Depuis plus d’un an,  je vous écris et vous avez appris à me connaitre un peu à travers mes textes et mes passions pour les animaux et la médecine vétérinaire. Plusieurs d’entre vous m’ont même trouvée et écrit sur Instagram.  Je ne peux pas toujours vous répondre, mais j’en suis toujours touchée. Je ne vous ai pas encore parlé ou encore si peu, je pense, de ma filleule Luce...

Luce est la fille de ma grande amie Élise. Élise et moi, nous nous sommes rencontrées à la faculté de médecine vétérinaire pendant nos études. Autant d’années isolées, sur le campus de l’Université de Montréal à Saint-Hyacinthe, ça soude les liens. Il n’y a pas d’autres étudiants pour nous divertir sur le campus, seulement cinq cohortes pour les cinq années du  doctorat de médecine vétérinaire en plus des étudiants qui décident de poursuivre en spécialité.  Ce sont les professeurs qui défilent devant nous du matin au soir à la FMV. Pas de changement de classe, pas de perte de temps. Je vous parle de cela pour vous dire combien les liens qui se tissent peuvent devenir forts.

Mon amie Élise

Mon amie Élise a eu quatre enfants, dont deux sont autistes. Élise est une maman d’exception. Tout comme elle était une étudiante modèle à l’époque. C’est d’ailleurs elle qui avait terminé meilleure étudiante de notre promotion. Élise n’est plus médecin vétérinaire maintenant. C’était trop de pression : les clients, les diagnostiques, les heures irrégulières, le fait de ne jamais savoir à quelle heure se termine les journées, et la charge émotionnelle. C’est extrêmement difficile de faire la coupure dans notre profession, difficile de ne pas se laisser atteindre par des cas ou des gens qui ne partagent pas notre amour des animaux. Élise a donc quitté notre profession pour exercer un travail moins exigeant. Je considère que ce sont les animaux qui sont perdants dans cette décision. Je ne juge pas Élise évidemment. C’est un constat simplement.

Je suis la marraine du quatrième enfant d’Élise, Luce, nommée ainsi en mon honneur. Luce est autiste aussi. Elle aime les animaux cependant et c’est moi qui lui ai offert son chat. Une jolie petite chatte qui avait été abandonnée en clinique vétérinaire et qui avait un caractère en or. Je savais qu’elle deviendrait l’amie de Luce. Elle l’aime sa Crispy, et elle prononce son nom avec un accent attendrissant.

elise luce chien mira

La Fondation Mira

Cette année, on m’a demandé de faire bénévolement une publicité pour Mira. J’ai dit oui en pensant à Luce et parce que Mira aide aussi les enfants autistes et leur famille. Les chiens Mira sont entraînés pour être rassurants, diminuer l’angoisse et l’anxiété des enfants autistes. Ça me touche que les chiens puissent être de si puissants agents de changement et de fabuleux ambassadeurs pour l’acceptation de la différence. Si mon geste peut aider d’autres Luce et d’autres familles comme celle de mon amie Élise, je suis honorée.

Les plus populaires

Accueil