Style de vie

Taylor Swift est une vedette internationale connue de tous. Qu’on l’aime ou pas, c’est une femme qui a grandi dans l’oeil du public, noircissant les pages des tabloïds. À la fin janvier, Netflix a mis en ligne le très attendu documentaire sur sa vie… nous l’avons regardé.

Je ne suis pas une fan finie de Taylor Swift. J’ai déjà acheté des billets pour un de ses spectacles au Centre Bell, mais c’était pour la fête d’une amie… et j’ai finalement raté le concert pour un voyage de presse (classique de ma vie). Je ne peux pas dire que je connais plusieurs de ses chansons par coeur, mais je peux en chantonner quelques unes comme presque tout le monde qui écoute par moments la radio. Taylor Swift, qu’on pense la connaître ou pas, on a tous déjà entendu sa musique. Je me souviens encore de l’époque où elle faisait le saut de la musique country à la pop avec ses cheveux très bouclés et sa guitare. Cette jeune adolescente quittait le monde connu des bottes de cowboys pour le succès planétaire – c’était ce que je me disais en tout cas. Et je me suis fait prendre au jeu, moi aussi, de trouver ces airs plutôt mignons. Taylor Swift, c’était ma pop bonbon qui me permet de crier fort dans une auto avec des amies lors d’un roadtrip à New York et celle qui nous faisait monter le son d’une voiture parce qu’on avait ensuite un souvenir relié à celle-ci.

Ainsi, quand j’ai vu que Netflix sortait son documentaire sur la vie de Taylor Swift (courte vie de trente ans, avouons-le), j’ai eu envie de l’écouter moi aussi. Je n’ai pas suivi toutes les sagas de sa carrière, ni toutes ses chicanes avec ses pairs. Certes, il ne fallait pas lire beaucoup de potins pour savoir qu’elle a souvent été accusée de sauter d’une relation amoureuse à une autre, mais ça, de mon côté, je n’en ai rien à cirer. Elle tombe bien amoureuse comme elle veut et elle peut bien écrire des chansons par la suite. Je m’en fiche.

Je voulais tout de même voir si le documentaire serait l’éloge de la jeune femme ou si elle oserait se remettre en question.

On comprend rapidement que le documentaire suivra la ligne du temps, on découvre une jeune Taylor qui écrit de la musique et des poèmes dès l’enfance. C’est touchant. Ils nous présentent de belle images d’archives et on est heureux pour elle quand elle a du succès: elle l’a mérité. C’est mignon. Réussi pour la production: on s’attache à l’héroine. Par la suite, on suivra la star entre les remises de prix, on la verra avec ses amies, on la verra pleurer et on la verra en moments de solitude. Tout cela pour arriver à aujourd’hui. Pendant de longues minutes (je n’ai pas compté), j’ai l’impression qu’on me raconte sa vie, mais que c’est plate. J’apprends qui est la personne, mais rien de remarquable. J’y vois une jeune fille qui veut avant tout plaire et qui a appris à suivre les conseils d’experts pour s’assurer que tout le monde (ou presque) l’aimerait. C’est un peu long.

Enfin, vers la fin, on découvre une femme, de trente ans, qui en a marre du moule et qui veut s’en sortir. On découvre (enfin), une femme qui a des opinions et qui veut les faire savoir au monde entier. On y voit une femme qui veut changer le monde et laisser sa marque. On rencontre une personne émancipée. Et ça fait du bien parce que ce cheminement, elle n’est sûrement pas la seule qui le vit. Célèbre ou non, ce ne sont pas toutes les personnes dans leur vingtaine qui désirent défendre leurs convictions. Certains veulent plaire. Et ils y verront, peut-être, une inspiration. Elle veut défendre les droits des femmes, les droits des LGBTQ+ et plus. On l’avait vu dans ses vidéos clips, mais c’est intéressant de la voir en parler.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Netflix Film (@netflixfilm) on

Un autre moment marquant est sans aucun doute quand elle parle de sa relation avec son corps et avec la nourriture. Je suis certaine que certaines femmes (et hommes) se reconnaîtront en cette femme qui se parle à elle-même pour s’empêcher de se trouver grosse en photo… parce qu’elle est plus que consciente que sa vision d’elle-même est déformée.

Finalement, est-ce un documentaire à voir? Pas nécessairement, mais ce n’est pas mauvais non plus.

Source image de couverture: Netflix – community.breatheheavy.com
-->
Un article de
Camille Dg's Avatar
Camille Dg
Fondatrice & Rédactrice en chef

Camille est la fondatrice du site. Jeune femme qui carbure aux projets, un défi n'attend pas l'autre. Camille est une véritable globe-trotter qui quitte le...

Lire la suite
Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Les anticoeurs