Faits Vécus

Avec la vague #metoo, certaines personnes ont révélé au grand jour de malheureuses histoires qu’elles ont vécues. Le souci est qu’il y en a tellement qui se sont ouvertes que certains ont pensé qu’il y avait de l’exagération. J’ai déjà entendu un homme dire : « Dès qu’on touche à une femme, elle peut scander qu’elle a été agressée en écrivant un statut Facebook avec le mot-clic #metoo à côté. » Le problème est que cette citation représente la conscience populaire comme quoi que certaines femmes ou hommes exagèrent.

Depuis la sortie de la série Netflix « Parfaite » (ou You en anglais), certains spectateurs trouvaient que c’était irréaliste qu’un homme développe une obsession si intense pour une femme. Cette série n’est pas une fiction et ça parle d’un sujet tabou que peu de personnes osent parler … le harcèlement.

J’ai décidé de prendre mon courage à deux mains pour vous raconter quatre histoires qui sont arrivées entre 2010 et 2016 qui vont vous montrer que le harcèlement sexuel n’est pas une fiction.

you lifetime librairieSource image: Lifetime – W Magazine

2010

J’étais bénévole dans une organisation qui faisait des tournées de musique à travers les États-Unis. J’ai fait la rencontre d’un autre bénévole, il était gentil et timide. Il a commencé à m’inviter à sortir, mais je refusais poliment à chaque fois. Il a commencé à me serrer contre lui en s’approchant de mon visage. En tournée, nous dormions dans un gymnase. Selon une amie, il vérifiait si tout le monde dormait et il s’arrêtait pour me regarder dormir. Je vous épargne les détails, mais voici le moment le plus stressant. J’avais entendu dire qu’il ne voulait que baiser une fille facile et passer au prochain. Quand ces rumeurs ont été fondées, je suis allée voir mon patron pour tout lui expliquer. Il m’a promis que j’allais avoir l’aide nécessaire et que je ne devais jamais être seule. Par un après-midi, tout le monde était parti et j’étais absolument seule. Alors que je sortais de l’école où nous logions, j’ai croisé celui que je n’aurais jamais dû. Il m’a dit d’un air fendant: « Tiens, justement, je voulais te parler. » Je suis rentrée à l’intérieur en allant me cacher dans la salle de bain des filles au sous-sol. Dans un silence total, j’entends: « Je ne partirai pas tant et aussi longtemps que tu ne seras pas montée. » J’étais seule avec lui et tout le monde était parti. Soudainement, j’entends des pas descendre les escaliers. J’avais tellement peur qu’il vienne me faire la peau que j’étais prête à me casser les os pour rentrer dans un casier. Alors que la porte s’ouvrit, j’ai vu que c’était une bénévole qui est revenue à l’école en réalisant que j’étais seule. Cet homme est retourné chez lui sans dire un mot, car mon père avait fait la promesse auprès du patron que s’il le croisait, il ne sortirait pas vivant.

2011

J’ai fait la connaissance d’un homme avec qui je faisais aussi du bénévolat. On disait à la blague que, puisqu’il y avait plus de gars que de filles dans le groupe, que je les considérais comme des amants. L’un d’entre eux voyait cette opportunité plus sérieusement, il voulait qu’on passe plus de temps ensemble et il m’écrivait souvent par Facebook. Après avoir quitté ma ville natale pour les études, il a communiqué avec moi pendant trois ans en me posant la même question: « Pourquoi ne pourrait-on pas sortir ensemble? » Il a souvent demandé mon numéro de cellulaire et j’ai toujours refusé jusqu’à ce qu’il le trouve par lui-même.

2012

Je commence l’université et je rencontre l’ami d’une amie qui était en amour avec l’amour. Quand mon amie lui donnait des nouvelles de moi, il s’imaginait des scénarios que nous allions former un couple. Quand il a su que j’allais au spectacle de la rentrée, il m’imaginait porter une jupe courte pour lui montrer mes belles jambes que pour lui. Quand il a su que je commençais un cours de danse, il avait hâte que je lui fasse des danses érotiques quand nous allions former un couple. Je lui avais seulement dit « Bonjour » et il s’est imaginé tous ces scénarios. J’ai été brusque pour lui expliquer que je n’étais pas intéressée, car ça me faisait peur.

2015

J’étais inscrite sur un site de rencontre et j’y allais dans une optique d’ouverture d’esprit où je devais parler à tout le monde. Je commence à écrire à un gars sympathique, mais dont je n’avais aucune attirance. Il m’écrivait qu’il trouvait ça dommage que je ne lui écrive pas aussi souvent et qu’il s’ennuyait de moi après une seule conversation. Après quelques jours, je décide de fermer mon compte, car je ne me sentais pas prête à m’engager. Avant de partir, je lui explique tout pour ne pas lui faire de faux espoirs. Le lendemain, je reçois une notification sur Facebook que quelqu’un veut communiquer avec moi. Cet homme a fait des recherches pour me retrouver et essayer de me convaincre de sortir avec lui. Il avait accès à toutes mes informations personnelles et mes photos. Il m’a fait peur, car Facebook est accessible à tout le monde. Je l’ai donc bloqué et j’ai croisé les doigts en espérant ne jamais le croiser en ville.

La série Netflix « Parfaite » n’est pas une fiction. Elle peut être romancée, mais il ne faut jamais oublier que le harcèlement sexuel est partout autant chez les hommes que les femmes. Il ne faut jamais hésiter à demander de l’aide.

-->
Un article de
Mademoiselle Bonheur's Avatar
Mademoiselle Bonheur

Mademoiselle Bonheur est une blogueuse, libraire et futur coach du bonheur. Elle aime l’univers du cinéma, de la musique, de la littérature, de la danse...

Lire la suite
Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

Le pouvoir de la méditation