Faits Vécus

Comme dans une des chansons de Lynda Lemay, j’ai l’impression qu’il est en retard l’oubli. Il y a des choses qu’on aimerait mieux oublier. Il y a des situations aussi, mais également des gens.

Pleurer, femme, sur un lit, fenêtre et tasse de café
Source image : Unsplash

Dans mon cas, je voudrais oublier mes sentiments qui font de moi une personne malheureuse en ce moment. C’est-à-dire la douleur, la peine, le mal, la tristesse, en fait le mal d’amour tout court. Je voudrais oublier, pour que le jour, je sois en mesure de me concentrer et que le soir je sois capable de bien dormir. Je voudrais oublier pour redevenir la personne propre et ordonnée que je suis normalement. Je voudrais oublier mes rêves, qui ont l’air si réels quand j’arrive évidemment à fermer l’œil, et qu’il est dedans. Je voudrais oublier la soirée durant laquelle on a appris à se connaître.

Couple heureux au travers de la vitre
Source image : Unsplash

Je voudrais oublier la personne extraordinaire qu’il a été pour moi. Je voudrais oublier ses baisers et ses caresses qui me transperçaient le corps de milliers de frissons. Je voudrais oublier à quel point il était toujours là pour moi. Je voudrais oublier sa présence qui était tellement agréable. Je voudrais oublier son corps qui était si chaud sur le mien. Je voudrais oublier sa générosité. Je voudrais oublier son regard qui était à la fois imposant, mais tellement sensuel à mes yeux. Je voudrais oublier son sourire (il était si beau quand il souriait). Je voudrais oublier les plus belles soirées de ma vie qui étaient accompagnées d’un être formidable avec qui je ne me suis jamais autant amusée. Je voudrais oublier l’odeur du parfum naturel de son corps. Je voudrais simplement oublier que j’ai été heureuse pendant un petit bout de ma vie. Oui, je voudrais oublier tout ça.

Time to say good bye
Source image : Pixabay

Pas parce que j’ai des regrets d’avoir été avec cette personne, mais plutôt parce que le mal qui me ronge l’intérieur est encore plus douloureux que je ne l’aurais imaginé. Je me dis qu’en oubliant cette partie de ma vie, j’aurais évidemment moins mal. Je sais que c’est simplement le cours de la vie qui continue et c’est très normal qu’après une peine d’amour, nous voulions oublier. Par contre, au point où je suis rendue, plus rien ne pourrait me décevoir autant que mes émotions en ce moment. La seule chose que je ne veux pas oublier, c’est son existence. Parce que ces moments ils ont été merveilleux oui, mais sa présence l’était encore plus.

Fille triste, noir et blanc, dans un lit
Source image : Unsplash

Bref, malgré la douleur intense, je suis contente d’avoir passé de beaux moments auprès de lui. Ce sont des souvenirs qui ne s’effaceront jamais, même avec le temps. Non je n’oublierai jamais. Elle avait raison Lynda : « Il est en r’tard, l’oubli. Pourquoi il vient jamais, ce con ? Il viendra pas, l’oubli. Et moi, je t’aime pour de bon ».

-->
Un article de
Marie-Ève Doré's Avatar
Marie-Ève Doré

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Que nous réservent les tendances printanière 2018?