Faits Vécus

Perdre un être cher est une terrible épreuve. Mais perdre l’amour de sa vie, son conjoint, son meilleur ami et le père de ses enfants, cela bouleverse une vie complètement! Vivre un deuil, se repositionner et se reconstruire, c’est une chose; le faire dans des conditions où tout est compliqué, où le stress financier est important et où on a l’impression que tout joue contre soi, c’en est une autre.

En effet, si ton conjoint n’avait pas pris le temps de faire son testament, cela engendre des conséquences désastreuses sur ta vie, conséquences qui s’ajoutent à toute la tristesse et à la douleur que tu vis déjà — comme si ce n’était pas suffisant.

Tu réalises maintenant la dure vérité que lorsqu’aucun testament n’a pas été rédigé, ce sont les enfants (tes enfants) qui héritent de la majorité des biens du parent décédé, qu’il ait été marié ou non (la totalité des biens lorsqu’on est conjoint de fait et les deux tiers lorsqu’on est marié).

Ainsi, la belle maison que tu possédais avec ton conjoint appartient maintenant également à tes enfants, de même que la moitié de votre compte conjoint et de tous les placements de ton bien-aimé.

signer des papier, main, feuillSource image : Unsplash

Adieu à ton autonomie financière

De plus, si tes enfants sont mineurs, tu peux dire adieu à ton autonomie financière. Un conseil de famille devra être mis en place, composé de membres de ta famille et de celle de ton conjoint. On y choisira trois personnes qui proviennent des deux côtés (le conseil de tutelle) et qui auront le rôle ingrat de s’assurer que tu gères bien l’argent de tes enfants et que tu ne l’utilises en aucun cas pour tes propres besoins. Alors même si tu étais dans une situation financière très précaire, tu ne pourras pas utiliser l’argent de tes enfants. Tu devras obtenir l’autorisation du conseil de tutelle chaque fois que tu auras à piger dans leur compte de banque et justifier une fois par année toutes les dépenses que tu auras faites pour eux à un employé de l’État (le curateur public), qui s’assurera que tu t’acquittes bien de la tâche.

Si ton conjoint n’avait pas pris d’assurance-vie, il se peut même que tu perdes la maison. Les banques sont très réticentes à refinancer des maisons qui appartiennent en partie à des enfants mineurs, notamment parce qu’ils ne sont pas solvables.

Nouvelle maison

Si vous aviez prévu le coup, toi et ton conjoint, et que vous étiez bien assurés et que tu souhaites vendre la maison pour repartir une nouvelle vie — soit elle te rappelle trop de souvenirs, soit que tu n’as tout simplement pas les moyens de la garder — tu devras demander la permission au conseil de tutelle et faire une requête devant le tribunal pour obtenir l’autorisation de la vendre. Le comble de tout cela : il arrive que le tribunal refuse.

Tout ça, c’est sans compter tous les frais que toutes ces procédures vont occasionner, frais qui peuvent monter entre 5000 à 10 000 $ et ça n’inclut pas le règlement de la succession.

Tu n’as pas à vivre tout ce stress en plus de ton deuil, du travail et de continuer à prendre soin de tes enfants, qui ont besoin de leur maman.

Personne n’est à l’abri de voir partir une personne que l’on aime, mais on a tous le choix d’agir pour se protéger et protéger les personnes qui comptent le plus pour nous : notre famille.

-->
Un article de
Ariane Boisseau's Avatar
Ariane Boisseau

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Connais-tu la marque Alure Collection?