Sport & Santé Style de vie

Vous avez déjà entendu parler de la dermatillomanie? J’ai pris connaissance de ce terme il y a quelques jours et ça fait du bien de pouvoir enfin mettre un mot sur la situation. La dermatillomanie, aussi appelé acné excoriée, est un TOC (trouble obsessionnel compulsif) qui provoque l’envie systématique de vérifier sa peau et de se provoquer des lésions cutanées, en d’autres termes se jouer dans la face. Ça a dû arriver à beaucoup d’entre nous, se retrouver face au miroir avec une belle lumière blanche qui fait ressortir chaque imperfection et qui donne l’impression d’avoir une peau à mille lieux de celle, parfaite, que l’on voit sur tous les réseaux sociaux et dans les magazines. Alors là, quand on voit ça, on commence à se jouer dans la face, et ça peut durer longtemps, chaque millimètre de notre peau est étudié, pressé, étiré, au point que les imperfections presque invisibles au départ sont devenues omniprésentes.

J’avais toujours entendu de mon entourage que me jouer dans la face faisait que mon acné était plus importante parce que j’avais tendance à infecter mes pores. Je l’avais même entendu d’une dermatologue, mais j’avais l’impression de contrôler un peu ma peau en faisant cela, de rendre ça plus propre, même si à l’instant où je commençais, je savais que le lendemain je ne ressemblerais à rien. Je n’avais jamais pensé que c’était une vraie condition qui est même référencée comme une maladie mentale. Je suppose qu’en apprenant ça, j’aurais dû être terrifiée, mais j’ai en réalité trouvé ça rassurant de me dire que c’était quelque chose de plus répandu que je ne le pensais (2 à 5% de la population en souffre, environ 86% des cas sont des femmes), et que si ça avait été libellé comme un « problème », il y avait probablement des solutions.

acne femme mains visageSource image: Pixabay

Il semblerait que les causes de la dermatillomanie soient liées à l’anxiété, au mal être ou encore à la colère, et ces émotions s’expriment en se jouant sur la face. Ce qui est doublement négatif parce que c’est souvent les personnes avec une acné légère qui sont touchées et on en vient à se créer de l’acné et être déprimé d’en avoir, beau cercle vicieux.

Les solutions à la dermatillomanie peuvent sembler bien basiques, puisqu’en fait elles consistent à traiter la source de l’anxiété. Les options sont multiples et doivent être choisies en fonction de la personne. La première étape étant de reconnaitre que c’est une maladie que l’on peut vaincre. Cela peut suffire à se convaincre d’arrêter, simplement par la prise de conscience que l’acné n’est pas inévitable, mais qu’on l’a créée. D’autre part, la thérapie comportementale est conseillée si les problèmes affectent émotionnellement ou socialement. Après, il existe tout le panel classique toujours conseillé pour réduire le stress : sport, yoga ou encore méditation, le tout étant de trouver une façon d’évacuer ces émotions négatives que l’on rejette sur notre visage. Mais aussi et surtout intégrer qu’une peau est parfaite si on choisit de la définir comme cela, un bouton, une rougeur ne définit pas la beauté, et ne doit jamais, jamais altérer notre bien-être.

Penses-tu en souffrir toi aussi?

Source image de couverture: Unsplash
-->
Un article de
Marie Pouzergue's Avatar
Marie Pouzergue

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Ce qu'on a appris à Osheaga pour nous préparer à l'année prochaine