Je ne crois pas être la seule qui a dévoré en rafale la nouvelle websérie Fourchette de Sarah-Maude Beauchesne, sortie le 13 mars dernier sur ICI Tou.tv. Dans le même style «soft sexu» que son blogue Les Fourchettes qu’elle a lancé en 2010, l’auteure  (qui y joue son propre rôle) revisite maintenant à l’écran son histoire d’amour avec Sam et l’apprivoisement d’une solitude épanouissante et joyeuse, même si parfois difficile à vivre. La série très girl power traite de plusieurs enjeux féministes et montre enfin une sexualité décomplexée où le plaisir féminin est mis de l’avant.

Dans la websérie Fourchette, on se retrouve à mi-chemin d’une comédie romantique. Sarah, jeune auteure de 26 ans, rencontre Sam dans un bar sur la rue Laurier. Ils s’éprennent l’un de l’autre et vivent de merveilleux moments ensemble, dignes d’un conte de fée d’amour très contemporain et funky. Sarah annonce à Sam qu’elle va écrire un roman sur lui alors qu’ils sont à une foire, font des manèges et mangent une barbe à papa, tout en sirotant de l’alcool caché dans une flasque. Ils se demandent même en mariage dans un bar de danseuses, et Sarah hérite de la bague de la danseuse qui leur fait un show privé.

Quelque temps après, Sarah décide néanmoins de laisser Sam et la websérie commence à ce moment. Ainsi, étant déjà loin de la comédie romantique classique, cette websérie met davantage l’emphase sur la résilience de son personnage principal et de l’importance de ses amies. Alors que Sarah désenchante, elle a des flashbacks de moments avec Sam et réalise, de plus en plus, que leur relation était loin d’être parfaite.

On revit avec Sarah les périodes plus troubles de leur histoire : les chicanes, mais aussi les excès de Sam. Sarah fait des apartés à certains de ces moments. Elle regarde la caméra souvent comme si elle levait enfin un drapeau rouge, un avertissement du drame à venir. Le premier survient à la fin du premier épisode où Sam revient très saoul à leur appartement, se « criss » de tout et pisse sur le mur. Sarah regarde la caméra en silence. Elle fait d’autres pauses silence tout au long de la série mais celle qui sera la plus importante selon moi a lieu après sa rupture. Elle passe une soirée avec un photographe et ils commencent à s’embrasser. Sarah demande s’il a un condom et tout de suite, il trouve des raisons pour ne pas en mettre. Son regard vers la caméra, comme lancé aux spectateurs, dénonce verbalement cette attitude encore trop courante.

Fourchette et sam

Source image: Ton petit look

Sarah assume de plus en plus sa vie en solo et elle le clame haut et fort, notamment lors d’une entrevue avec une journaliste (Bianca Gervais) du magazine Femme. Alors que celle-ci lui dit qu’elle a l’air d’être bien pour une fille sans chum et lui dit même qu’elle est courageuse de vivre comme elle vit, Sarah explose (avec raison) pour lui dire qu’une femme peut être heureuse seule, et même beaucoup plus heureuse. Alleluia!

Dans Fourchette, l’histoire tourne beaucoup autour de la sexualité. On la montre sans gêne, les personnages en parlent, et le tout est filmé avec candeur. On montre enfin le plaisir de la femme! Ma scène préférée est celle où Sam fait un cunnilingus à Sarah. Je crois n’avoir jamais vu ça à l’écran! J’adore aussi la scène quand Sarah parle sans complexe de sa sexualité avec son amie et éditrice Juliette (Magalie Lépine-Blondeau). Juliette lui dit même qu’elle était vraiment en contrôle de son vagin avant l’arrivée de Sam dans sa vie. Comme dans la vraie vie, la sexualité s’infiltre un peu partout dans les textes.

La websérie montre une solidarité féminine extrêmement belle à voir. Entre autres, son amie Juliette est toujours là pour rassurer Sarah (avec du bon vin rouge léger) et lui remonter le moral. Elles s’encouragent l’une l’autre et c’est très touchant à voir. Aussi, Sarah organise une lecture de ses textes pour le lancement de son roman. Dans la scène, les comédiennes Sophie, Cath et Elisabeth (Alice Pascual, Julie Trépanier et Leïla Donabelle Kaze) deviennent ses confidentes, et elles embarquent dans sa folie pour l’aider dans son cheminement. Elles en viennent à s’en prendre à la nouvelle blonde de Sam, mais se remettent en question pour finalement réaliser que c’est paradoxal d’organiser une lecture de femmes pour s’épauler et d’en rabaisser une autre au même instant.

Un autre beau moment de solidarité se déroule quand Laurence (Alyssa Labelle), la nouvelle blonde de Sam, appelle Sarah parce qu’elle le cherche. Encore une fois, Sam rentre à l’appartement très saoul. Autour d’un vin orange bien froid, Sarah avertit Laurence que ça sera difficile, mais que Sam en vaut pleinement la peine.

Au lancement de son livre, Sarah monte finalement sur scène pour lire un extrait de son roman et improvise. Elle parle de son plan de vie après Sam et évoque qu’elle veut vivre sur une île déserte avec des femmes pour reprendre des forces et être heureuse. Voilà le message final de la série, qui fait du bien à entendre!

Le girl power se voit autant dans les détails (l’étui de Iphone à Sarah!), dans les chansons choisies comme La Grenade de Clara Luciani que dans la production de la websérie où le scénario est écrit par Sarah-Maude Beauchesne, la réalisation est assurée par Catherine Therrien et la distribution est majoritairement féminine. Bravo!

J’espère vous avoir convaincu de regarder en rafale la websérie Fourchette, c’est un projet qui fait du bien au coeur, et qui porte en même temps de belles réflexions sur l’amour, la solitude, les chums de filles et le féminisme. Et, la série est aussi très intéressante à regarder pour les tenues vestimentaires parfaites des personnages et les coins branchés de Montréal qui sont montrés à l’écran.

Source image de couverture: En vedette
-->
Un article de
Florence Dancause's Avatar
Florence Dancause

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Anatomie: tout pour partir en vacances l'esprit tranquille