Faits Vécus

J’aime croire que le respect des autres existe encore. La preuve, c’est qu’il y a quelques jours, en pleine tempête hivernale, j’étais avec ma pelle, ma fille dans les bras et j’essayais de déneiger l’entrée. Tout à coup, un homme est venu m’aider avec sa souffleuse, sans rien demander en retour, et en regardant de plus près, j’ai même vu que cela lui faisait sincèrement plaisir. Les voisins s’aidaient en souriant. J’étais vraiment touchée.

Je vois encore des  gens ouvrir des portes, se saluer, souper en tête à tête sans cellulaire et aussi je vois de plus en plus de gens vivre leur propre vie sans essayer de juger celle des autres. On s’encourage sur Internet, on glorifie nos courbes, on se lance des défis mutuels et on se soutient à travers certaines causes qui nous touchent.

Il existe cependant encore beaucoup de travail à faire concernant notre société et le fait que maintenant avec nos technologies, on a accès à tout, tout de suite, et on veut tout savoir. On se permet de juger la vie des gens derrière nos écrans et même dans la vie de tous les jours. Toutefois, je pense qu’il est dans la nature humaine d’analyser et de juger, mais tout est une question de respect et de façon de le faire.

Par exemple, il y a quelques temps, j’ai vu passé une story sur Instagram de Véronique Cloutier qui devait se justifier auprès de ses abonnés, car certaines personnes trouvaient que ses sourcils avaient changé. Je me suis vraiment questionner… Est-ce qu’on en est vraiment rendu là ? On trouve nécessaire de commenter la vie privée, le corps de quelqu’un, car elle est célèbre? On se permet de juger cette personne ouvertement, de la questionner sur un sujet qui, en passant, ne change absolument rien dans notre vie!

J’y ai réfléchi encore un peu, et me suis rendu compte qu’on fait davantage cela chez les célébrités. Lorsque le nouveau vidéo clip de Marie-Mai, est sorti, certains parents se sont prononcés sur le fait que que la célèbre chanteuse pop québécoise pourrait influencer en mal leurs enfants à cause d’une robe jugée trop courte. Je ne peux me taire sur ce sujet…. Monsieur, madame, rappelez-vous donc un instant que  l’éducation des enfants repose principalement sur les parents et non sur le choix vestimentaire d’une femme!

Si l’on regarde Instagram, il y a une panoplie de commentaires haineux en dessous photos des comptes les plus populaires.

On est chanceux ici, on a droit à la liberté d’expression, certes, mais à quel usage?

Pourquoi se manquer de respect à ce point là? Se permettre de juger, de dévaloriser, de mettre de la pression et de se comparer à l’autre jusqu’à atteindre un point malsain?

Le respect des autres commence avec le respect de soi-même.

Mon grand-père me disait toujours que le partage est un immense cadeau et fait du bien à tout le monde. Il me disait aussi que si l’on avait rien de constructif à dire, on devrait peut-être passer notre tour.Je sais que si l’on s’ouvre les yeux, le manque de respect on le voit partout, que ce soit en auto, au magasin ou sur Internet, il est présent, trop présent. La seule façon d’y remédier serait si, nous-mêmes, nous faisions la différence dans notre société. Offrir sans attendre en retour, aider sans arrière-pensée et surtout garder les commentaires non-constructifs pour soi.

Mon petit bout de chemin, je le fais en étant moins sur les réseaux sociaux. Cela me rendait mal de lire autant de méchanceté… Ces derniers temps, il n’y avait rien pour moi d’enrichissant sur Facebook et compagnie. Je me suis déconnectée et reconnectée avec le réel. Ma famille, mes amis, mon école et surtout avec de vrais gens.

Et vous, par où commencerez-vous?

source image: Pexel
-->
Un article de
Marie-pier Carle's Avatar
Marie-pier Carle

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Les régimes, ce n’est pas fait pour tout le monde