Mode & Beauté Lookbook

J’ai les cheveux frisés.

Plutôt ondulés maintenant. Ils ont un peu muté avec le temps.

Mais lorsque j’étais petite, j’abordais de gros boudins bruns. Que mes parents brossaient. Ils n’étaient pas assez armés pour pouvoir bien composer avec ce type de cheveux.

Et je ne leur en veux pas du tout.

Avoir les cheveux frisés, c’est quelque chose.

C’est un peu de la magie noire. Ce n’est pas stable, c’est incertain, ça prend une partie de contrôle et de total chaos. Et le résultat n’est jamais garanti.

Dans ma jeunesse, il n’y avait pas tellement d’informations sur quoi faire avec ses bouclettes. On espérait que quelque chose se passe et, des fois, on mettait de la mousse. C’était dans les débuts de l’Internet (je sais que ça me fait sonner comme une grand-mère), donc les ressources étaient limitées.

Je voyais mes amies avec cheveux plats vivre leur vie de cheveux et j’étais obligée de constater que je ne vivais pas la même chose qu’eux. Chaque jour, chaque douche, mes cheveux étaient différents. Et encore aujourd’hui. Je ne sais jamais avec quelle tête je vais me retrouver. Et, évidemment, le tout change selon la volonté des éléments. C’est aléatoire, ce n’est jamais la même chose.

Ils vivent leur propre vie, mes cheveux.

Les vrais savent!

J’ai ensuite passé mon adolescence à les aplatir. Parce qu’on veut donc bien aller  dans le grand moule de la vie. Le fer de ma mère directement sur les cheveux, pas de gêne. C’est surement correct! Ou la fameuse mode de juste aplatir son toupet et laisser le reste n’importe comment. Ce n’était pas joli.

Maintenant, ça va mieux! Je commence à avoir quelques années d’essais-erreurs derrière la cravate. J’ai testé et retesté dix mille affaires et produits différents. Comment les rincer dans la douche, comment les faire sécher, comment ne pas les brosser, mais en les brossant, comment bien mettre le produit, ou les produits peut-être, comment les sécher. Une grande danse chaotique qui ne fait du sens que pour moi. J’étais à la recherche de la combinaison parfaite.

Mais mes cheveux ne sont pas participatifs. Donc elle n’existe pas. Mais, en attendant, j’ai trouvé un moyen de les dompter un tout petit peu.

Je pourrais vous dire mes trucs, mais chaque frisette varie selon chaque personne. Mes trucs ne marcheraient peut-être pas du tout pour vous.

Mais je peux vous donner un tout petit conseil de rien du tout.

Ça m’a pris des années avant d’être contente d’avoir les cheveux que j’avais. C’est beaucoup trop longtemps à ne pas aimer ce que j’avais sur la tête et à vouloir les changer.

Maintenant, je suis vraiment en paix avec mes cheveux naturels. Je ne les trouve pas parfaits, mais je les aime et je veux qu’ils aillent bien. Je les hydrate, je leur donne des produits de qualité, je prends le temps.

Sur la photo, ils sont parfaits. Une ondulation contrôlée et parfaitement réalisée à l’aide d’un fer à frisé. Ce n’est pas la réalité. Je ne vais pas vous faire d’accroire! J’ai passé une bonne heure de ce matin-là à refriser chaque mèche. Ça fait beau! Mais ce n’est pas totalement moi.

Alors, mon tout petit conseil de rien du tout, c’est de ne pas trop en vouloir à votre chevelure. Elle fait ce qu’elle peut. Et vous aussi.

 

Le look
Bralette : Love and Beyond Lingerie
Short : Pure Balanxed
Photo : Claudia Morin Arbour

 

 

 

-->
Un article de
Emmanuelle Ceretti-Lafrance's Avatar
Emmanuelle Ceretti-Lafrance
Éditrice et gestionnaire de blogue

Elle a un peu trop de livres, peut réciter par coeur les répliques des films du Seigneur des anneaux en français, est de son époque...

Lire la suite
Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

Passion pierres précieuses