Faits Vécus

Dans le texte suivant y est inclus un petit poème que j’avais écrit il y a de cela sept ans lorsque la sœur de ma mère est décédée. Ma tante avait combattu pendant plus d’un an un cancer du foie en phase terminale et dès lors, l’aspect du temps était sujet de toutes nos discussions face à sa santé et du « temps » qui lui restait sur cette Terre.

Aujourd’hui, nous vivons des temps difficiles. Depuis plus de deux mois, la COVID-19 fait peur à la société et les gens ne veulent plus sortir de chez eux. Du moins, un peu plus depuis quelques semaines, mais c’est toujours avec prudence et nouvelles procédures sanitaires. En l’espace d’une seule semaine, la situation a énormément changé et peut encore aujourd’hui toujours revenir vers l’arrière si l’on ne collabore pas tous ensemble. Au départ, on pensait que notre temps de quarantaine serait de quatorze jours ou un mois, nous sommes maintenant au début du moins de juin et près de dix semaines plus tard, le déconfinement commence graduellement.

Nous sommes encore en guerre contre un ennemi invisible. Un virus que seul le temps (et les mesures sanitaires) saura vaincre. D’ailleurs, le temps est un concept assez abstrait qui a soulevé chez moi plein de questionnements au cours de ma vie.

Comme dirait Dédé Fortin dans Les Colocs: « La vie c’est court, mais c’est long des petits bouttes ».

temps concept horloge montre cheminSource image: Unsplash

Alors voici, sous forme de poème, ou de courtes phrases, ma réflexion sur le temps, durant cette quarantaine.

Le temps est éphémère

Le temps ne dit pas merci

Le temps est parfois là, parfois ici

Le temps n’agit pas toujours de la bonne manière

Le temps est impatient

Le temps est quelques fois interminable

Le temps nous est parfois favorable

Le temps passe souvent en un simple coup de vent

Ont dit que le temps nous fait vieillir

Mais lorsque que l’on y pense, le temps nous fait sourire

Aujourd’hui, plus que jamais on dit que le temps c’est de l’argent

Par contre, on dit aussi que le temps arrange les choses

Mais pourtant, le temps ne fait que passer

Mais pourtant le temps ne fait que passer

Le temps est souvent notre pire ennemi

Comme celui-ci est souvent notre meilleur ami

On se rends alors compte que la vie passe trop vite

La vie rattrape le temps ou le temps rattrape la vie

D’ailleurs, ce texte, cela fait longtemps qu’il est ouvert dans mon ordinateur. Près de deux mois que je ne l’ai écrit qu’à moitié. Je disais souvent que je n’avais pas le temps d’écrire, mais je crois que je ne prenais pas le temps de m’assoir et de le terminer.

En fait, plusieurs choses dans la vie sont parfois faites à moitié. Les gens disent souvent qu’ils manquent de temps, mais en réalité, le prennent-ils vraiment? Personnellement, je travaille chaque jour à prendre plus le temps à apprécier chaque moment. Avec le déconfinement, on dirait qu’un simple souper entres amis (à deux mètres et maximum dix personnes de trois ménages différents bien sûr) semble un cadeau inestimable.

Je trouve que le mot qui décrit le plus ma quarantaine est le « temps » jumelé à l’introspection de moi-même.

J’ai entrepris des projets que je n’aurais probablement pas faits si la vie normale avait suivi son cours. Dans le monde pré-COVID je cherchais à percer dans les médias sociaux, afin de bâtir une carrière dans le monde des communications. Je n’y arrivais pas trop mal, mais l’opportunité de la pandémie m’a permis de m’investir à fond dans mon projet de Podcast que j’ai commencé via des « live » Instagram sur l’heure du midi.

Je ne suis pas là pour vous faire perdre votre temps à lire sur moi, bien entendu, ce texte à d’ailleurs pris une tout autre tournure avec les récents événements qui se sont produits aux États-Unis récemment. C’est fou de se dire que c’est un événement tragique de cruauté extrême, qu’est le décès brutal de Georges Floyd aux mains de policiers fondamentalement racistes et sans cœur, qui me fait réouvrir mon brouillon laissé en blanc pendant deux mois.

