Sport & Santé

Ces temps-ci, c’est tout le temps comme ça, je me réveille le matin et je n’ai absolument aucune idée d’où je suis, ni de comment passer au travers de ma journée.

C’est un de ces jours où j’ai de la difficulté à respirer, tellement cela me semble insensé de faire battre mon cœur. Tu te rappelles de ce que tu m’avais dit? Notre respiration est un réflexe et nous avons tellement l’habitude de répéter ce processus que notre corps le fait de lui-même, sans qu’on ait à contrôler quoi que ce soit. Seulement, à l’instant même où on commençait à en parler, on vérifiait instinctivement notre rythme cardiaque, juste pour s’assurer que le travail était bien fait, qu’on était encore capable de s’en sortir sans aide. Or, aujourd’hui est un jour où mon réflexe ne daigne pas se mettre en place, je vérifie si mon cœur n’a pas bougé de place à chaque microsecondes. Mon cœur ne peut plus respirer normalement, le rouage est cassé comme s’il manquait la pièce maîtresse. Je suffoque tandis que l’atmosphère m’écrase, j’ai la sensation constante de me noyer.

femme dans l'eau avec bullesSource image: Unsplash

C’est comme des bouffées d’air que je ne serais pas capable d’inspirer, comme si, soudainement, l’air devenait combustible. Tout à coup, mon cœur s’emballe si vite qu’il est impossible pour moi de suivre sa course; la chaleur monte jusqu’à mes tempes. Pourquoi respirer devient-il un tel combat? Mes mains tremblent, l’axe de la rotation de la Terre me semble étrangère. Mes larmes se précipitent. Je ne vois plus mes pieds, ils disparaissent dans une abîme, dans un trou noir sans fond. Les questions se précipitent dans mon esprit, se gravent dans mon âme. Non, non, pas des questions… Mais mes peurs, mises à nues, chauffées à blanc. Je suis tétanisée par mon propre souffle. L’oxygène est un poison, tout va tellement vite. Je suis en train de me faire complètement engloutir, les vapeurs toxiques de l’air m’emprisonnent.

Je suis désolée, aujourd’hui, je ne pourrai pas apprendre une autre langue, faire de la peinture, du rangement dans ma bibliothèque ou même un super souper raffiné. Je m’excuse de ne pas être à la hauteur de vos incroyables listes de choses à faire. Aujourd’hui, ma seule force sera celle de me doucher, de m’habiller et… D’essayer de ne pas sombrer dans cette anxiété qui me prend aux tripes.

personne regard baissé réflexion fenêtreSource image: Unsplash

Aujourd’hui, quand elle visera ma jugulaire, je ne pourrai décemment plus ouvrir les yeux sur vos photos parfaites, vos vidéos pleines de conseils, vos faux sourires qui perceraient presque l’écran. Quand j’ai même de la misère à me supporter moi-même, quand j’ignore comment diable je respire encore, alors je peux m’affranchir de cette anxiété de performance. Je suis à l’abri, pas vrai? Si je ne fais rien aujourd’hui, tout ira bien.

C’est correct, tu sais, si aujourd’hui tu n’arrives pas à faire la vaisselle. Si tu ne peux pas préparer le souper ou même t’habiller. C’est ok si tu ne t’es pas levé à sept heures comme le matin miracle le voudrait. Je t’en veux pas, tu vois. Au contraire, je te comprends. La productivité, ce n’est pas ce qui importe.

Tout ce qui compte, c’est que tu prennes soin de toi, au rythme que TOI tu décideras.

Source image de couverture: Unsplash
-->
Un article de
Julie Lavocat's Avatar
Julie Lavocat

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

Le printemps, c'est magique!