Style de vie

J’ai l’âme d’une enseignante.

À chaque truc que j’apprends, je veux l’enseigner. Par exemple, je fais du karaté et, dès que j’apprends une auto-défense, je veux l’enseigner à quelqu’un.

Je remarque beaucoup les détails. Alors parfois, je peux même essayer de corriger une ceinture brune (avant-dernière ceinture) alors que je suis ceinture jaune (deuxième ceinture).

Oups.

Je pense aussi que cela vient d’un côté d’entraide chez moi. J’enseigne aux autres de la façon dont j’aurais aimé me faire enseigner.

En plus, ce qui est génial avec l’enseignement, c’est qu’il ne s’agit pas d’une simple question d’enseigner, mais bien d’apprendre également en adoptant ce rôle.

En effet, lorsque j’enseigne, ce n’est pas seulement l’élève en question qui apprend, mais moi également. J’apprends comment me dépasser à chacune de mes explications que je fais pour que celui qui apprend puisse comprendre. Je m’approprie la matière ou l’exercice en question pour que la théorie soit donnée d’un humain à un autre humain.

J’explique.

Par exemple, j’ai fait du tutorat en français, et le fait de s’approprier la matière est non-négligeable pour les règles de français.

En effet, vous avez sans doute remarqué que la formulation des règles de français dans les manuels d’instruction, c’est comme du charabia, parfois.

En gros, tu te poses une question et lorsque tu vas voir dans une grammaire ou un dictionnaire, l’explication est encore plus compliquée que la question en soi.

Même moi, je ne comprenais pas ce qui était écrit, des fois. Imaginez devoir enseigner quelque chose que je ne comprends pas.

Alors, je me faisais mes propres explications tirées de la théorie. La seule façon que je puisse élaborer sur un sujet, c’est de m’approprier la matière. Parce que c’est là que je rajoute ma touche personnelle et que l’échange devient un enseignement d’un humain à un autre humain.

Et alors là, lorsque je finis l’explication, pour que l’élève ait bien compris, je lui fais faire le même exercice.

Je le fais donc devenir enseignant également à son tour pour lui-même.

Quand j’étais plus jeune …

Ça remonte à loin, cette passion. En effet, quand j’étais jeune, je jouais à la maîtresse d’école. Je mettais des toutous en rangs d’oignons (oui, ça s’appelle comme ça la disposition des classes traditionnelle en rangées) et j’écrivais au tableau. J’avais un tableau à craie et j’en avais un autre à marqueurs effaçables. Je m’en servais pour écrire des règles de grammaire, des calculs mathématiques, etc. Je préparais même des examens sur papier pour eux.

Mon modèle était l’école primaire.

Alors, lorsque les plus jeunes de famille recevaient des informations à donner aux parents, cela me donnait l’idée d’en faire pareil. Dans mon univers, c’étaient des dépliants que j’avais pris (quand même en grand nombre) qui proviennent de chez le dentiste.

Je les aimais fort, mes élèves non-vivants. Je voulais même qu’ils aient une bonne santé buccale jusqu’à l’âge de 65 ans. Ce n’est pas peu dire !

peluchesSource de l’image : Unsplash

La définition d’un enseignant, pour moi.

Bref, j’ai compris aussi un truc. C’est que l’enseignement, ce n’est pas seulement un métier, c’est une façon d’être. Une façon d’exprimer sa volonté que les gens autour de soi soient meilleurs un peu plus chaque jour. C’est vouloir transmettre son savoir aux autres pour qu’ils en profitent également. C’est de toujours chercher à s’améliorer pour trouver la meilleure technique d’enseignement pour un tel ou un tel. C’est donc savoir d’adapter parce que chaque individu est différent et apprend à sa manière, à son rythme.

C’est aussi de montrer qu’on n’a pas été parfait non plus au début, même si on est un enseignant, mais qu’on a su persévérer. En effet, on est élève avant d’être étudiant.

Être un enseignant, c’est désirer l’amélioration des autres, de sa communauté, du monde. C’est s’autoriser à voir grand, ensemble. C’est éclairer des têtes pleines de brouillard, ensemble.

Alors, je me dis, que tu sois pompier, éboueur, médecin ou professeur de titre, tu peux être un enseignant et contribuer à une quelconque évolution, à ta manière.

Dans ce que tu aimes réellement faire. Par ta façon d’être. Et par ton rêve de contribuer à un monde meilleur.

Si tu doutes un jour de ton impact positif auprès des autres, sache que tout ton être entier est un enseignant par tes gestes et tes paroles.

Si tu es un enseignant comme moi, incarne ce que tu veux enseigner et fais que tes bottines suivent tes babines.

C’est là la définition d’un maître digne de ce nom.

 

Source de l’image de couverture : Unsplash
-->
Un article de
Anne Tardif's Avatar
Anne Tardif

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

Les commentaires que l’on se fait le plus dire en étant tatoué