Style de vie

Un saut dans le vide. Si on peut l’appeler comme ça, c’est ce dont a rêvé Caroline pendant plusieurs années. Tout plaquer pour renouer avec quelque chose de plus essentiel : la passion. Ce qui fait vraiment vibrer. N’est‐ce pas ce à quoi toute personne devrait aspirer dans la vie? Forte d’une expertise en développement de carrière et animée par le contact avec sa jeune clientèle aspirant à devenir « quelqu’un », cette conseillère d’orientation a travaillé longtemps à guider les jeunes vers un métier qui leur ressemblait. En d’autres termes, elle a tenté de comprendre les aspirations de ses clients et de les outiller à suivre le bon chemin pour les atteindre. On ne se le cachera pas, très rares sont ceux qui ont visé juste en choisissant le métier qu’ils voulaient exercer dans la vie. D’autant plus que l’on sait pertinemment qu’on exercera cet emploi pendant au moins cinquante ans! Ouf! Difficile de faire un choix mais surtout d’en être convaincu dès la fin de ses études secondaires.

Pour Caroline, maintenant maman de deux enfants, son choix de carrière avait été décidé sur un coup de tête et cela lui a bien réussi. Du moins, pendant quelques années. Mais toujours animée par une petite voix intérieure, elle fait le grand saut! Elle met sa vie sur pause en souhaitant ne jamais avoir à regretter son choix. Passionnée de la bonne bouffe et de la cuisine depuis sa tendre enfance Caroline saisit sa chance. L’opportunité de déménager ailleurs s’offre à elle et le nouveau travail de son conjoint l’amène à déposer ses pénates en campagne. À six heures de Montréal plus exactement. Elle l’a fait. Parce qu’elle avait envie de baigner dans cet univers et parce qu’elle avait envie de faire un pied de nez à sa vie toute bien tracée.

Son rêve? S’ouvrir un petit café.

Et quoi de mieux que de se lancer en affaires dans un village pittoresque du Québec! Ciao,  bye la ‘’grand ville’’! Ça fait rêver non? Surtout, ça fait rêver d’avoir l’audace et le courage de le faire. Et c’est dans la région de la basse Côte-Nord qu’elle a donné naissance à son beau projet. Avec l’aide de son amoureux, elle a travaillé d’arrache‐pied pour offrir aux résidents et surtout aux passants de ce village‐relais, autre chose qu’un fast food défraîchi et sans âme. Elle souhaitait réinventer le p’tit‐lunch‐que‐l’on‐prend‐sur‐le‐pouce‐entre‐un‐arrêt‐pipi‐et‐un‐plein‐d’essence. Force est d’admettre que de s’implanter dans une communauté de 800 âmes qui vivent de l’emploi saisonnier, il faut être fait fort. Savoir pousser du coude et défoncer quelques portes. Mission impossible? Nuance. Mission complexe, mais tout de même possible. Il faut savoir frapper aux bons endroits, mais surtout séduire ‘’l’habitant’’ de la place. Pari réussi pour Caroline.

source image : Bipède

Juin 2010, le Fidèle Absolu ouvrait ses portes dans le charmant village‐relais de Sacré‐Cœur. Ayant comme mission de sustenter le voyageur qui passe dans le coin, mais aussi d’offrir une belle vitrine aux artistes émergents, ce petit coin de paradis est l’endroit par excellence pour s’offrir un bon latté tout en planifiant ses prochaines excursions dans la région.

Le Fidèle Absolu se fait connaître tranquillement et de bouche à oreille, il se taille une belle place dans la région. Non sans embûche et parsemé d’effort et de persévérance, le projet de Caroline a finalement vu le jour. Mais par‐dessus tout, Caroline a tout mis en œuvre pour faire vivre sa passion. Et pour vivre de sa passion. Comme quoi c’est possible de passer du rêve à l’action. Le Fidèle Absolu, c’est aussi Brassens. Et comme il le chantait si bien : ‘’il n’avait jamais embrassé personne que sa fiancée. C’était le fidèle absolu, l’homme d’un seul amour, pas plus.’’ Et pour cette entrepreneure née, choisir d’être fidèle à ses premières amours lui vaut un grand succès et surtout un bonheur plus qu’absolu!

source image de couverture: pexel
-->
Un article de
Isabelle Lalancette's Avatar
Isabelle Lalancette

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

La série Good trouble et le sexisme dans les « jobs d’hommes »