Style de vie Voyage

Ces derniers temps, j’ai eu l’impression que l’ensemble du Québec se retrouvait au Costa Rica. En quelques années seulement, l’engouement pour ce pays est devenu plus qu’évident et continue d’augmenter en flèche. Plusieurs semblent avoir l’intention d’y trouver refuge pour passer leurs hivers en y achetant une résidence secondaire tandis que d’autres s’y sont même déjà expatriés. Comme on se dissocie tranquillement de la culture américaine qui se Trump de plus en plus, que seul le soleil ne suffit plus et qu’on devient avide d’aventures, le québécois moyen ne se contentera plus d’un magasinage au Walmart de Fort Lauderdale. Est-ce que le Costa Rica serait en train de devenir la Floride de la nouvelle génération de snowbirds?

Petit mouton noir, je suis souvent peu tentée de visiter le pays « tendance du moment », mais pour une fois, je me suis dit: pourquoi ne pas aller vérifier par moi-même ce que cette destination a tant à offrir pour que tout le monde veuille s’offrir un vol direct pour la « Pura Vida? ». (Doivent-ils en faire de l’argent avec cette phrase-là!?)

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Lisa-Marie Gagnon (@lizamgagnon) on

Sans oublier le prix du billet d’avion vraiment abordable, on est rapidement frappé par la gentillesse des costaricains et leur désir d’aider les autres. Contrairement à leurs pays voisins, j’ai été étonnée de constater à quel point ici, la majorité des habitations locales sont développées et ma plus grande surprise a été d’apprendre qu’on pouvait boire l’eau dans plusieurs des villes (il vaut tout de même mieux s’en assurer chaque fois!!). L’état des routes est somme toute assez bien. Quoi que l’on retrouve encore des chemins de terre et même d’autres très sinueux dans les montagnes, les « Pura Vidiens » s’entendent pour dire qu’il est plutôt facile d’y circuler par soi-même en voiture. Je crois donc que sans le côté « plus démuni » qui peut faire peur aux gens en général et toutes les infrastructures à disposition dans le pays, les touristes se sentent à l’aise d’y voyager sans toutefois compromettre l’option du dépaysement. Le pays s’étant grandement enrichi depuis l’abolition de l’armée pour investir dans l’éducation de la population moyenne, les Ticos (c’est le nom qu’ils se donnent) sont maintenant fiers de partager avec les touristes leur sublimes plages, la végétation luxuriante et une faune grandement diversifiée et protégée en échangeant avec nous, le plus souvent dans leur langue maternelle. C’est la situation idéale pour perfectionner notre espagnol!

Personnellement, j’ai eu une petite panique en descendant de l’avion en ce mois de janvier: deux heures d’attente avant de passer les douanes tellement il y avait de visiteurs! Finalement, ma crainte se dissipa en cours de route quand je constatai que la majorité des gens se louaient une voiture, ce qui laissait la place aux bon vieux back packers (de tous les âges!!) de faire leur chemin dans les bus locaux, sans trop de surpopulation, quoi que dans certaines régions comme la Péninsule du Nicoya, on n’ait pas le choix de parcourir certaines distances en Shuttle ($$). Il est certain que dans les villes plus touristiques, on doit payer plus pour une auberge de jeunesse et les moins chères sont réservées très rapidement, mais il est bel et bien possible de trouver des lits pour 15-30$ si on choisit les bons endroits ou encore y faire du camping. Aussi, en se nourrissant dans des marchés ou des restaurants avec menus locaux, on peut s’en sortir pour 5$.

J’en ai même fait un défi personnel amusant de réussir un voyage « petit à moyen budget » dans cet endroit où tout le monde me prévoyait un périple plutôt dispendieux et je crois être en bonne voie pour réussir ma mission!

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Lisa-Marie Gagnon (@lizamgagnon) on

J’ai bel et bien croisé un nombre impressionnant de québécois sur ma route et gageons que cette destination continuera de gagner en popularité et accueillera un bon nombre d’immigrants saisonniers d’ici les prochaines années. Mais au moins maintenant, je comprends pourquoi : les arbres, les animaux, les couchers de soleil sur le pacifique, la chaleur, la touche d’exotisme… prendre le temps de vivre et de s’émerveiller dans un petit coin de paradis!

Donc, chers aventuriers, le jour où vous visiterez avec envie la nouvelle coquette maison de vacances de vos parents, votre frère ou de votre ami, profitez-en pour parcourir le pays au gré de vos envies derrière le volant de votre 4X4 ou pour les plus téméraires, vagabonder de bus en bus avec votre baluchon vous permettra une immersion dans cette merveilleuse culture qu’est la Pura Vida! (Bin oui… je l’ai dit!)

Source image de couverture: Lisa-Marie
-->
Un article de
Lisa-Marie's Avatar
Lisa-Marie

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Je continuerai à t'attendre