Faits Vécus

C’est si triste quand on y réfléchit. N’être qu’un atome perdu parmi des milliards d’autres. Comme si chacun de nos gestes, chacune de nos actions n’avait aucune importance sur le résultat final de notre vie. De la vie tout court…

Parce qu’entendons-nous, dès la naissance, nous sommes formatés, tel un disque dur pour rentrer tous dans le même moule. La plupart d’entre nous sommes nés à l’hôpital, puis nous avons passé un certain moment avec nos parents à la maison avant d’aller en garderie. S’ensuit l’entrée au préscolaire; tous en rang, les uns derrière les autres, assis au même endroit à devoir accomplir les mêmes tâches. À ne surtout pas devoir courir dans la cour d’école ou même crier à un copain pour qu’il nous regarde. Le moule du primaire est hermétique; on doit être habillé d’une telle façon, avoir le même matériel scolaire, participer aux mêmes activités, avoir la note de passage. Parfois aujourd’hui, alors que je passe devant une école primaire, j’ai l’impression, à voir les enfants tous cordés les uns derrière les autres, un masque cachant leurs visages, qu’ils font partie d’un camp de concentration nazi. C’est à fendre le cœur…

Le secondaire, le Cégep, puis l’Université ne font pas exception à ce moulage. Nous devons performer, atteindre des objectifs, avoir une bonne cote (un peu comme quand les garçons donnaient une cote aux filles dans la cour de récré). Les objectifs, les réussites et les échecs sont calculés pareillement pour tous alors que nous sommes censés être tous nés différents les uns des autres.

Puis vient le rêve américain; se fiancer, se marier, acheter une maison, fabriquer des bébés, s’acheter un chien et recommencer la même roue avec nos descendants.

Mais où donc est passé l’individu? l’homme peut-il éclore dans ce schéma déjà tout tracé? On nous dit comment penser, quoi manger, on définit notre poids santé, toujours on nous bombarde d’informations visant à encore plus ancrer en nous cette réalité imposée.

gens marchent intérieurSource image : Unsplash

Qu’avons-nous fait de notre intuition? Qui se laisse guider par son inspiration? Trop peu de gens malheureusement… Parce que l’intuition n’est pas tangible, on ne peut lui donner de couleur, de forme, de constance. On ne peut contrôler par l’intuition, et on veut garder le contrôle, nous dicter ce qu’on doit faire et penser. Pourtant notre intuition est bien présente et nous devrions apprendre à l’écouter au même titre que nous passons nos journées à écouter un professeur « X » raconter l’histoire ou la géographie.

Nous sommes tous porteurs d’une histoire. De NOTRE histoire et nous en sommes maîtres. Laissons de côté ce qu’on a essayé de faire de nous pour devenir qui nous sommes vraiment. La vie est si courte, pourquoi ne pas tout d’abord commencer à apprendre qui nous sommes?

Nous avons mis plusieurs trucs au rancart; pourquoi ne pas nous redorer le blason? Pourquoi ne pas écouter ce que cette petite voix nous chuchote? Parlant de petite voix, la mienne me dit qu’il est l’heure d’aller me gorger de soleil. Et la tienne?

Source image de couverture : Unsplash
-->
Un article de
Melanie Lay's Avatar
Melanie Lay

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

Je t’écris parce que je tiens à m’excuser