Ahh, le Temps des Fêtes. Une ambiance chaleureuse qui s’installe dans les foyers avec toutes ces belles décorations !

Je pense à un petit Père-Noël assis dans l’entrée de la maison, comme chez mes grands-parents. On peut décorer un sapin de Noël haut comme trois pommes ou de deux mètres, c’est à notre guise. Oh, et que serait l’esprit des Fêtes sans une couronne de Noël accrochée bien haute sur les toits. Bien sûr, sans oublier toutes les belles lumières rouges, roses, vertes, bleues… qui illuminent et mettent en vie les demeures.

Dans mon appart, ma coloc a pris le soin de décorer dès le 1er décembre. On a donc maintenant un nouvel ami conifère (un peu artificiel, mais ça reste un conifère) orné de boules scintillantes. Il éclaire nos soirées avec ses magnifiques lumières jaunes.

Il a aussi un copain qui est venu avec lui. C’pas vraiment un bonhomme de neige ni un Père-Noël. J’sais pas trop c’que c’est, en fait. J’vois même pas sa face non plus. Il a quand même l’air sympa avec son gros pif et sa barbe séparée en deux nattes. Oh, et sans oublier ses jambes si longues que s’il était un humain, j’pense qu’il ferait un drôle de bonhomme de 8 pieds et 11.

Mais ces décos, c’est pas moi qui les ai mises, c’est ma coloc. Alors, j’ai eu droit à cette belle surprise quand je suis arrivée lundi.

Cheers à elle.

Décoration boule NoëlSource de l'image : Unsplash 

Quand on met un sapin de Noël, souvent, ça fait plein de p’tites graines à terre et des brillants qu'il faut ramasser parce que t’sais, ça fait pas vraiment partie des décos, hein.

D’habitude, on avait un aspirateur qui aspirait rien pantoute. J’avais ben beau passer 10 fois sur la mousse que j’voulais ramasser, ça rentrait pas. Le balai faisait nettement une meilleure job. Mettons que j’peux dire qu’il fallait s'en trouver un nouveau.

Et là, quand j’suis rentrée lundi, une bel aspirateur flambant rouge m’a aussi accueillie. Avec la confirmation de ma coloc, il était bel et bien plus performant que l’ancien.

Ben contente de cette nouvelle-là, m’a vous dire.

Alors là, je sens que le plancher réclame de se faire dépoussiérer et que les confettis par terre au côté du sapin le gênent. Je me mets donc à la tâche. Je commence par faire la cuisine. Rendue à l’entrée, je vois bien que le tapis nécessite un toilettage digne de ce nom. Je commence à balayer le tapis, qui est à ma coloc en passant, avec mon engin ultime.

L’autre aspirateur aspirait rien, mais m'a vous dire que celui-ci aspire tout. L'aspirateur commence alors à gosser sur un fil du tapis et il l'aspire. Le temps que je comprenne ce qui se passe, ça commence à sentir un peu le chauffer parce qu’il était rendu à avaler quasiment le tapis au complet. Quand j’ai réussi à l’arrêter (parce qu'il arrêtait pas même si j’lui criais de le faire, t'sais), j’ai vu qu’il avait décousu une partie du tapis. Il y avait une motte de fil sur le dessus. J’me souvenais qu'il y avait peut-être un début de fil qui sortait, mais pas aussi gros que ça. J’ai décidé de le mettre dans le trou, comme ça, ça faisait moins pire.

Pas trop sûre de savoir quoi faire et comment le dire à ma coloc quand elle allait arriver, j’ai décidé de laisser le tapis tranquille et de poursuivre ma quête de ménage.

J’suis arrivée près du sapin et là, il y avait le fil des lumières qui dépassait. Pensez-vous que je l’avais vu ? Alors là, pas du tout.

Aspirateur de fierté, il décide bien évidemment d’avaler le fil des lumières. Je commence à capoter ben raide. Pas capable de l’arrêter. Le sapin tombe à terre. J’essaie de faire une pression contraire au moins pour ne pas que le fil soit aspiré au complet. Je réussis enfin à l’arrêter.

J’me sentais bien bien impuissante. J’me disais : « fudge, ce sont les affaires à ma coloc, oh nooon ». J’ai remis le sapin sur pied et j'ai replacé les boules tombées dans le sapin. J’ai relevé l'aspirateur de ses fonctions et l’ai laissé dans le coin là-bas. C'est tout ce que ce machin du diable méritait. J’étais ben hors de moi, presque démunie.

En même temps, j’en riais un peu parce que ça avait pas d’allure et qu’il y a des choses mille fois pire que ça.

Je l’ai finalement dit à ma coloc même si j’avais un peu peur de sa réaction. Normal quand c’est jamais arrivé. Elle l’a quand même bien pris malgré la situation. C'est mieux qu'elle le sache par moi que par elle-même. Il s'agit simplement de proposer des solutions. Parce qu’en fait, c’était pas mon intention de défaire le tapis (peut-être que ce l’était pour la balayeuse par contre). Vaut mieux en rire et réparer les dégâts que de se taper sur la tête.

C'est passé. Après, on avance. Tout en sachant que c'est ben humain de faire de drôles de gaffes.

Alors, riez de vous.

Bisous et Joyeux Temps des décorations.

Source de l'image de couverture : Unsplash

Les plus populaires

Accueil