Faits Vécus

Ça va faire un an que ton fils et moi nous nous sommes séparés. Ou plutôt ça va faire un an que j’ai quitté ton garçon adoré et je suis consciente que si je remettais le pied dans ton commerce, tu me chasserais à coups de carabine si tu le pouvais. Pourtant, toi, mon ex belle-mère, je t’apprécie encore.

Nous connaissons tous le fameux cliché de la belle-maman et de sa bru qui se font la guerre, mais en ce qui nous concerne, ce n’était pas du tout ça. À la limite, j’ai plus de bons souvenirs avec toi que j’en ai avec mon ex, en l’occurrence ton fils. Je me rappelle encore de ce jour où il m’a emmenée chez vous pour faire connaissance, tu m’as embrassé les deux joues et tu m’as fait boire du Kombucha aux canneberges pour la première fois.

Je t’apprécie encore, parce que j’ai fait la rencontre d’une maman très (ou peut-être trop) dévouée envers ses deux enfants désespérément ingrats qui n’ont jamais su faire la différence entre une bonne à tout faire et leur génitrice. Je me souviens de la fois où ton gars a lancé : « Je me tape déjà assez d’ouvrage au travail, je n’ai pas besoin d’en faire autant à la maison, puisque t’es là pour ça ». Comment fais-tu pour ne pas péter les plombs, alors que tu fais absolument tout dans la maison sans l’aide de personne et que tu te fais cracher dans la figure de la sorte ? Pour dire vrai, la manière dont mon chum te traitait était une des premières raisons de pourquoi je lui ai dit au revoir. Tu auras beau me crier que j’ai brisé le cœur de ton petit chérubin, tu es assez intelligente pour deviner que si je l’ai quitté, c’est en partie pour ça et pour bien d’autres raisons qui te concernent beaucoup moins.

couple qui parleSource image : Unsplash

Tu étais une belle-maman curieuse de rencontrer mon entourage et je dois dire que ça me faisait chaud au cœur de constater que tu prenais régulièrement des nouvelles de mes parents sans même les connaître. Eux aussi avaient hâte de te rencontrer, parce que je leur racontais souvent nos fins de semaine où je venais chez vous (et où j’avais pas mal plus de dialogues d’adultes avec mes beaux-parents qu’avec mon propre chum qui n’a jamais été capable de quitter des yeux son cellulaire qu’il jugeait « plus important » selon ses dires).

Il y a de fortes chances qu’après la rupture, ton fils et toi parliez plus en mal qu’en bien de moi. En tout cas, je n’en serais pas surprise, car j’ai remarqué dans vos soupers de famille que vous parliez souvent dans le dos de vos ex. Je ne vous en tiens pas rigueur, parce que c’est une réaction normale. Néanmoins, je trouve ça un peu moins diplomate de passer sous silence les bons moments que nous avons partagés. Si je remonte à un an en-arrière, je me souviens que tu aimais ça quand je t’accompagnais dans votre écurie pour t’aider à rentrer les chevaux, parce que fiston préférait rester sur le divan à regarder la télé avec sa bière. Tu voulais même me donner des cours d’équitation ! Sans parler des desserts de Noël que nous avons cuisiné tout l’après-midi avant la fin de ma session. Tu ne peux pas dire que nous étions comme chien et chat pendant que je sortais avec ton gars.

Il est vrai que comme toute relation entre belle-famille, nous avions nos petits différends. Par exemple, lorsque tu trouvais que je ne véhiculais pas assez de valeurs traditionnelles comme vous ou encore quand je soupirais lorsque tu voulais m’offrir un petit habit pour bébé, parce que tu avais (déjà !) hâte d’être grand-mère.

Ça va faire bientôt un an que j’ai brisé le cœur de ton fils adoré et si vous en aviez tous les deux l’occasion, vous me gifleriez sans merci. Malgré cela, je n’ai pas de regret et je t’apprécie encore, chère ex belle-maman.

Source image de couverture : Unsplash
-->
Un article de
Maëlie Perreault-Lajoie's Avatar
Maëlie Perreault-Lajoie

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

Ton présent est conditionnel et non ton amour, alors priorise-toi! (Partie 1)