Faits Vécus

Au cours des dernières années, j’aurai parsemé mon chemin de quelques accomplissements; des plus petits aux moins communs. Pris dans l’engouement de ces moments uniques, je me suis souvent affairé à ramasser les fleurs qu’on me lançait pour ces réussites. Cependant, dans l’ombre, se tenaient toujours ces deux piliers contemplant leur propre succès qu’ils voyaient en ma personne. Ces figures indispensables sans qui rien de tout cela ne serait devenu une réalité. Mes parents.

Si j’ai toujours eu conscience d’avoir grandi entre de bonnes mains, j’avoue ne pas avoir suffisamment pris le temps d’exprimer ma reconnaissance. Lorsque l’on devient parent, on s’engage à assurer le bien-être et la sécurité de nos enfants, de les éduquer et de les aider à tracer leur avenir, entre autres. S’il s’agissait là d’épreuves à un nouveau sport, mes parents feraient certainement partie des athlètes olympiques.

Entre mes crises d’épilepsie survenues à mon plus jeune âge, mes allers-retours à l’hôpital, mon diagnostic d’autisme et mes besoins plus particuliers qui devaient être comblés, mes parents n’auront jamais cessé de remuer ciel et terre pour m’offrir l’aide dont j’avais besoin. Ma mère aura d’ailleurs dû abandonner son emploi pour remplir son rôle de maman à temps plein. Bien malgré moi, ces années-là leur auront fait connaitre une période de grand stress et d’incertitude. En dépit de toutes ces embuches que nous avons croisées, ils auront tout de même persisté à me fournir toutes les ressources nécessaires, à me faire vivre des expériences inoubliables et surtout à me voir avancer en société.

Car au final, c’est ça aussi être parent, c’est de faire face à l’inconnu et de ne pas pouvoir prévoir tous les obstacles que l’enfant devra surmonter au cours de sa vie. C’est tout de même lui offrir un soutien peu importe la situation à laquelle il devra faire face, de l’outiller du mieux possible et de ne jamais cesser de croire en lui. À tous ces parents aimants qui s’efforcent d’assurer une meilleure qualité de vie à leur enfant, qui mettent toujours sa réussite au premier plan, parfois au prix de leur propre bonheur et qui l’appuient dans les bons et moins bons moments, inconditionnellement, je leur dis bravo et merci.

famille se tenant la main en randonnéesource image : Unsplash

Merci à mes parents d’avoir toujours cru en mon potentiel, même lorsque les professionnels de la santé leur indiquaient le contraire pendant de nombreuses années. Merci pour ces nuits blanches passées à mes côtés. Merci de m’avoir guidé et m’avoir relevé chaque fois que je tombais. Merci de m’avoir montré la beauté du monde dans lequel nous vivons et me faisant voyager dès mon plus jeune âge, aujourd’hui grâce à vous c’en est une passion. Merci d’être mes modèles de travail, de persévérance, d’ambition et d’intégrité, de m’avoir inculqué ces valeurs qui me définissent. Merci pour chaque objectif que je me serai fixé et que j’aurai accompli, tout découle de vous. Merci de m’avoir incité à être cette personne accomplie que je crois être devenue. Et merci pour les prochaines fois que vous me tendrez la main, parce que je sais que je pourrai toujours compter sur vous.

Être parent, c’est le travail d’une vie entière, avec tous ses pour et ses contre. Le jour où je devrai endosser ce rôle, j’espère simplement pouvoir accomplir la moitié de ce que vous aurez accompli avec moi.

source image de couverture : Unsplash

-->
Un article de
Tommy Trudel's Avatar
Tommy Trudel

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Finalement, je ne suis pas si simple