C’est en forgeant qu’on devient forgeron… Dans le cas d’Eva Moist, drag queen maskoutaine, on constate qu’il faut prendre son temps et savoir saisir les opportunités : finalement, c’est en « draggant » qu’on devient artiste drag.

De nature timide et réservée, Jason Collins travaille dans le domaine de la vente. C’est dans les clubs, les soirées spectacles et les événements qu’il revêt son maquillage, ses talons hauts et sa perruque pour incarner son alter ego énergisante : la drag queen et diva de la danse pop, Eva Moist.

L’origine de son nom vient d’un jeu de mots : ever moist (toujours moite). C’était sa façon originale et humoristique de marquer les esprits et que le public se souvienne d’elle. Au départ, son patronyme allait être Holly-D (holiday), mais elle croyait trouver mieux. Et elle avait raison ! 

La naissance d’Eva Moist a eu lieu à l’occasion de la 10e édition de Drag-moi, animée par Marla Deer au Cabaret Mado, en 2018. Durant cette édition, de grosses pointures de la drag se sont affrontés, tels que Kiara (Canada Drag Race saison 1) ou Rock Bière, le vainqueur et l’un des drag king les plus populaires de Montréal.

C’est avec peu de maquillage, un costume banal, mais sympathique et peu de préparation que l’artiste a été éliminée au premier tour. Sa prestance sur scène a heureusement été saluée par les juges. Déçue, mais pas découragée, Eva a appris des critiques constructives pour lui permettre de mieux travailler son personnage. 

« Il faut laisser les choses arriver, mais travailler pour qu’elles arrivent. »

C’est cette citation de Rita Baga, qui pousse Eva à ne jamais abandonner. À l’aube de ses 30 ans, sa passion pour sa carrière sur scène la pousse toujours plus loin, depuis 3 ans et demi.

View this post on Instagram

A post shared by Eva Moist (@evamoist)

Sortir des sentiers battus

Durant son enfance, la communauté LGBT de Drummondville n’était pas très active. Ceci dit, bien qu’Eva Moist a eu la chance de ne pas avoir subi d’intimidation pour son orientation sexuelle, ça a renforcé sa timidité et son côté réservé.

C’est lors d’une sortie à Montréal, à l’âge de 19,  qu’elle a pensé à se lancer dans ce domaine.

« Quand j’ai vu Rita Baga performer au Cabaret Mado, c’est à ce moment-là que je voulais commencer à m’exprimer. J’ai longtemps hésité, mais je ne regrette pas. »

Avec ce déclic, son personnage a commencé à prendre forme. Faisant profile bas le jour, grâce à Eva Moist, Jason faire la paix avec lui-même et renaître de ses cendres.

Eva se spécialise en danse, rythmée et complexe. Grâce à sa sensualité, sa présence et son calme sur scène, elle donne son maximum à chacune de ses performances.

Elle s’inspire beaucoup des artistes comme Little Mix et les Pussycats Dolls pour ses costumes. Elle trouve aussi l’inspiration auprès de ses collègues. Ce sont les précieux conseils de Rainbow, sa rencontre avec Kharyanna Romy à Drummondville et la main que lui a tendue Madame Pop-Corn, qui poussent Eva Moist à se démarquer.

Tranquillement, elle s’est taillé une place et a pu réaliser un de ses objectifs : performer devant sa famille pour leur permettre de découvrir son art, leur montrer sa fierté et se permettre de tourner une page de sa vie.

Elle continue toujours à améliorer ses maquillages et elle prévoit apprendre la couture pour pouvoir fabriquer ses propres costumes.

View this post on Instagram

A post shared by Eva Moist (@evamoist)

Prendre sa place et faire rayonner la communauté

Eva a entrepris un projet titanesque : faire connaître l’art de la drag dans sa ville, Saint-Hyacinthe. 

« Pour représenter la communauté, et mon passé, je veux mettre en avant la drag pour inspirer les autres ».

Grâce à la montée en popularité de la drag, elle espère faire un pas de géant et inspirer la relève. Ainsi, elle pourra mettre encore plus en lumière la communauté LGBT via des organismes communautaires.

D’ici là, elle continue de s’entraîner pour ses prochains numéros. Le 14 avril prochain, elle participera à la semi-finale de MX Cocktail, organisé au bar Le Cocktail à Montréal. Si elle franchit cette étape, elle se rendra en finale le 21 avril pour tenter de remporter la couronne !

C’est avec force, patience et persévérance qu’Eva Moist poursuit sa route dans l’univers de la drag. Elle rêve de pouvoir un jour vivre de sa passion et de pouvoir participer à une compétition de télé-réalité aux côtés de pointures légendaires.

« Il faut être patient. N’oublie jamais que les motivations de la drag sont toujours valides et que tu vas avoir ta place. Car tu es le seul à être capable de te réaliser. Crois toujours en toi. La journée où tu vas arrêter de t’en faire, c’est à ce moment-là que tu auras du plaisir sur la scène. »

View this post on Instagram

A post shared by Eva Moist (@evamoist)

Image de couverture via l’Instagram d’Eva Moist

Les plus populaires

Accueil