Ce n’est pas la première fois que j’écris sur un livre que l’on devrait, selon moi, tous lire ou avoir lu. Mais, c’est la première fois sur ce livre. Ce livre intemporel, pour tous les âges, dans toutes les langues et qui n’est jamais démodé : Le petit prince d’Antoine de Saint-Exupéry.

Ce livre possède tous les qualificatifs ci-haut, car peu importe l’époque, peu importe l’âge, peu importe la langue et peu importe le genre ou l’auteur populaire, ce livre est  simplement pour tous. Pour tous, car les leçons qu’il y a sont toujours d’actualité et sont vraies. La première leçon que l’on doit tirer de cette œuvre se situe dans le passage où le garçon demande à l’aviateur de lui dessiner un mouton, mais que l’aviateur lui dessine qu’une boîte, car il ne sait comment dessiner cet animal et chaque dessin qu’il a fait ne plait pas au petit. Jusqu’à ce que l’aviateur dessine, finalement, une boîte qui rend heureux le garçon. Ce passage illustre qu’enfant, on s’émerveille devant un rien grâce à notre imagination qui nous permet de visualiser une histoire ou plusieurs choses qui nous rendent heureux et qu’adulte, on perd ce beau côté qui fait du bien. La seconde leçon se situe dans chacune des rencontres que le petit prince fait lorsqu’il quitte sa planète avant d’atterrir sur Terre. Chaque rencontre lui apporte ou lui apprend quelque chose et c’est une leçon qui, dans la vie, est tout à fait vraie, et ce, même en étant simple.

Plus tard, le jeune homme rencontre le renard qui d’une grande sagesse ainsi que d’une grande gentillesse lui apprend deux grandes leçons qui sont selon moi les plus importantes à retenir. La première est au début de leur rencontre alors qu’ils doivent apprendre à s’apprivoiser avec patience. Ceci nous indique que l’on doit prendre le temps, car c’est avec du temps que l’on apprend à apprécier davantage. La seconde leçon est lorsque les deux amis se séparent et que le renard parle avec son ami à propos de la rose et qu’il lui dit qu’on ne voit qu’avec le cœur et que l’essentiel est invisible pour les yeux. Cela fait réaliser au jeune homme, que même s’il sait que sa rose n’est pas unique au monde tout comme le renard, ces deux choses le seront pour lui, car l’amour qu’il leur porte, le temps qu’il passe avec eux, ce qu’il fait avec et pour eux font de ceux-ci des êtres uniques pour lui. C’est justement ce que l’on doit retenir de cette leçon, que c’est tout ce qu’on fait et tout l’amour que l’on porte aux gens et aux choses qui nous les rendent uniques.

Ne pas juger avant de connaître est ma petite leçon préférée. Voir la beauté dans chaque chose, chaque situation et dans chaque personne et de la garder en tête et dans notre cœur sont des petites leçons présentes dans ce livre. Chaque leçon écrite ici est en moi grâce à mon tatouage, qui me permet de ne jamais les oublier et qui me permet de montrer mon amour pour la rose.

bras tatouage rose Source image : Coraly Guillemette 
Source image de couverture: Unsplash
-->
Un article de
Coraly Guillemette's Avatar
Coraly Guillemette

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Mes essentiels pour survivre à l’hiver