Sport & Santé Style de vie

Un média d’information sortait hier un article concernant l’équipe de hockeyeuses Les Rafales. La problématique : l’équipe s’est qualifiée pour la finale régionale dans la catégorie pee-wee C masculin, mais Hockey Mauricie a décidé qu’elle n’y participerait pas.

Après avoir lu l’article, j’étais surprise d’apprendre qu’une équipe féminine, ayant pourtant vaincu l’équipe de garçons en demi-finale, n’aurait pas sa place à la finale régionale, qui se déroulera la fin de semaine prochaine.

Dans l’article en question, on peut lire que Céline Trudel, directrice administrative de Hockey Mauricie, affirme que « c’est ainsi que le règlement est fait ». Toutefois, j’ai moi-même communiqué avec Mme Trudel et lui ai demandé si ce règlement pourrait éventuellement être modifié. Bien qu’elle ait affirmé n’avoir jamais dit une telle chose, elle m’a ensuite expliqué la situation plus en détail.

D’emblée, il faut savoir que l’association a décidé d’intégrer les filles à la ligue de garçons « parce que le nombre de joueuses n’est pas assez grand pour avoir plusieurs équipes en région ». Mme Trudel explique que ce n’est pas « parce que ce sont des filles » qu’elles ne peuvent pas participer à la finale régionale, mais bien parce qu’elles ont la Coupe Dodge qui approche, un tournoi spécifiquement féminin, et que la raison principale pour laquelle Les Rafales ont pu faire les séries c’est pour avoir du temps de glace de plus avant ce tournoi. Sachant que la saison des garçons se terminait le 28 février dernier.

equipe-hockey-feminin-les-rafales-mauricie-2

Source image : Radio Canada

 

Toutefois, la question que je me pose : pourquoi les laisser jouer de prime abord chez les garçons si c’est pour les retirer par la suite ? Si elles ont remporté la demi-finale, pourquoi ne pas les laisser participer à la finale ?

Plusieurs parents et athlètes ont été déçus par la nouvelle. J’en conviens que c’est fort décevant, voire injuste, de ne pas pouvoir disputer sa place en finale, alors que l’on sait qu’elles ont remporté la demi-finale. Je ne suis pas la seule à crier l’injustice. Selon Danièle Sauvageau, la directrice générale de l’équipe de hockey féminine des Carabins de l’Université de Montréal, c’est un manque d’équité. « Si cette équipe-là est capable de jouer et qu’on l’a acceptée pour jouer dans le tournoi, les dirigeants doivent avoir l’ouverture de leur permettre de continuer », a-t-elle déclaré en entrevue à Radio Canada.

Prendre exemple sur le Phénix d’Esther-Blondin

Si l’association Hockey Mauricie a refusé les filles en finale régionale, c’est tout le contraire pour le Phénix d’Esther-Blondin qui a accepté la toute première gardienne de but dans la Ligue midget AAA du Québec.

« On n’est pas parti avec l’idée de se dire que c’est une fille, donc peut-être que… non, pas du tout ! Elle est arrivée au camp prête », affirmait Roberto Micalef, entraîneur des gardiens de buts du Phénix d’Esther-Blondin, au téléjournal de Radio Canada.

Espérons que cette décision changera les mœurs entourant les filles dans le hockey au Québec. 

Ève Gascon

Source image : Phénix
-->
Un article de
Alex Gonthier's Avatar
Alex Gonthier

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Pas meilleure que ton ex