Faits Vécus

Ça m’a pris du temps avant d’avoir confiance en moi. Même encore aujourd’hui, cette confiance est chambranlante. Étant la benjamine de la famille, on m’a toujours traitée comme un petit objet fragile et j’ai été surprotégée pendant longtemps. Je sais bien que ce n’était pas pour mal faire, il y avait beaucoup d’amour derrière ça, mais c’était à mon détriment. De nature timide à la base, je pense que j’aurais eu besoin d’être moins couvée, mais d’être accompagnée afin de pouvoir prendre mon envol.

À l’aube de la mi-trentaine, j’ai finalement eu le petit humph qu’il me fallait pour me dégourdir les ailes et me donner le courage de continuer toute seule.

2020, une année de changement

C’est probablement dû à plusieurs facteurs : ma séparation du père de mes enfants, un retour à l’école dans un programme qui me passionne, la vie en colocation pour la première fois. Le cours de ma vie a pris un virage inattendu durant la pandémie et je n’ai eu de choix que de le suivre et de m’adapter du mieux que je pouvais.

J’ai toujours eu ce côté timide en moi, mais avec un côté givré aussi; celui de l’aventurière. Je suis quelqu’un qui déteste profondément la routine. J’aime la découverte sous toutes ses coutures : culinaires, artistiques, relations humaines, professionnelles. Avec le temps, je n’ai donc pas eu le choix de sortir de ma coquille et d’apprendre à me faire confiance. Apprendre à laisser plus de place à celle qui adore les défis et la nouveauté. Après tout, si j’ai réussi à élever deux enfants intelligents, polis, empathiques; si j’ai réussi à me créer tout un réseau autour de moi afin de passer au travers d’une crise, je dois faire quelque chose de bien.

Évidemment, nous sommes toujours les plus durs envers nous-même.

Personne ne nous juge autant que l’on se juge soi-même. Et c’est encore pire lorsqu’on est perfectionniste comme je le suis. J’accorde parfois beaucoup trop d’attention à des détails qui n’ont pas tellement d’importance au final. J’apprends petit à petit le laisser-aller et je tente de me mettre moins de pression sur les épaules.

Avec l’expérience que j’accumule au fil des années, je me dis qu’il n’y a plus de bonnes raisons de croire que je vaux moins que les autres. Même si je ne reçois pas toujours la reconnaissance que je voudrais ou la petite tape dans le dos, je dois être fière de mes accomplissements. Ne pas attendre après les autres pour me donner de l’amour propre et me propulser vers l’avant.

Je suis magnifique, je suis grande, je suis forte.

Je suis remplie de désirs et de convictions et je continuerai à me battre pour croire en moi. Même si la vie me lance des pierres, même si elle met des entraves sur ma route.

C’est l’année la plus enrichissante de toute ma vie. Je sais que j’ai encore du chemin à faire, mais c’est l’année où j’ai pris confiance en moi. Alors le plus grand bout est fait. Et ça, c’est une victoire en soi!

Si toi aussi tu souffres de manque de confiance en toi, donne-toi du temps et beaucoup d’amour. Le reste suivra!

Source de l’image de couverture: Unsplash
-->
Un article de
Mireille Beaubien's Avatar
Mireille Beaubien

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

Donner un papi présent à son enfant, ça n'a pas de prix