Faits Vécus

C’était le 9 février 2007, le jour où mon père a reçu un cadeau inestimable. Après cinq années, longues et difficiles de dialyses quotidiennes, on lui a offert un nouveau rein, pour une nouvelle vie, une seconde chance pour vivre et respirer à nouveau !

Je n’oublierai jamais ce que j’ai ressenti, quand, quelques jours avant, l’adolescente que j’étais, est sortie de son cours de sport, et a écouté sa messagerie vocale. La voix tremblante de ma sœur bafouillait ces quelques mots : « Rappelle-moi vite, l’hôpital a contacté papa, il va recevoir un rein, ils lui ont trouvé un donneur! ». J’ai levé mes yeux pleins de larmes au ciel, je lui ai dit merci du fond du cœur, et je me suis empressée de rentrer, le cœur battant la chamade.

mains aide entraide supportSource image: Unsplash

Quelques années auparavant, cette maladie est arrivée du jour au lendemain, affaiblissant mon père à vue d’œil, le rendant pâle, maigre et fatigué. Cette nouvelle invitée venait de m’extirper de mon enfance de manière subite, m’enlevant mon innocence et ma joie de petite fille. Et chaque jour, j’avais cet espoir, l’espoir d’entendre la sonnerie du téléphone, et qu’on nous annonce qu’un donneur a été trouvé.

Mais prier pour cela, c’était aussi, de manière inconsciente, souhaiter le décès d’une autre personne, impliquant le deuil d’une autre famille. Prendre une vie, pour en sauver une autre, voilà ce que ça signifiait. J’étais trop jeune pour prendre la mesure de tout cela, tellement jeune. Je voulais juste qu’on le sauve…

Aujourd’hui, je pense souvent à cette personne et à sa famille. Le don d’organes étant anonyme, nous ne saurons jamais qui sont-ils, leur histoire, leur quotidien, leurs blagues préférées. Tout ce que je sais, c’est qu’un jour, ils ont discuté tous ensemble au sujet du don d’organes et de ce que cela implique et qu’ils en ont parlé à cœur ouvert. Pour cela, je leur dois ma reconnaissance éternelle, et à chaque 9 février, j’ai une pensée particulière pour eux.

Cette personne a eu le courage d’envisager la vie telle qu’elle est, elle l’a regardée bien en face, pour lui dire que quoi qu’il arrive, elle seule déciderait de ce qu’il adviendrait de son corps et ses organes. Et surtout, elle a eu le courage de dire à haute voix son choix, pour faire face à cette réalité, et ainsi elle a pu sauver au moins sept vies. Quelle merveilleuse façon d’aller au bout de ce chemin, de boucler la boucle de cette aventure qu’est la vie en sauvant toutes ces autres existences!

main fleur vie petit germeSource image: Unsplash

Cette expérience m’a fait comprendre à quel point le don d’organes est une magnifique initiative, une belle création de la vie, une seconde chance inestimable, un nouvel espoir. Alors, si c’est toi aussi un magnifique cadeau que tu souhaiterais faire un jour, parles-en à tes proches, fais-leur savoir ta décision.

Un merci infini à cette personne qui a fait don de son rein à mon père

-->
Un article de
Madeline René's Avatar
Madeline René

Madou, comme ses amis aiment l'appeler, est une petite française, amoureuse de bons petits fromages coulants accompagnés d'un bon vin rouge. Ce qui sent fort,...

Lire la suite
Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

5 parcs où pique-niquer cet été à Québec