Cinéma

Je suis une grande amatrice de cinéma. J’en regarde à la tonne et ce depuis que je suis toute petite. Dans les films, ce qui me marque le plus c’est l’histoire. J’aime les bons scénarios, les dialogues poignants et cinglants et les personnages qui m’inspirent ou me ressemblent. Mais dans l’univers cinématographique il existe aussi ces films, qui par leur direction artistique et l’excellent travail de la direction photo, nous offre du délice pour les yeux. Le septième art décèle des petites merveilles de technicités et de passion qui livrent un véritable spectacle. Voici les films qui m’ont marquée pour la beauté de leurs séquences, leur colorisation remarquable et/ou leurs plans de jeux intéressants. Pour tout nos lecteurs et lectrices cinéphiles comme moi!

ps: Il est certain que de petits bijoux ne se trouvent pas sur cette liste!

 

La Grande Belleza/ The Great Beauty

Réal: Paolo Sorrentino

J’ai découvert la Grande Belleza lorsque j’étais en Italie alors ce film m’est encore plus spécial. Le réalisateur Paolo Sorrentino est un grand metteur en scène. Tout est calculé et chorégraphié à la perfection. La lumière et les contrastes saisissants aident à mettre en scène cet univers saugrenu et survolté de la Rome élitiste. Les costumes sont habilement choisis dans des couleurs riches qui mettent en reflet cette décadente société. Un film à voir et à revoir et qui est effectivement d’une grande beauté.

 

Grand Budapest Hotel

Réal: Wes Anderson

Wes Anderson, le réalisateur de Grand Budapest Hotel, a une signature visuelle bien à lui. Il mélange habilement décor kitsch, couleur pastel, lignes droites et compositions symétriques réconfortantes pour l’oeil, Grand Budapest Hotel n’en fait pas exception! Un vrai petit cupcake pour les yeux. Les images sont tellement bien travaillées qu’elles ressemblent aux pages d’une bande dessinée et le grotesque des personnages ajoute à cette dimension.

 

Tomboy

Réal: Céline Sciamma

Le film Tomboy de la réalisatrice Céline Sciamma est un peu moins connu que les autres titres de ma liste, mais il n’en reste moins que c’est un très beau film. L’histoire raconte l’arrivée de la petite Laure dans une nouvelle ville alors qu’elle expérimente avec son identité de genre. Les séquences contemplatives où l’on voit la nature évoluer alors que la fillette grandit et qu’elle aussi subit cette « nature » m’ont marquée. Le ton du film tout en finesse et les couleurs léchées permettent de créer un joli tableau malgré le drame vécu par le personnage.

Lala land

Réal: Damien Chazelle

Pour moi La La Land représente l’apogée de l’art cinématographique. Dès la première scène du film , une chorégraphie sur les toits des voitures piégées dans le trafic, on comprend tout le travail qui a été réalisé par l’équipe de Chazelle.  J’aime particulièrement la colorisation du film qui met en avant plan les couleurs primaires tels que le rouge, le bleu et le jaune donnant une apparence vibrante et un brin rétro au film qui se veut être un clin d’oeil aux comédies musicales des années 50. Toutes les scènes de ce film sont des petits bijoux… Je vous jure, je pleure juste à en voir la bande-annonce !

Anna Karenina

Réal: Joe Wright

Le film de Joe Wright débute telle une pièce de théâtre. Ouverture de rideaux, entré sur scène, coulisses, etc. Ce choix scénique est justifié par le masque social porté par le personnage principal, Anna Karenina. On veut mettre de l’avant «la représentation» de cette élite russe qui joue un rôle en société comme le font les acteurs de théâtre. Les scènes sont donc extrêmement intéressantes et le jeu entre façade et réalité est conservé jusqu’à la toute fin. Les costumes, les décors, les plans au ralenti ( la danse) , les sorties de scène et les jeux avec le monde du spectacle sont fabuleux!

Frances Ha

Réal: Noah Baumbach

Mon film préféré! Il raconte l’histoire de Frances, une jeune ballerine qui habite New York avec sa meilleure amie et qui se cherche dans cette période charnière qu’est la vingtaine. Elle est maladroite, paresseuse et… si humaine!  Le film est filmé en noir et blanc afin que l’on se concentre davantage sur la fragilité du protagoniste. Les prises de vue sont très belles et toutes en délicatesse et simplicité. Un très beau film à voir et revoir. Je voulais aussi mentionner les dialogues puissants de la plume de Baumbach qui me hantent encore.

Moonlight

Réal: Barry Jenkins

Moonlight, un autre petit bijou. Les couleurs y sont chaudes puis froides soudainement.  L’atmosphère urbaine menaçante est omniprésente dans le film alors que la musique classique cajole nos oreilles. On joue avec les contrastes pour mieux élaborer le drame qui se prépare et ainsi faire ressortir, de la dureté de cet environnement, la vulnérabilité du personnage principal qui cache un bien lourd secret… Bref un autre excellent film.

source image couverture: lalaland 
-->
Un article de
Francoise Goulet Pelletier's Avatar
Francoise Goulet Pelletier

Françoise est une fille enjouée, drôle et sensible. Ses boucles d’or et son rire particulier sont reconnaissables parmi plusieurs (elle a même gagné le rire...

Lire la suite
Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Entrepreneure du mois de mars: Catherine Pelletier Lauzon