Faits Vécus

Mon chum a une passion : la chasse. Depuis que je le connais, je le sais, il est super manuel. Il adore passer des heures pour monter ou démonter des pièces d’auto, il est mon héros du IKEA, il est vraiment persévérant.

Un jour, il me parla qu’il avait des armes, qu’il aimait la chasse, mais qu’il n’avait pas eu la chance d’y aller depuis quelques temps et qu’il aimerait y retourner. Je n’avais pas totalement compris ce que ça impliquait :

  • Se lever à 3h30 pour qu’il soit en place, dans le bois, avant le lever du soleil ainsi que prier pour qu’il ne réveille pas la petite parce que le chien jappe quand il part.
  • Descendre au souls-sol, un matin, pour prendre mon déjeuner devant la télévision et trouver une colonie de dinde (en plastique) et de canards qui me fixent pendant que je mange. Ma fille ne comprenait absolument rien de ce qui se passait, mais elle trouvait ça bien drôle.
  • Manquer de faire une crise cardiaque lorsqu’il se pratique à faire ses appels de canards ou de dindes. Ma fille a appris aussi, c’est pire que la flûte à bec pour vrai.
  • Le voir s’absenter souvent parce que la chasse, ce n’est pas juste une fois de temps en temps. Non non. C’est une tradition qu’on ne manque pas – après la dinde, le canard et ainsi de suite. Je me considère chanceuse, il ne fait que le canard et la dinde ou perdrix. Ce n’est pas juste partir pour la chasse, mais bien préparer le terrain là-bas, s’équiper.
foret arbres soleilSource image: Pixabay

Il fût un temps où j’ai perdu le cap. J’étais toujours fâchée contre lui et en même temps, j’étais confuse. Je voulais qu’il ait une passion, ne pas le contrôler, avoir du plaisir à le voir triper autant. Cependant, je restais à la maison avec ma jeune fille et je trouvais cela difficile de mettre ma vie sur pause pour m’occuper de la petite, la maison et le chien, quand lui pouvait partir. Ce n’était pas la chasse en soi, même si j’étais toujours stressée qu’il se fasse tuer par accident, c’était vraiment le fait qu’il pouvait partir souvent et pas moi. Je ne dis pas qu’il ne s’occupait pas de la petite, il est vraiment un père en or, c’est juste que j’allais à l’école et j’essayais de jongler les horaires et les obligations.

Nous avons donc pris le temps de parler et d’essayer d’établir un horaire qui fonctionnait à tous. Il a aussi reconnu que c’était vraiment une obsession. Regarder des vidéos de chasse, mal dormir avant la chasse, ne parler que de chasse pendant la période de chasse. C’est vraiment beau de le voir aller, sincèrement, je ne l’ai jamais vu aussi dévoué à quelque chose.

Un jour aussi, il m’a amenée avec lui. J’ai aimé l’expérience de se fier à ses cinq sens, l’aspect primitif et le fait de passer du temps en forêt. Cette partie, j’ai vraiment aimé. Cependant, je suis beaucoup trop une âme sensible pour entendre le bruit du fusil et de voir tomber quelque chose. Donc oui, la chasse fait partie de notre relation maintenant, je le laisse aller parce que je ne le contrôle pas et qu’il est heureux ainsi, mais dans notre famille, cela a pris un temps d’adaptation et d’équilibre.

Et vous, avez-vous des amis, conjoints chasseurs? Comment cela se déroule-t-il pour vous?

-->
Un article de
Marie-pier Carle's Avatar
Marie-pier Carle

Marie-Pier est maman de deux jeunes filles et intervenante qui aime vous partager son quotidien, ses observations et ses petits bonheurs de la vie. Elle...

Lire la suite
Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Les filles n’ont pas toujours préféré le rose