Faits Vécus

Suite aux évènements sociétaux et personnels déroutants étant survenus dans ma vie au cours des derniers mois, j’ai ressenti un immense besoin d’aller me perdre en nature pour mieux me retrouver. J’ai toujours eu ce besoin fou, quand ma vie tourbillonne autour de moi et que je sens que je perds le contrôle, d’aller prendre une bouffée d’air, une vraie. Histoire de profiter du calme et de la sérénité que me procure Dame Nature pour remettre mes idées en place.

Au-delà d’avoir comme effet de calmer instantanément les tempêtes survenant dans ma tête et mon cœur, la nature a toujours également été pour moi source de réflexions et d’introspections. Comme si sa capacité mystique à mettre le temps sur pause me donnait l’opportunité rarissime dans cette vie effervescente de m’arrêter et de plonger au plus profond de moi-même.

C’est assise seule en pleine forêt à contempler cette grandeur et vastitude qui m’entoure que j’en suis venue à réaliser que nous sommes, dans cet univers, infiniment petits et vulnérables. Un peu comme l’arbre qui, lorsque les bourrasques se font sentir, se retrouve à osciller de tout son être, force est de constater que nous ne sommes pas si différents.

nature forêt verdure femme perdueSource image: Unsplash

Face aux évènements hors de notre contrôle qui surviennent dans notre vie, nous pouvons ou avons tous été amenés à vaciller, voire même fléchir. Tel le vent qui, sans crier gare frappe la nature de plein fouet, des épreuves et des rebondissements peuvent survenir dans notre vie à tout moment.

Ce peut être la perte d’un être cher, la fin d’une relation qu’on espérait voir durer pour toujours, la perte d’un emploi qu’on adorait, la maladie, ou encore un recommencement à zéro imprévu. Personne n’y échappe et personne n’y est invincible. Nous avons ou serons tous amenés dans cet état de vulnérabilité totale un jour ou l’autre. Petits face aux épreuves impromptues de la vie.

En observant la nature, j’ai l’impression de regarder tout droit dans un miroir et d’y percevoir un reflet de la réalité humaine. S’il est vrai que l’arbre est vulnérable aux conditions météorologiques qui peuvent survenir à tout instant, il est également vrai que sa capacité à résister aux bourrasques s’abattant sur lui réside au plus profond de son être. Sa force lui vient de ses racines. Si ses racines sont fortes, il pourra osciller, perdre des feuilles ou même des branches, mais il ne tombera pas. Lorsque les bourrasques seront passées, il se remettra debout et, s’il a été blessé, guérira.

racine chutes d'eau natureSource image: Unsplash

Alors, face aux épreuves que la vie nous lance, soyons comme la nature. Ancrons-nous à des racines solides et profondes. Que ce soient nos valeurs, nos convictions, les êtres chers de notre vie, nos rêves, nos projets, nos aspirations ou nos passions, sachons trouver les fondations qui nous rendent plus forts et nous poussent à nous relever et à rester debout, envers et contre tout.

Sachons nous enraciner dans ce qui compte vraiment, afin de pouvoir vivre et profiter de cette vie, au gré du vent.

Source image de couverture: Unsplash
-->
Un article de
Laurence Bérubé's Avatar
Laurence Bérubé

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Mon histoire avec la santé mentale - Partie 2