Faits Vécus

Ma Grande,

On ne te parle pas souvent. On ne te considère pas suffisamment. On ne s’excuse pas souvent non plus de ce qu’on te fait subir, alors aujourd’hui je vais prendre du temps.

Je suis désolée de l’état dans lequel on t’a mis. Je suis désolée que chaque jour on te vole et te souille un peu plus. Je suis désolée qu’on vende les ressources enfouies en toi moins chères que l’eau que tu nous offres. Je suis désolée qu’on rase tes forêts pour produire et produire encore. Je suis désolée qu’on ait utilisé la science pour nous faciliter la vie au détriment de la tienne. Je suis désolée qu’on utilise des tonnes de végétaux pour nourrir tes animaux finissant dans notre assiette, alors qu’on aurait pu consommer les végétaux en premier lieu. Je suis désolée qu’on ait témérairement développé tant de façons de produire de l’énergie alors que tu nous offrais ton eau, ton vent, ton soleil. Je suis désolée qu’on se jette mutuellement la pierre de celui qui te fait le plus de mal, plutôt que de te protéger ensemble. Je suis désolée que tu aies à essayer de nous réveiller avec des canicules, des feux de végétations, des inondations, des sècheresses, des cyclones et je suis surtout désolée que nous continuions à dormir.

J’aime tellement les paysages que tu nous offres. J’aime tes montagnes que je m’essouffle à grimper. J’aime tes océans et ton ciel qui déteignent l’un dans l’autre et que je ne me lasse pas d’admirer. J’aime tes arbres, tes fleurs, toute cette vie qui t’habite. J’aime même la neige sous laquelle tu essayes de nous enfouir, oui je l’aime même lorsque les dernières tempêtes de mars me désespèrent. J’aime comment tu danses inlassablement autour de ton étoile, comment tu nous offres des saisons pour nous épanouir, des jours et des nuits pour nous accomplir. Je t’aime ma Grande.

lac glacier nature planèteSource image: Pixabay

Je suis désolée qu’on t’ait prise pour acquis. On n’a pas pris soin de toi. Mais on va se rattraper, c’est promis, donne-nous encore un peu de temps. On apprend doucement de nos erreurs, on apprend à faire notre part, chacun, pour réussir à agir ensemble. Et bientôt, on va crier fort pour toi, on va s’époumoner, on va finir par te protéger, je te le promets. Tu es notre plus grand combat. Parce qu’il le faut, on n’a que toi…

-->
Un article de
Marie Pouzergue's Avatar
Marie Pouzergue

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

Sans la pression sociale et la peur du jugement, qu'est-ce que tu te permettrais vraiment de faire?