Entre

Ce que je pense

Ce que je veux dire

Ce que je crois dire

Ce que je dis

Ce que vous avez envie d’entendre

Ce que vous croyez entendre

Ce que vous entendez

Ce que vous avez envie de comprendre

Ce que vous croyez comprendre

Ce que vous comprenez

Il y a dix possibilités que l’on ait des difficultés à communiquer

Mais essayons quand même

-Bernard Weber

Je suis une femme de mots. Je les cultive précieusement et ma collection ne sera jamais assez grande. La langue française est d’une telle beauté, d’une telle richesse et c’est avec délice que je m’abreuve de celle-ci. J’ai toujours aimé apprendre, apprendre les mots. Plus jeune, très jeune même je m’étais donné comme défi d’apprendre un nouveau mot par semaine et de l’utiliser au moins chaque jour. Mon premier aura été « ablution », et tout comme les autres mots appris, il fait partie inhérente de mon vocabulaire. Certes je me serai fait demander plusieurs fois la signification d’un mot, mais n’est-ce pas par la compréhension que nous grandissons?

Il y a des écrits qui transcendent l’âme, nous bouleversent le myocarde. Ils nous sillonnent l’intérieur jusqu’à se creuser un chemin dans notre « intrinsèque », le modifier. J’aime grandir de cette façon. Certains écrits m’ont happée, en voici certains qui ont chamboulé ma façon de voir la vie;

« Les petites choses ont leur importance ; c’est toujours par elles qu’on se perd »

Fiodor Dostoïevski / Crimes et châtiment

« On ne meurt pas quand on veut, mais seulement quand on peut »

Gabriel Garcia Marquez / cent ans de solitude

« J’écris autrement que je ne parle, je parle autrement que je ne pense, je pense autrement que je ne devrais penser, et ainsi jusqu’au plus profond de l’obscurité. »

Franz Kafka

« Je pense que les gens ordinaires peuvent choisir d’être extraordinaires »

Elon Musk

Et ma préférée…

« La souffrance physique, on la subit. La souffrance morale, on la choisit »

Eric-Emmanuel Schmitt / Oscar et la dame rose

De penser que les citations précédemment écrites peuvent être reçues, perçues, comprises, d’autant de façons différentes qu’il y a d’humains différents m’émerveille. Le pouvoir des mots est infiniment grand. Ceux-ci peuvent émerveiller, guérir, calmer, apprendre, créer, chanter, aider, aimer. Ils peuvent aussi parfois enlever, empêcher, refuser, cesser, blesser.

Quelqu’un m’y a fait réfléchir au cours derniers jours (il faut dire qu’étant arrêtée à cause de la covid, je n’ai eu de l’énergie que pour penser). Alors donc, étant incapable d’avoir une discussion efficace avec un bon ami, mes échanges avec d’autres étaient à tort gonflés de brouillard.  Mes écrits reflétaient mon marasme malgré qu’ils ne soient pas dirigés vers la bonne personne. Le pouvoir énorme des mots aies-je écrit…  Et n’en étant consciente, ne me reste maintenant qu’à trouver le courage de dire que je n’ose murmurer. Mais d’ici à ce que j’y parvienne, est-ce possible que plus rien ne m’auréole…

Image de couverture de Volodymyr Hryshchenko

Les plus populaires

Accueil