Faits Vécus

Si ma dernière rupture avait été une compétition, je l’aurais gagnée à plate couture. 

Sur le podium des sentiments, j’occupais fièrement la première position. Mon visage saignait abondamment et j’affichais le sourire le moins sincère du monde, mais peu importait : c’était moi qui recevais l’or. Je le recevais tel un coup de pelle dans la face, en fait, mais c’était quand même mieux que les applaudissements sarcastiques auxquels tu avais eu droit.

J’avais gagné la première épreuve : dans ce concours de popularité que sont les amours courts dans la saison du célibat, je suis premier au classement. Même en comptant l’avance que tu avais prise avant la fin de la relation. Même en prenant en compte qu’à peine 18 h après l’ouverture de la compétition, tu étais déjà sur le point de pouvoir crier victoire. Revirement de situation : tu cris famine et je prends la tête de la course malgré mon départ tardif. J’ai pu m’alléger en me débarrassant de mes valeurs et de mes principes, alors je cours encore plus vite. Toi, tu t’élances avec le poids de la culpabilité sur les épaules : c’est clair que tu ne seras jamais capable de me rattraper. 

course

Un succès supplémentaire vient du fait que je ne suis pas la pathétique personne qui guette en secret sa proie anciennement laissée pour morte dans une ruelle, par une nuit d’hiver assez romantique pour qu’elle espère que la petite neige scintillante suffise à cacher tout le sang qu’elle a fait couler sur la chaussée. Toi, oui. C’est hilarant tout ça, considérant que c’est toi qui ne pensais jamais à fermer le rond du poêle sur lequel reposait notre relation. Tes habiletés en cuisine ont bien beau être aussi surestimées que ton sens moral, tu devrais tout de même savoir qu’une fois carbonisé, on ne peut pas récupérer un plat même si on essaye vraiment vraiment fort et qu’on ajoute des épices pour essayer de masquer le goût âcre qui nous reste en bouche. C’est 2 – 0 pour moi, très cher. Comment te sens-tu, pour une fois que ce n’est pas toi qui as le dernier mot?

Je mérite clairement une mention honorifique pour tout le drame que j’ai pu créer aussi. Ça prend un certain talent pour pouvoir réclamer autant d’attention de la part de tout le monde et pour pouvoir étaler tes insécurités et tes secrets de manière presque subtile sur la place publique : j’ai ce talent. Un trophée de plus pour moi! Ça n’arrête plus, il y en a tellement : on dirait tes échecs qui pleuvent sous le ciel nuageux de ma vie. Sûrement qu’à force de te faire pleurer et regretter, les nuages vont finir par passer. Je compte là-dessus pour tenter de retrouver le Soleil un jour. Dans cette épreuve, ce n’est peut-être pas moi qui ai gagné le plus de maturité.

théâtre

Il me faudrait aussi un prix pour avoir acquis la meilleure des pires réputations. Pour être la personne qui ne pleure pas quand l’autre ne lui retourne pas son salut dans un corridor assez vide pour que ce soit impossible de ne pas l’avoir vu s’en venir vers elle, un peu comme une balle de fusil, mais en plus lent et plus peroxydé. Comme un raz-de-marée de nostalgie manquée et de remise en question de ma capacité à faire des choix éclairés. 

Pour être la personne qui a gagné le plus de haine envers l’autre. Pour être celui qui s’est construit la plus grosse carapace et qui a la personnalité la plus clivée de tout l’univers. Pour être celui qui craint le plus qu’un jour tu réapparaisses au coin de rue de ma vie. Qu’on me tende la torche olympique dans le fond, que je puisse embraser tout ce qui se trouve autour de moi afin de m’assurer que tu ne puisses plus jamais m’approcher.

veille ville

Au final, je n’ai pas vraiment gagné grand-chose. C’est juste que, dans cette arène où nous nous affrontions, j’en ai moins perdu que toi. Je tiens encore debout, moi, mais c’est dur. Surtout quand il y a un petit vent comme aujourd’hui parce que j’ai bien d’autres décisions à prendre dans ma vie que celles qui ont rapport avec toi. 

Au final, c’est un peu lourd toute cette compétition. 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

-->
Un article de
Charles Groleau's Avatar
Charles Groleau

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Les soutiens-gorge de sport les plus efficaces pour les poitrines généreuses!