Faits Vécus Style de vie

Selon l’indice entrepreneurial québécois de 2016, on y remarque une légère hausse des taux d’intention d’entrepreneuriat et de démarches par rapport à 2014, hausse principalement attribuable au dynamisme des jeunes de 18 à 34 ans.

Julien fait partie de cette relève entrepreneuriale qui espère timidement que son projet prenne vie. Depuis sa tendre enfance, il baigne dans le milieu de l’entrepreneuriat, ses parents ayant fait des affaires toute leur vie. Il allait donc de soi que le petit Julien allait prendre les rênes de l’entreprise familiale un jour ou l’autre. Dès sa sortie de l’école, plus précisément à la suite de l’obtention de son BAC en administration des affaires, Julien a pris, un peu machinalement, la route qu’on avait déjà tracée pour lui.

Ses parents ayant travaillé dur, Julien ne voulait pas les décevoir en choisissant une autre carrière. C’est donc à reculons, mais tout de même reconnaissant de la chance qu’il avait, que Julien a mis ses désirs sur la glace pour tenter de s’accomplir dans ses nouvelles fonctions.

Au Québec, provenir d’une famille d’entrepreneurs double les chances pour les enfants de vouloir se lancer en affaires à leur tour. Julien n’échappe pas à cette statistique éloquente. Son rêve a toujours été de mettre sur pied sa propre affaire. Mais pas à n’importe quel prix ni à n’importe quelle condition. D’autant plus qu’il sait pertinemment qu’il y perdra des alliés en chemin, c’est‐à‐dire, le soutien indéfectible de ses parents qui ne sera plus au rendez‐vous. Ça, il en est plus que certain. Sans toutefois affirmer qu’il sera mis de côté par sa famille, il sait trop bien qu’il décevra le grand espoir qu’ils avaient mis en lui. Mais pour Julien, va pour la famille, mais va aussi pour sa passion. Et ça, il n’était pas prêt à la reléguer aux oubliettes.

C’est donc à grand coup d’huile de bras qu’il a fait son petit bonhomme de chemin sans pour autant abandonner le troupeau familial. Chaque chose en son temps. Son plan d’affaires bien ficelé, il a cogné aux grandes portes comme tout bon futur entrepreneur qui cherche soutien et financement. Bref, comme monsieur madame tout le monde qui n’a pas tout cru dans le bec.

entrepreneur valise

Source image : Unsplash

 

Et ses idées tout comme son acharnement ont été grandement applaudis et par le fait même, financés à son grand bonheur. Enfin, l’idée de voler de ses propres ailes était une avenue devenue plus qu’envisageable. Restait à présent à effectuer le virage à 180 degrés et se jeter corps et âme dans l’élaboration de son nouveau projet. Mais restait aussi à causer l’onde de choc à laquelle il s’attendait. Comme quoi il ne faut jamais imaginer le pire, c’est donc avec surprise et fierté que les parents de Julien ont accueilli la nouvelle. Et c’est contre vents et marées qu’ils ont promis à leur fils que jamais ils ne l’abandonneraient, sachant trop bien ce par quoi il aurait à passer.

Les cinq premières années sont cruciales pour l’entrepreneur qui se lance en affaires. Julien aura à se renouveler constamment pour voir grandir son entreprise. Et l’investissement personnel qu’il y mettra devra être doublé, voire triplé les premières années. Mais sa famille sera là pour l’épauler, le guider et l’aider à se relever si jamais il tombe. C’est ça la famille, et c’est surtout ça vouloir vivre de sa passion. Accepter les probables coups durs et savoir s’entourer de personnes à qui l’on peut faire confiance.

Julien n’a jamais voulu déplaire aux autres. Mais il vient un temps où il est bon voir nécessaire de s’accorder du temps pour soi. S’accrocher aux rêves que l’on chérit et faire briller davantage la petite étincelle que l’on a dans les yeux, c’est aussi ça être un entrepreneur.

Toujours selon l’indice entrepreneurial 2016, les Québécois sont davantage motivés pour se lancer en affaires par le désir d’accomplissement et par le besoin d’indépendance que par la nécessité de survivre ou de sortir de la précarité. Voilà le portrait copier‐coller de Julien.

« Si tu ne suis pas tes rêves, quelqu’un t’engagera pour que tu l’aides à suivre les siens ».

Source image de couverture : Unsplash 
-->
Un article de
Isabelle Lalancette's Avatar
Isabelle Lalancette

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

On n'a pas pu appeler ce look autrement que Pézie