Cependant, ça m’a fait réaliser plusieurs choses. Entre autres que les meilleures choses proviennent parfois des moments les plus sombres de l’humanité. J’écrirai un autre article sur ma vision du racisme en 2020 ainsi qu’une analyse de l’importance de l’éthique en société. Je crois sincèrement que de s’informer dans de pareilles situations fait partie du devoir primaire d’un citoyen averti. De la même manière que pour la COVID-19, je crois que pour ne pas tomber dans la peur de l’autre, il faut s’informer pour mieux vivre tous ensemble.

homme lecture information arbreSource image: Unsplash

Bref, pour revenir au concept du temps, j’aimerais dire et j’aime penser que le temps arrangera les choses. Le temps va finir par apaiser les blessures des membres de la famille de M. Floyd et surtout le temps pourra nous dire si l’humain est meilleur que ce qu’il ne le laisse paraître encore en 2020.

Si je peux ajouter aussi un dernier paragraphe à ce texte introspectif sur un concept un peu nébuleux qu’est le temps… J’aimerais vous partager un message que j’ai reçu d’un gestionnaire de mon ancien emploi il y a de cela plusieurs mois.

Il y a quatre mois, j’étais dans un long séjour (de 48h) mais qui fut éternel dans ma tête, à l’hôpital psychiatrique. C’est d’ailleurs le sujet que je veux aborder dans un autre article et oui je prendrai le temps de l’écrire plus rapidement cette fois-ci. J’y étais, car les médecins psychiatriques et ma famille soupçonnaient que je sois bipolaire. Bien sûr, les maladies mentales ont encore beaucoup de chemin à faire dans le cerveau des être humains et cela prendra encore du temps avant que celles-ci ne soient plus considérées comme sujets tabous.

J’avais trop de projets en tête et honnêtement je carbure aux projets, mais parfois il faut prendre le temps de s’adapter à un nouveau mode de vie. Je venais de perdre mon emploi en restauration et j’étais motivé de me lancer dans le monde du freelance. Ce que je suis présentement, communément appelé « travailleur autonome », j’ai toujours voulu l’être. Devant le fait accompli, je voyais un monde de possibilités s’ouvrir devant moi et je voulais toutes les prendre sans exception. Autant étais-je une poule pas de tête en 2019 lors de ma dépression, j’en étais une tout autre en février 2020 lors de la découverte de mon nouveau mode de vie professionnel.

Adaptation.

L’adaption est la clé pour demeurer sain d’esprit. Il faut se fixer des objectifs, une vision, une mission, il faut se faire des échéanciers. Il faut prendre le temps de s’organiser sinon on fait juste errer vers une destination que nous n’atteindrons jamais.

Lors de mon séjour, sans cellulaire, isolé en jaquette entre quatre murs blancs, je me sentais de plus en plus petit et je pouvais sentir les murs se rapprocher de moi tellement c’était stressant et déstabilisant. Cependant, j’ai reçu ce mot de cet homme qui m’a redonné espoir.

L’espoir.

Ce mot de six lettres est fort. Ce concept est essentiel à la survie de l’homme. L’espoir d’un monde meilleur, l’espoir de la fin de cette pandémie, l’espoir de la fin du racisme, l’espoir de… sortir de cet hôpital maudit.

Le mot allait comme suit:

« Cher Jeremy,

Quelques importants mots remplis de sagesse. Rappelle-toi simplement que dans la vie, rien n’arrive pour rien. Cela peut nous prendre très longtemps avant de trouver une raison à tout, mais crois-moi, elles existent toutes. Les meilleures opportunités dans la vie surviennent dans les moments les plus noirs et les plus turbulents. Ce sont les gens qui t’entourent qui sont les plus importants, ces gens qui t’aiment, ils seront toujours là pour toi et ce, peu importe les moments sans tenir compte des circonstances. Prends du temps pour toi, c’est le meilleur investissement qu’un homme puisse faire dans sa vie. »

homme espoir soleil lumière montagneSource image: Unsplash

Le pouvoir des mots.

Les paroles s’en vont, mais les écrits restent. À ce jour j’ai encore et toujours ce mot de collé sur le mur de ma chambre et dans les temps difficiles, je le relis. Je le relis pour me rappeler que tout finit par mieux aller. Car dans les moments les plus sombres survient souvent la plus grande lumière.

Après tout, le soleil finit toujours par se lever tous les matins, pas vrai?

-->
Un article de
Jérémy Grandmont's Avatar
Jérémy Grandmont

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Il est temps …