Faits Vécus

Septembre 2011

Tu es jeune, seulement 14 ans, tu essayes de survivre et déjà rien ne va plus dans ta vie. Tu voudrais bien te demander comment survivre, mais l’avenir n’est même pas dans tes pensées. Ton esprit t’a fait devenir une toute autre personne et cette dernière représente le plus sombre côté de toi-même. Pour les prochaines années, tu n’oscilleras qu’entre le noir et le blanc sans ne jamais pouvoir t’arrêter sur le gris. Toi qui étais pratiquement une première de classe, une musicienne assidue, une amie loyale et une enfant sans problème, tu deviendras égoïste et insolente. Tu perdras de ton intérêt pour tout ce qui existe sur terre et ton regard sur la vie deviendra pessimiste. Tu n’auras plus aucune motivation en te levant le matin, tu vas devenir insomniaque et le café ne pourra rien pour toi. À plusieurs reprises, tu croiras avoir remonté la pente, mais les illusions seront les meilleures pour te berner à tout coup.

Sans le savoir, tu vas me faire perdre 2 années de ma vie.

Je sais que tu aimes ce gars depuis 3 ans et que ton cœur souffre. Je sais que tu vas aller t’enfermer dans ta chambre en revenant de l’école si tu ne l’as pas vu de la journée. Je sais que tu es maladivement jalouse de sa blonde. Je sais que tu voudrais réussir à dormir la nuit au lieu de penser à lui. Je sais que tu voudrais que ton cerveau prenne une pause. Je sais que tu en as plus rien à foutre d’aller à l’école. Je sais que tes parents oublient que tu vieillis puis que ça te donne le goût d’être rebelle. Je sais que tes amies sont tannées de combler ton besoin d’attention. Je sais que juste le fait d’échapper ton crayon au sol te fait pogner les nerfs. Je sais que peu importe la musique que tu écoutes, ça te fait pleurer. Je sais que même la danse n’arrive plus à te donner le goût de vivre.

Je sais aussi que ton couteau, tu ne le trouves pas assez aiguisé…

triste, cicatrices, passé, douleur

Parce que non, tu n’avais pas assez de problèmes et de douleur, il fallait en plus que tu décides de te maltraiter. En tout cas, pour une fille qui n’avait plus aucune motivation, je trouve que tu es pas mal tenace quand il s’agit de t’acharner sur ton corps. Les ciseaux, le couteau, l’exacto… Je vois que tu n’as pas perdu de ton imagination non plus. Ça me rassurerait peut-être un peu sur ton état si je ne voyais pas tout ce sang couler. En tout cas, ta peau est un cobaye pas mal docile, tu as bien choisi.

« Essaie juste de ne pas te pogner une veine stp, j’ai le cœur sensible des fois. Hey ! mais je pense à ça, tu vas faire quoi pour cacher ça à l’école demain ? Ah oui, la veste d’uniforme, bonne idée ! Va donc dormir un peu, ton muscle tressaute pis tu fais de la fièvre à force de peser fort de même! Ben oui, tu continueras demain soir c’est tout. »

Bon, c’était peut-être pas l’idée du siècle la mutilation et les lettres de suicide finalement… Je sais que ça a inquiété tout le monde, mais laisse-moi te dire que tes textes étaient quand même très émouvants et sans faute en plus! Sauf que là, il faut gérer le drame que tu as causé, donc assume et suis tes parents à l’hôpital, signe la feuille de consentement et arrête d’hurler après eux. Je sais que tu leur en veux et que tu les détestes de t’avoir amené ici, mais rencontre le médecin puis tu pourras retourner à la maison après. Je t’ai dit d’arrêter de crier, si tu continues comme ça tu n’arriveras jamais à les convaincre de te laisser partir !

Novembre 2011

Le verdict tombe et surprise ! Tu fais une dépression ma belle ! Toi qui pensais que tout ça s’était l’adolescence, c’est plutôt ta santé mentale qui est en crise. Toi qui es surdouée en français, ça devrait te parler le mot d-é-p-r-e-s-s-i-o-n, 10 lettres, non ? Ben coudonc, ça manque à ton vocabulaire. Une chance que tes parents t’ont fait hospitaliser, sinon tu aurais continué de croire en ta théorie de la “phase ado“. Bon, j’arrête de te sermonner je sais que tu n’écoutes plus personne. Prends soin de toi et reste tranquille, je reviens te voir dans quelques mois.

Août 2012

Tu n’as vraiment pas réfléchi avant de te baigner, hein ? Ça fait 4 mois que tu es toujours habillée avec des chandails à manches longues puis que tu résistes à l’envie de te baigner, mais là tu ne pouvais plus te retenir c’est ça ? Je sais que toute la famille est là et que tu as envie de te baigner avec eux, mais attends que papa remarque ton bras, tu vas passer un sale quart d’heure ma fille. En parlant du loup, je viens de le voir zieuter vers la piscine. Il te demande de sortir et d’aller le rejoindre dans la maison. Je te vois y aller à reculons, ta serviette bien serrée autour de tes bras. Il verrouille la porte patio et de te demande d’aller mettre une camisole… Ses yeux sont rouges, sa voix est menaçante, tu n’y échapperas pas… Shit, c’est clair que lui et m’man pensent que tu les as pris pour des caves, tu fais semblant que tout va mieux depuis 4 mois… Tu t’attendais à quoi ? En tout cas, tu ne replongeras pas dans une piscine avant un bail, c’est moi qui te le dis !

Mars 2016

Je sais que tu es rancunière ma belle, mais arrête de t’en vouloir. Tu n’as pas choisi de vivre ça. Je sais que la mutilation reste initialement ton choix, mais ta tête était malade, tu ne voyais pas plus loin que le lendemain. C’est sur que tu n’avais pas envisagé toutes les répercussions à long terme. Pour ton bras, tu pourrais aller te faire tatouer quelque chose de significatif qui camouflerait le tout ? Ah oui, pis arrête d’imaginer comment aurait été ta vie sans cet évènement, ça ne la changera pas.

Regarde tout le chemin que tu as parcouru en 5 ans et ton avenir te semblera beaucoup plus attrayant!

auto-mutilation, tattoo

Source : Anick Landry

 

-->
Un article de
Anick Landry's Avatar
Anick Landry

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected] !

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Méthode de financement très originale avec Créatival!