à braver l’interdiction de contact pour tenter de trouver une issue au conflit qui déchire leurs peuples. À l’origine de cette réunion improbable : un couple de diplomates norvégiens aux manières peu orthodoxes. Avec ruse, détermination et persuasion, ils se sont lancés un défi insensé : orchestrer une série de négociations clandestines entre l’État d’Israël et l’Organisation de libération de la Palestine. Privilégiant une démarche plus intime, loin des caméras et des avocats, ces deux visionnaires verront leurs efforts aboutir à la signature des célèbres accords d’Oslo de 1993. Oslo raconte leur incroyable histoire. » (source : Théâtre Jean Duceppe)

Un jeu d’acteur convaincant

L’histoire d’une pièce se transmet par le scénario, certes, mais nous sommes d’avis que le talent ainsi que la précision des acteurs peuvent tout changer. C’est justement ce que Lambert et Noémie vécurent à travers les personnages joués par Emmanuel Bilodeau et Isabelle Blais. Leurs personnages incarnent les chefs d’orchestre et médiateurs du canal de discussion secret qui a été fait à Oslo en 1972 afin de créer des rencontres secrètes visant à engager des négociations entre les deux peuples à huis-clos et sans l’ingérence de la communauté internationale, pour ne pas dire des États-Unis.

Une pièce à voir

Même s’il s’agit d’une longue pièce de 2h40, Noémie et Lambert la conseillent vivement à tous ceux qui veulent en apprendre davantage sur cette tranche de l’histoire du conflit israélo-palestinien. En effet,  la pièce Oslo est également historique et instructive, en plus d’être divertissante. Elle réussit à renseigner le grand public sur ce conflit malheureusement toujours d’actualité tout en gardant un oeil objectif.

Alors, qu’est-ce que vous attendez?

 

Source photos : Théâtre Jean Duceppe

-->
Un article de
Annie Robitaille's Avatar
Annie Robitaille

Diplômée de l'UQÀM en relations publiques, Annie ne se doutait pas qu'elle allait se retrouver de l'autre côté de la force, soit de représenter elle-même...

Lire la suite
Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

Les 8 raisons pour lesquelles l’automne est ma saison préférée