Aujourd’hui, la solitude est souvent vue de manière péjorative, surtout par les personnes nouvellement célibataires. Oh non! Plus de batteries dans ton cell et tu te sens déjà seul.

Rares sont les personnes qui vont se laisser vraiment habiter par la solitude.

Parce qu'elle fait peur! Mais je te rassure, elle s’apprivoise aussi. Elle n’est surtout pas méchante. Elle est douce, elle est authentique et elle fait du bien. À quand remonte ta dernière semaine en solo? Bien sûr, je veux dire sans enfants, ni amis ou famille. Pas de date non plus. Juste toi. Juste toi en faisant ce que tu aimes.

On dit que les séparations de couple mènent à la solitude. C’est pourquoi plusieurs (la majorité) des gens ne veulent ou n’osent pas mettre fin à leur relation. Simplement, par peur. C’est aussi pourquoi les célibataires swipent à gauche et à droite. Ils sont à la recherche du match parfait ou simplement d’une relation tout court.

Mais à quel prix ? N’importe lequel, pourvu que leur prochaine soirée soit planifiée. 

Il faut dire que les deux dernières années ont mis beaucoup de gens à rude épreuve, niveau solitude. La fameuse Covid-19 a fait des vagues et des ravages au sein de plusieurs couples et relations. Elle a aussi placé bon nombre de personnes face à eux-mêmes. Tellement de gens sont habitués de s’étourdir avec mille et une activités : le 5@7 du bureau, les soirées familiales, les soupers entre filles, les parties de hockey entre boys, les jeudis Poker et nomme-les! Toutes les raisons sont bonnes pour remplir l’horaire.

Toutes les raisons sont bonnes pour ne pas rester seules.

solitude

Source de l'image : Unsplash

Tu passes une soirée seul ce soir parce qu’hier, tu l’as échappée un peu avec ta nouvelle amie célibataire (Enfin, une amie pour tes soirées plus plates). T’es rentré aux petites heures du matin. Tu as la gueule de bois et tu t’enchaines 3-4 séries Netflix depuis 13h.

Tu me dis : « Bah y’a rien là, la solitude! »

Je te parle de la solitude par choix, pas par défaut, et pas qu’une fin de semaine. Je te parle d’être seul souvent, et surtout d’être seul dans ton esprit et dans ton cœur. HOUUU! Ça, ça fait peur !

Tsé les petits textos, aussi réconfortants soient-ils, que tu reçois de ton ex. Tsé les petits coucous que tu envoies à tes nouveaux amis Facebook. Tsé les likes dans les storys du gars ou de la fille que tu ne connais pas vraiment mais que tu trouves plutôt cute.

Sans en être vraiment conscient, ce sont toutes des tactiques pour repousser ta solitude.

Lorsque tu publies une photo que tu as soigneusement choisie, avec effet ou non, avec filtre ou non, et dont tu comptes et recomptes les likes, les attentes se font de plus en plus sentir. Juste au cas où tu aurais une réponse ou un commentaire. Juste pour regarder ton maudit téléphone pour la 72e fois aujourd’hui. Juste pour te sentir moins seul, tout simplement. 

Apprivoiser la solitude, c’est se défaire volontairement de toutes ces petites manies qui occupent ton esprit et ton temps, pour essayer de te faufiler à travers ces branches qui te terrorisent ou t’ennuient.

Apprivoiser ta solitude, c’est accepter ce que l’univers t’offre, sans rien provoquer volontairement.

solitude

Source de l'image : Unplash

Il y a certainement des étapes à suivre et elles se font assez naturellement.

Chaque personne est différente, alors chaque cheminement est différent.

Mais une chose est certaine, toutes celles qui sont en processus de, ou qui sont en paix avec leur solitude, ont sans doute ce critère en commun : l’amour de soi. La personne avec qui tu vis chaque jour, la personne que tu regardes chaque jour dans le miroir, la personne avec qui tu passes le plus de temps ; c’est toi.

L’amour de soi vient avec la connaissance de soi, c’est un pré requis. Le développement personnel se construit avec des expériences, des croyances, des gestes concrets et les décisions de choix judicieux. Chose certaine, avec de la volonté, tout le monde peut y arriver. J’ai confiance en toi!

Ferme tes yeux, imagine-toi en haut d’une énorme et gigantesque falaise ou il est impossible d'apercevoir le sol. On te demande alors de sauter. On te promet qu’en bas, on te rattrapera. Sans l’ombre d’un doute, tu te poses mille et une questions. Tu as peur, tu trembles, tu as de la misère à gérer tes émotions, tu as même de la difficulté à respirer.

Tu as la trouille et c’est tout à fait normal.

On a peur, car on ignore ce qui se trouve au sol. C’est plutôt sombre et brouillé. Il arrive la même chose avec la solitude lors d’une séparation. C'est en franchissant les étapes, une à une, et qu'on a enfin décidé de sauter, qu'on se rend compte qu’on est bien plus fort qu’on ne le croyait. Cela peut prendre quelques années. C’est merveilleux de se laisser tomber pour être enfin soi-même, pour se (re)trouver, pour vraiment vivre sa solitude, vivre sa liberté et être en paix avec nos choix de vie.

falaise

Source de l'image : Unsplash


Dans les relations de couple, on retrouve énormément de personnes, près de 98%, qui ne sont pas heureuses. Elles sont prises avec de la dépendance affective et/ou de la co-dépendance et l'utilisent pour fuir leur solitude. 

Malheureusement, c’est plus fort qu’elles. On a probablement tous et toutes déjà vécu des relations qui n’étaient pas saines, qui ne relevaient pas nécessairement de la personne que nous sommes aujourd’hui, mais qui étaient faites pour être vécues.

Tout cela, pour nous faire grandir et se connaître.

On parle de dépendance affective lorsque l’estime de soi de quelqu'un est entièrement dépendante du regard de l’autre sur elle. La personne souffrant de dépendance affective en arrive à exister que par l’autre. Elle aime mal, plutôt que trop. 

« Une personne saine ne reste pas avec un dépendant. Elle lui fait signe que ça suffit et, si rien ne change, elle part. » ¹ 

  • Daniela Danis, psychologue et psychothérapeute, spécialisée dans le traitement des addictions.

Seul le co-dépendant reste avec le dépendant. Ayant peu de respect pour lui-même, il est enclin à accepter l’inacceptable.

La co-dépendance affective est un trouble comportemental acquis qui affecte la capacité d’une personne à entretenir des relations équilibrées avec autrui. Il dénie ses propres besoins et limites.

« À mesure que l’autre s’impose, le co-dépendant s’efface jusqu’à devenir invisible. Il se s’écoute pas et à un certain moment, c’est son corps qui finit par craquer. » ¹ 

Difficile de faire face à ses propres démons et ses propres blessures intérieures, mais c’est aussi ça, la connaissance de soi.

La solitude peut nous faire découvrir de belles choses, si on lui laisse le temps de le faire.

Accomplir des choses pour soi, sans avoir toujours besoin de la présence des autres, peut être très bénéfique pour l’estime de soi. Apprivoiser sa solitude, c’est aussi apprendre à prendre soin de nous.

Si la solitude te fait peur et que tu t’empêches de prendre une quelconque décision, apprends à l'amadouer tranquillement et tu verras qu’elle peut juste te faire du bien. Avec le temps. 

Mieux vaut vivre seul célibataire, que de vivre en couple et avoir l’impression d’être toujours seul. 

Alors, on se retrouve dans le 2% ?

¹  Source des citations : Planète Santé
Source de l'image de couverture : Unsplash

Les plus populaires

Accueil