Lookbook Mode & Beauté

Je sais, je parle souvent du chiffre 30. Pas que cette année-là fut si spéciale ou différente, c’est juste que c’est un chiffre rond qui effraie plusieurs personnes dans la vingtaine et qui marque un changement pour d’autres. Je ne me suis pas sentie si différente d’un coup, même pas du tout. Par contre, depuis environ trois ans, je sens que le regard des gens a changé. Quand une femme a plus de trente ans, les personnes qui l’entourent de près et de pas si près se mettent à avoir des attentes face à sa vie et à comment elle devrait la vivre. C’est alors que des questions et des commentaires apparaissent parfois. Le tout se veut gentil.

Mais je trouve tellement important de rester qui on est et de continuer de s’amuser. Ce n’est pas un chiffre qui devrait nous définir.

Il y a peu de temps, je me suis fait dire la fameuse phrase: «tu ne peux pas comprendre, tu n’as pas d’enfants, tu n’es pas tout à fait une adulte encore». Ça me fait rager chaque fois. Tout d’abord, oui, je veux des enfants, MAIS je pourrais ne jamais en vouloir… aux yeux de ces personnes, est-ce que je serais éternellement immature? Puis, avoir un enfant ne fait pas soudainement de toi un adulte. SORRY. Être adulte, je ne sais même pas exactement ce que c’est, mais j’aime penser que c’est un stade de la vie où on a certaines responsabilités. Enfant et adolescent, on ne les a pas ces fameuses responsabilités qui font, selon moi, toute la différence. Enfant, on ne pense même pas à vouloir vieillir, puis adolescent, on en rêve sans vraiment comprendre la charge qui vient avec cette phase de la vie. Puis, en tant qu’adulte, on peut choisir (un peu) le nombre de responsabilités qu’on se met sur les épaules. Certes, on en a tous, mais à divers niveaux.

Choisir sa charge de responsabilités

De base, on devra tous s’occuper de soi minimalement, que ce soit pour ses papiers d’impôts, autres trucs du gouvernement, un loyer, etc. Il est assez facile de choisir de ne pas avoir trop de responsabilités. Puis, on peut s’ajouter plus de charges si on achète sa demeure (allô les papiers de la ville, d’assurance, et j’en passe), si on devient son propre patron (allô encore les papiers), si on engage des employés (allô la charge d’autres personnes au travail) et j’en passe. Mais tout cela demeure un choix. Comme avoir un enfant. C’est un choix, un privilège et une énorme responsabilité. Je ne diminue en rien le fait d’avoir des enfants ou la charge qui vient avec ce choix, mais ça demeure un choix. Je répète ici que j’en veux des enfants, un jour, pas tout de suite. Mais que je déteste seulement quand, parfois, d’autres parents semblent se sentir supérieurs.

Et il y a une manière d’expliquer les choix.

La première personne m’a bien dit que je n’étais pas encore une adulte. C’est fâchant, même si une partie de moi s’en fout éperdument parce que j’aime penser que j’ai gardé un grand côté de folie dans ma vie et que j’aime cela. Puis, vendredi dernier, une autre de mes amies, maman deux fois, m’a plutôt dit que je ne comprenais pas à quel point je passerais à côté de la plus belle chose que la vie peut nous offrir si je n’ai pas d’enfants. Ça, c’est OK de dire cela. C’est même beau et touchant. Mon amie ne m’a pas diminuée, elle ne m’a pas fait sentir comme quelqu’un d’inférieur. Non, elle m’a seulement dit comment elle se sentait face à la maternité et à quel point, selon elle, elle devient une meilleure personne chaque jour grâce à son rôle de mère auprès de ses deux garçons et qu’elle trouverait triste que je ne vive pas cela.

C’est un compliment de se faire dire cela, non? Avoir des enfants demeure un choix. Et on n’est ni pas un adulte, ni une moins bonne personne si on n’en veut pas. C’est simplement un choix.

Avoir 30 ans, oui c’est se faire dire qu’on devrait agir en adulte, c’est se faire demander trop souvent si on veut des enfants et c’est subir le regard des autres qui assument ce que notre vie de trentenaire DEVRAIT être maintenant qu’on est plus vieux. Et si on laissait chaque personne vivre comme elle l’entend? Je pense que je ne serai jamais cette adulte parfaite qui est toujours bien mise, qui sait exactement qu’elle doit se coucher à 22h pour avoir son 8h de sommeil et qui a préparé tous ses lunchs de la semaine. Je ne suis pas cette adulte-là. Je suis une adulte avec un coeur d’enfant qui sourit souvent pour rien, qui prend parfois des décisions sur un coup de tête, qui aime être avec ses proches et qui, malgré qu’en lisant l’énoncé on puisse penser qu’elle vise la facilité de la vie, a beaucoup de responsabilités et de charges puisque je suis entrepreneure. Et peut-être, sûrement, un jour, pas là, maman. Mais laisse-moi le temps. En ce moment, je choisis d’être une adulte sans enfants.

DSC_2636

DSC_2658

DSC_2617

DSC_2675

DSC_2601

Le look:

Vêtements – Vero Moda

Lieu – Le Crystal

Photos – Vikki Snyder

DSC_2695

-->
Un article de
Camille Dg's Avatar
Camille Dg
Fondatrice & Rédactrice en chef

Camille est la fondatrice du site. Jeune femme qui carbure aux projets, un défi n'attend pas l'autre. Camille est une véritable globe-trotter qui quitte le...

Lire la suite
Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Qui n'a jamais eu mal au dos lève la main!