Faits Vécus

Dumbeldore l’a dit: « Si tu veux savoir ce que vaut un homme, regarde donc comment il traite ses inférieurs, pas ses égaux ». Pour l’humain moyen, avec le QI d’une boîte de Jello, les inférieurs, c’est tout le monde qui travaille dans un service public quelconque : caissières à l’épicerie, ATP qui répond au téléphone à la pharmacie, la personne qui s’occupe de la page Facebook de ta rôtisserie préférée, etc. Et l’humain moyen, permets-moi de te confirmer qu’il s’est grandement multiplié dans la dernière année.

Depuis le vendredi 13 mars 2020, date historique du toilet paper-gate, nous apprenons tous les jours à vivre en temps de pandémie mondiale. Contrairement à l’ère du choléra, nous avons la chance de vivre dans un monde qui a Internet, Netflix, l’électricité et l’eau courante. Ça rend les choses déjà plus agréables, il ne faudrait pas l’oublier. Je comprends bien qu’aujourd’hui, fin janvier 2021, l’approche du un an de pandémie en fait paniquer plusieurs, moi y compris. Je m’ennuie de faire un câlin à mon papa, de voir ma grand-maman, de manger au restaurant et d’aller en vacances jouer aux touristes quelque part où le ciel est d’un bleu différent de celui de Montréal. Depuis le 13 mars 2020, on est tous de plus en plus à boute de toute!

T’es pas d’accord avec les nouvelles règles à l’épicerie et tu te défoules sur la caissière qui ne fait que faire sa job? Elle fait juste sa job, elle ne les a pas inventés, les règlements. Sa job qui, soit dit en passant, la met à haut risque, à un salaire pas haut du tout, pour satisfaire tes besoins alimentaires. T’es pas contente de ne pas pouvoir acheter ton mascara à la pharmacie parce que le premier ministre juge que tes cils extra-volumineux ne sont pas essentiels? Je t’invite à commander en ligne, sur Internet, tu sais. Au-delà de la page Facebook de ta pharmacie, sache qu’il y a un monde impressionnant de plateformes de commandes en ligne qui te permet d’acheter tes cochonneries, pas besoin de te plaindre sur Facebook. Ton opinion, on n’en veut pas. On ne veut pas l’entendre, elle n’intéresse personne. Rappelle-moi, tu l’as fait où ton doctorat en médecine et ta spécialisation en pandémie mondiale? Ah oui c’est vrai, c’est écrit sur ton profil : à « l’école de la vie ». (Silence. Malaise. Bye bye.)

Tu te commandes du resto, en livraison, en pleine tempête de neige et tu es outré.e à en faire trembler les murs de ton beau condo sur le plateau parce que c’est pas super chaud et que ça aura pris 1h30 de temps un vendredi soir? Bien sûr, c’est au livreur, sur Twitter, et au service client que tu vas faire ton caca nerveux pour te défouler sur des humains qui n’ont rien à voir avec ton écœurantite aiguë de la vie. Je t’invite à l’avenir à aller acheter un poulet à l’épicerie, une boite de conserve de sauce et des frites congelées. Ça va goûter la même affaire, pour le tiers du prix, et si jamais c’est mauvais, tu pourras goûter à ta propre médecine et t’auto-envoyer promener. Je peux même te faire des petites cartes de plaintes exagérées, en avance, tu n’auras qu’à les sortir le temps venu. Tu vas voir, c’est super agréable « manger de la marde gratuitement » sous prétexte qu’on est tous à boute de toute.

covid-19 orangeSource image : Pexels 

Se défouler sur un humain, en personne ou derrière son écran, c’est monnaie courante depuis plusieurs mois. Les gens sont impatients, anxieux, et ont la mèche courte. Ce n’est toutefois pas une raison pour se défouler et être odieux. On n’a jamais eu à vivre une situation similaire depuis au moins 100 ans. On apprend, tous les jours, à vivre avec cette situation. Oui c’est frustrant, oui c’est fâchant! Faire la file pour rentrer à l’épicerie est devenue une réalité avec laquelle on doit composer, et non constamment chialer parce qu’on n’aime pas attendre. Ne pas pouvoir acheter TOUT ce qu’on veut au magasin est aussi une nouvelle réalité, une réalité qui est imposée aux commerçants. Souviens-toi, c’est pas Manon qui ne veut pas te vendre tes patchs Karine Joncas (que je recommande grandement en passant) pour tes cernes. Ça vient de plus haut. Et oui, tu devras attendre quelques jours supplémentaires avec les délais de la poste, mais n’oublie pas, tu as le bonheur d’être ici, au Québec, au Canada, dans un pays qui n’est pas en guerre, dans une province qui n’a pas l’armée dans ses rues, avec un système de santé publique où il suffit que tu te présentes à l’hôpital pour recevoir des soins gratuitement! C’est tu pas beau ta vie quand on y pense?

Tu ne peux pas manger dans un restaurant, bouh-hou! Penses-tu que le restaurateur qui est en train de faire faillite il est pas à boute de toute lui aussi? Nos infirmières, nos préposés aux bénéficiaires et nos médecins sont à boute de toute eux aussi. Ils sont à boute de faire du temps supplémentaire, de ne pas avoir de reconnaissance autre que des petits noms mignons empruntés à une chanson populaire d’un rockeur dont on-ne-doit plus-prononcer-le-nom. On continue?

Au final, on est tous à boute de toute, c’est normal, et c’est correct. Toutefois, ça ne te donne pas la permission d’oublier le savoir-vivre et le respect des autres. Sois une bonne personne, prends quatre grandes respirations, réalise à quel point se fâcher c’est idiot et futile, et va prendre une grande marche, avant 20h, sinon tu vas avoir une contravention. Merci bonsoir.

ok bye grumpy catSource image: memegenerator.net
-->
Un article de
Alice Vanasse's Avatar
Alice Vanasse

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

Toi pour qui je n'étais jamais assez