Arts Cinéma

J’aime Halloween, car j’adore me costumer, manger des friandises et des croustilles tout en regardant des films. Des classiques comme la vaste majorité du répertoire du réalisateur Tim Burton, La famille Addams et SOS Fantômes (Ghostbusters en anglais). Cependant, je remarque qu’il y a certaines réalisations cinématographiques qui sont laissées de côté alors qu’elles ne devraient pas. Ce pourquoi je vous présente les films oubliés d’Halloween. 

La maison monstre (en anglais Monster House) 

Il n’y a pas un Halloween qui passe sans que je n’ai écouté ce film qui me donne l’impression de le voir pour une première fois, même après des dizaines de visionnements.  J’ai de la difficulté à comprendre que, dans certains cas, ce film n’ait pas été vu. Pour y remédier, le voici en haut de ma liste. La veille de l’Halloween, trois jeunes découvrent qu’une maison du quartier est une créature vivante voulant du mal aux gens. Ils décident alors d’alerter les adultes, mais aucun ne les croit sauf le vieil homme à l’allure acariâtre qui y habite, et qui refuse de quitter la demeure ou de laisser entrer qui que ce soit. Dès lors, ils vont au front combattre la créature afin de sauver les gens de la ville. 

Le petit vampire ( The Little Vampire en anglais) 

J’ai vu ce film deux à trois fois dans ma vie à la télévision, et j’aimerais tellement qu’il passe plus régulièrement, car il n’est pas effrayant. Il est pour toute la famille et comporte une belle histoire d’amitié malgré des différences. Tony, un petit garçon âgé de 9 ans, déménage avec sa famille en Écosse. Il se sent incompris, se fait intimider à l’école et est rejeté par tout le monde sauf par Rudolph, un jeune vampire à la recherche d’une amulette. 

Chair de poule (films et séries) 

Films avec l’acteur Jack Black entre autre ou bien alors la série de 1998. Ils sont à regarder afin de voir les romans transposés à l’écran ainsi que les personnages tel Méchant Garçon (le pantin), l’Homme invisible ou encore la Mante religieuse. De nombreux monstres qui ont pu nous donner la frousse, prendre vie et effrayer les gens. 

The Babysitter de 2017 et The Babysitter: Killer Queen 2020

Cole Johnson est un garçon de douze ans qui se fait intimider et qui n’a pas beaucoup de lien avec les autres (outre sa voisine d’en face qui est sa meilleure amie et sa gardienne Bee). Il décide de l’espionner un soir pour savoir ce qu’elle fait quand il dort, mais Cole surprend un rituel satanique dont il n’aurait jamais dû être témoin. Car il est maintenant devenu la cible, et doit lutter pour survivre ainsi qu’oublier ce traumatisme, un an plus tard, alors que de nouveau sa vie sera en jeu. Ce duo cinématographique promet du rire, du sang, de l’action, une trame sonore de qualité. Tout ça accompagné d’un divan au motif de poulets étrange et d’un reste de décor tout aussi douteux. 

En attendant la seconde partie de cet article, voici une chanson parfaite, en plein dans le thème d’Halloween. De part sa traduction en français signifiant «sinistre» : Spooky de Dusty Springfield. 

Source de l’image de couverture: Pexels
-->
Un article de
Coraly Guillemette's Avatar
Coraly Guillemette

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

Le soir où j’ai partagé mon âme sur scène